Mon compte Devenir membre Newsletters

Assurez les voyages de vos collaborateurs

Publié le par

La sécurité des voyageurs est une nécessité impérieuse dans les entreprises. Pourtant, les collaborateurs en mission, notamment dans les zones à risques, ne sont pas toujours bien assurés. Un constat préoccupant.

Près de 88% des voyageurs d'affaires affirment ne pas être très bien assurés. Tel est l'enseignement, pour le moins surprenant, tiré par l'étude «Qui sont les voyageurs d'affaires?» réalisée en 2008 par B&P pour Mondial Assistance. «En comparaison avec les Etats-Unis, la France est à la traîne en matière de sécurité des déplacements professionnels, rappelle Sabine Schirrer, responsable marketing voyages chez Europ Assistance, alors que les voyageurs d'affaires constituent une population particulièrement exposée aux risques, qu'ils soient d'ordre médical ou géopolitique.» Même constat chez Mondial Assistance: «Aujourd'hui encore, un grand nombre de PME et PMI ne souscrivent pas à un contrat d'assurance pour leurs salariés. Et si les grands groupes sont plus avancés en la matière, ils ne prennent cependant pas le soin d'informer leurs salariés sur les prestations auxquelles ils ont droit», indique Vincent Barbier, directeur général délégué du pôle voyage, loisirs et mobilité de Mondial Assistance. Un déficit d'informations confirmé par la même étude: à ce jour, 58% des collaborateurs ne connaissent pas les contrats d'assurances associés à leurs déplacements.

Malgré ce constat peu élogieux, les chefs d'entreprise commencent petit à petit à combler leur retard en matière de sécurité des déplacements professionnels. Notamment depuis la jurisprudence Karachi (janvier 2004), prise à la suite de l'attentat qui avait fait des victimes parmi le personnel français d'une entreprise basé au Pakistan. Et dont les familles avaient assigné le dirigeant au pénal pour mesures de sécurité insuffisantes. Ainsi cette jurisprudence renforce les dispositions du code du travail en matière de responsabilité. «Cet arrêt stipule que toute entreprise n'ayant pas pris les mesures suffisantes pour préserver la sécurité de ses salariés en mission engage sa responsabilité. Ainsi, elle peut être amenée à prendre en charge les frais médicaux ou de rapatriement des collaborateurs, sans pouvoir en obtenir le remboursement, voire être poursuivie au pénal», relate Sabine Schirrer (Europ Assistance).

La sécurité, un enjeu stratégique

Aussi, pour aider les entreprises a prendre conscience de l'enjeu stratégique que représente la sécurité du voyageur d'affaires, les prestataires comme Europ Assistance ou Mondial Assistance ont développé de nouveaux services. «Nous avons mis en place un extranet sur lequel les collaborateurs de nos clients peuvent se renseigner sur les couvertures auxquelles leur entreprise a souscrit pour eux», précise Sabine Schirrer (Europ Assistance). Chez Mondial Assistance, on mise davantage sur des partenariats pour pallier ce déficit d'informations. «Nous nous sommes associés avec l'AFTM, l'Association Française des Travel Managers, afin de sensibiliser davantage les responsables voyages à ces questions. Différentes sessions déformations vont être organisées sur l'ensemble des produits d'assurance, d'assistance et de sécurité qui existent. Le rôle d'un Travel Manager dans les grandes entreprises ou d'un gestionnaire de voyages dans les PME est essentiel en la matière, car il pourra ensuite expliquer et diffuser ces informations de manière compréhensible et rapide auprès des salariés», détaille Vincent Barbier (Mondial Assistance). Pour cibler les petites entreprises, peu aguerries en matière de sécurité des voyageurs d'affaires, Mondial Assistance a également signé un partenariat avec Avexia Voyages, une agence de voyages dédiée aux PME. Objectif: faire bénéficier aux collaborateurs des petites et moyennes entreprises de divers produits standards tels que l'assurance annulation en cas de maladie ou de dommages bagages, retard d'avion, etc. Des garanties classiques qui couvrent les incidents majeurs survenant lors d'un déplacement. «Ce type de couverture intervient a posteriori du sinistre. Elle a également pour objectif de dédommager tout collaborateur accidenté, ainsi que sa famille en cas de décès de ce dernier », rappelle Sabine Schirrer (Europ Assistance). Par ailleurs, les prestataires de ce marché proposent généralement une multitude de services d'assistance qui permettent d'aider les collaborateurs à faire face à un éventuel sinistre durant leur mission: assurance rapatriement ainsi qu'une couverture des frais médicaux sur place, retour anticipé, envoi d'un collaborateur de remplacement, etc.

