Mon compte Devenir membre Newsletters

Au Royaume-Uni, business is business

Publié le par

Promotion de l'innovation, simplification des démarches, sens pragmatique des affaires: le Royaume-Uni présente de réels atouts pour les PME françaises. Sachez saisir les opportunités!

Quand les grenouilles pactisent avec les rosbifs... Les vieilles querelles d'antan n'ont pas de raison d'être dans le monde des affaires. Chaque année, des centaines d'entreprises tricolores traversent la Manche et s'installent au Royaume-Uni. « Actuellement, plus de 2 000 entreprises françaises y sont implantées et emploient 33 000 salariés », avance Hervé Grella, directeur du marketing et des relations publiques du bureau français de UK Trade & Investment (UKTI, structure qui émane du ministère britannique du Commerce et de l'Industrie).

Selon les données de UKTI, Londres, et par extension le Royaume-Uni, représentent la deuxième place d'investissement des entreprises françaises à l'étranger. Les secteurs privilégiés? « Ceux des services, des technologies, de l'information et communication, des logiciels et tout ce qui touche à la recherche et développement (R & D) », assure Hervé Grella.

Un pays où l'innovation est reine

En effet, grâce à des aides publiques locales généreuses, la R & D bénéficie d'un large soutien local. « Les Britanniques aiment la prise de risque liée à l'innovation. Cela fait presque partie de leur culture », assure Arnaud Vaissié, directeur de la Chambre de commerce et d'industrie française en Grande-Bretagne (CCFGB). De nombreux pôles de compétitivité essaiment sur le territoire britannique. C'est le cas du Tech City, à Londres, une sorte de pôle dédié à la haute technologie, qui s'agrandit peu à peu à l'Est de la ville. Plus de 300 entreprises, toutes nationalités confondues, y sont déjà implantées. Alors si vous avez un produit ou un service à forte valeur ajoutée en matière d'in novation, vous avez toutes vos chances! Autre point fort de la Grande-Bretagne: sa grande souplesse administrative et fiscale. Celle-ci rend la création d'entreprise très simple. « Comptez une journée pour monter votre structure », promet Arnaud Vaissié. Ouvrir un compte bancaire, choisir la forme juridique de son entreprise, créer des fiches de paie... Tout se fait par Internet ou via des centres d'appels. Si tant de dématérialisation vous fait peur et que vous ne voulez pas être pris au dépourvu, faites- vous conseiller tout au long de votre parcours britannique, notamment via les réseaux dédiés à l'export des PME françaises, tels que Ubifrance. Vous pouvez également avoir recours à des experts-comptables ou faire appel aux services de juristes locaux, qui connaissent toutes les subtilités des démarches. Leur expertise vous sera aussi d'une grande aide quand vous rédigerez des contrats (de travail, de location, de prestation, etc.), car seul ce qui est stipulé dans ces documents fait foi en cas de litige.

Enfin, sachez que le Royaume-Uni est doté de quelques particularités financières et fiscales, comme l'exemption de plan comptable ou une plus grande souplesse dans les comptes annuels.

De même, l'impôt sur les sociétés est relativement faible: entre 21 et 28 % du chiffre d'affaires. C'est l'un des plus bas d'Europe.

@ MICHEL SZLAZAK

Un marché victime de son succès?

Bien entendu, pour mettre toutes les chances de succès de votre côté, sachez également respecter les coutumes du pays. Faites des efforts pour parler la langue de Shakespeare. Même si vous n'êtes pas parfaitement bilingue, vos interlocuteurs y seront sensibles. Pensez également à bien préparer vos présentations lors de vos rendez-vous professionnels. Un manque de clarté pourrait nuire à votre projet.

Les Anglais sont des personnes rationnelles et pragmatiques, avec un sens de la logique imparable. « Ce sont des gens très organisés, qui veulent du concret et faire des affaires rapidement », assure Arnaud Vaissié (CCFGB). Cette préparation vous permettra aussi de vous démarquer, car nombreux sont les chefs d'entreprise à tenter leur chance sur le sol britannique. « Puisqu'il s'agit d'un marché très ouvert, la concurrence est très forte en Grande-Bretagne », met en garde Arnaud Vaissié.

Alors soignez votre étude de marché, misez éventuellement sur des produits de niche et surtout mettez en avant votre savoir-faire.

Sébastien Valverde (à gauche) et Moezz Sedkaoui, fondateurs d'Ypsée, TPE marseillaise spécialisée dans le conseil en prestations esthétiques.

Sébastien Valverde (à gauche) et Moezz Sedkaoui, fondateurs d'Ypsée, TPE marseillaise spécialisée dans le conseil en prestations esthétiques.

LE TEMOIGNAGE DE:
Sébastien Valverde et Moezz Sedkaoui, fondateurs d'Ypsée

« Monter une structure en Grande-Bretagne permet de gagner la confiance des Anglais »


Jouer sur l'essor du tourisme esthétique, telle est la volonté d'Ypsée, TPE marseillaise. Cette dernière accompagne les Français désireux de bénéficier d'opérations chirurgicales moins chères, mais conformes aux normes de sécurité, dans certains pays du Maghreb et d'Europe de l'Est.
Son prochain challenge? Séduire la population britannique. « Le Royaume-Uni possède un système de santé assez faible et le gouvernement encourage les prestations médicales à l'étranger. Il y a donc un vrai marché pour nous », assure Moezz Sedkaoui, cofondateur d'Ypsée. La TPE a d'ores et déjà ouvert un site web en anglais et prévoit d'ouvrir des bureaux à Londres d'ici à la fin de l'année 201 1. « Un dirigeant ne réussira pas au Royaume-Uni avec son image de Français. Les Anglais gagnent en confiance s'ils sont en contact avec une structure anglaise, domiciliée chez eux. » Bien sûr, pour mener à bien ses projets, la TPE compte profiter de la simplification des démarches. « Mais c'est un système à double tranchant: puisque tout le monde peut monter une entreprise aussi facilement, certains de nos partenaires risquent de n'être que des coquilles vides, sans réelle capacité à faire du business », déplore Moezz Sedkaoui.

Ypsée

- Activité conseil en prestations esthétiques
- Ville Marseille (Bouches-du-Rhône)
- Forme juridique SARL
- Dirigeants Moezz Sedkaoui, 35 ans, et Sebastien Valverde, 35 ans
- Année de création 2007
- Effectif 5 salariés
- CA 2011 (prévisionnel) 160 kEuros

CE QU'IL FAUT RETENIR

- Renseignez-vous sur les spécificités du marché britannique et les démarches administratives. Consultez: Ubifrance.fr, Ccfgb.co.uk, Uktradeinvest.gov.uk et Ukinfrance.fco.gov.uk/fr (site de l'Ambassade britannique).
- Si vous misez sur l'innovation, vous y serez comme un poisson dans l'eau. Découvrez la Tech City de Londres sur www.techcityeast.com.
- Prenez connaissance des particularités de la fiscalité britannique sur le site de HM Revenue and Customs (organisme chargé de la collecte des impôts, Hmrc.gov.uk) et de celles du droit du travail sur le site du Health and Safety Executive (protection des salariés, Hse.gov.uk).