Mon compte Devenir membre Newsletters

Cap'Cinéma à l'affiche dans les villes moyennes

Publié le par

S'implanter dans des villes moyennes, où les géants comme UGC, Gaumont et Pathé ne vont pas : tel est le scénario imaginé par Philippe Dejust. Son idée fait recette puisque le dirigeant du groupe Cap'Cinéma est aujourd'hui à la tête de huit multiplexes.

Les multiplexes de Cap'Cinéma sont construits sur 3 000 m2 au lieu de 18 000 habituellement.

Les multiplexes de Cap'Cinéma sont construits sur 3 000 m2 au lieu de 18 000 habituellement.

Philippe Dejust, fondateur et dirigeant de Cap'Cinéma

Comment Philippe Dejust a-t-il réussi à se faire une place aux côtés des géants que sont Pathé, Gaumont et UGC ? Cet ancien industriel, fan de Clint Eastwood, est en effet devenu, en neuf ans, l'un des premiers exploitants de cinéma en France. Sa recette : implanter les multiplexes de son groupe, Cap' Cinéma, dans des villes dites «moyennes», de moins de 60 000 habitants. Là où, justement, les mastodontes ne vont pas. Aujourd'hui, il possède huit multiplexes, à Blois, Agen, Beaune, Carcassonne, Périgueux ou encore Saint-Quentin dans l'Aisne.

Diviser les coûts par deux. En 2000, les beaux-parents de Philippe Dejust, exploitants d'une salle de cinéma dans le centre-ville de Blois, lèguent à leur beau-fils leur plus grand bien. Celui-ci décide de réhabiliter la salle et envisage d'ouvrir un multiplexe. « Mais à l'époque, c'était quasiment impossible tellement l'investissement était élevé », raconte Philippe Dejust. Sur les 12 millions d'euros requis, le dirigeant de Cap'Cinéma fait le pari de n'en débourser que 6. Sa botte secrète ? Construire un cinéma low-cost sur 3 000 m2 au lieu des 18 000 m2 habituels. Avec l'aide d'un architecte spécialisé, il imagine ses salles obscures : des murs de béton de 30 centimètres, à la fois support, isolant thermique et phonique et élément de décoration. Exit le hall d'accueil surdimensionné, le dirigeant ne garde que l'essentiel : « une bonne assise, une bonne vision et un bon son. Les pistes d'étoiles au plafond ou les marguerites le long des salles, on n'en a pas besoin ! »

Une baby-sitter au cinéma. Résultat : le style est sobre mais soigné. Cap'Cinéma s'accorde cependant une petite fantaisie : un tapis rouge de 15 mètres de long, véritable symbole du 7e art. Le groupe veille aussi à la qualité du service, avec 600 places de parking, la possibilité de se restaurer sur place et même un service de baby-sitting ! L'opération séduit et Philippe Dejust atteint l'objectif qu'il s'était fixé : 400 000 entrées dès la première année d'exploitation de son multiplexe de Blois. Porté par ce succès, le dirigeant tisse sa toile et reproduit cette recette gagnante. Il bénéficie de l'aide de la Caisse des Dépôts qui, en 2007, injecte 6 millions d'euros dans le capital de Cap'Cinéma. En 2009, avec ses huit multiplexes, le groupe a enregistré 2,8 millions d'entrées. Prochain objectif ? Passer la barre des 3,5 millions d'entrées. Mais aussi se rapprocher de la capitale. Philippe Dejust est en contact avec la mairie de Paris dans le but d'ouvrir un multiplexe Porte des Lilas. La particularité de ce dernier ?

Il sera 100 % Art et Essai.

ACTIVITE : Exploitant de cinémas
VILLE : Blois (Loir-et-Cher)
FORME JURIDIQUE : SAS
DIRIGEANT : Philippe Dejust, 48 ans
ANNEE DE CREATION : 2001
EFFECTIF : 120 salariés
CA 2008 : 12 M Euros
RESULTAT NET
2008 : 200 kEuros
CA 2009 : 15 MEuros RESULTAT NET
2009 : 400 kEuros.

Mot clés : euro

Céline Tridon