@ digitalvision/ld

Prévention des risques géopolitiques

Au-delà de ces garanties, la grande nouveauté de ces dernières années consiste à proposer des solutions de prévention des risques géopolitiques et sanitaires. «Pour pouvoir localiser facilement les voyageurs en difficulté, nous avons lancé un site internet sur lequel ils peuvent s'identifier avant leur départ et renseigner le lieu de leur destination et la durée du séjour. Plus encore, nos experts font de la veille géopolitique et envoient des alertes par mail aux entreprises afin de prévenir un risque d'attentat ou climatique», souligne Sabine Schirrer (Europ Assistance). Démarche similaire chez Mondial Assistance qui a mis au point un service en ligne de prévention. «Ce système comporte une base de données présentant des fiches sanitaires et géopolitiques par pays. Diverses informations pratiques sont détaillées telles que la liste des ambassades, des établissements de santé et praticiens les plus fiables», renchérit Vincent Barbier. Mondial Assistance prévoit de personnaliser cette offre, pour l'heure très générique, aux besoins et au profil de chaque client qui le souhaite. Tous ces outils, proposés par la grande majorité des acteurs de ce marché, permettent aux collaborateurs de mieux préparer leur voyage et surtout de se sentir en sécurité durant leur mission. Un gage de sérénité qui est loin d'être un luxe superflu.

LES POINTS-CLES POUR BATIR SON CONTRAT D'ASSURANCE

Comment s'assurer que son contrat d'assurance et d'assistance répond bien à ses besoins? Selon Nicole Pochât, directrice marketing et communication d'Europ Assistance, la méthode à adopter repose sur plusieurs étapes: «L'entreprise doit d'abord vérifier les garanties déjà détenues par ses voyageurs.» Des contrats d'assurance et d'assistance généralement souscrits par les collaborateurs eux-mêmes. «Les basiques de l'assurance et de l'assistance sont la plupart du temps garantis via les cartes bancaires, précise la directrice marketing. Si le voyageur ne retrouve pas sa notice de garantie avant le départ, des sites tels que www.cdea.com informent sur la nature et le taux de couverture des porteurs de carte Visa.» Généralement, les garanties délivrées via les cartes bancaires sont assez complètes: annulation du voyage, perte et vols des bagages, responsabilité civile à l'étranger, rapatriement et prise en charge des frais médicaux sur place. «Selon la destination, ce type de couverture peut s'avérer insuffisant, notamment dans les pays où les risques sanitaires et géopolitiques sont potentiellement importants, mais également aux USA et au Japon, où les frais médicaux, extrêmement élevés, dépassent largement les seuils fixés par les cartes Visa ou Mastercard.» Autre élément à prendre en compte: les conditions d'annulation des billets. «Si la carte bancaire couvre les principales causes d'annulation, notamment en cas d'accident ou maladie du voyageur, ou encore lors du décès d'un membre de sa famille, elle ne prend pas en compte les imprévus classiques, tels que le report d'un rendez-vous d'affaires», rappelle Nicole Pochât. Même principe pour les bagages. «La carte Visa garantit la perte et le vol des effets personnels uniquement durant le transport, pas lors du séjour. De plus, cette assurance ne prend pas toujours en compte les équipements électroniques coûteux tels que les PC portables ou les PDA.» Aussi, selon le lieu de destination du voyageur et la nature du rendez- vous, l'entreprise aura généralement intérêt à compléter cette couverture existante par un contrat d'assurance et d'assistance, passant au crible l'ensemble de ces points.