Mon compte Devenir membre Newsletters

Capital investissement: un nouvel acteur semi-public est né

Publié le par

Un an et demi après avoir été appelé de ses voeux par le président de la République, France Investissement est opérationnel. Créé en novembre 2006, ce dispositif, visant à favoriser le financement de fonds d'investissement par des acteurs publics et privés, vient d'adopter son plan stratégique. L'objectif est ambitieux injecter 3 milliards d'euros dans le capital des PME d'ici à 2012, dont 700 millions d'euros sont d'ores et déjà disponibles en 2007 Ces capitaux seront apportés, pour moitié, par la Caisse des dépôts et consignations et, pour l'autre, par six acteurs privés, par le biais de fonds d'investissement. Quatre sont en cours de constitution, parmi lesquels celui de l'assureur AGF, qui a déjà collecté 70 millions d'euros. Ceux de la Société générale, de Natexis et de la Caisse d'Epargne devraient être opérationnels courant juin.

Selon René Ricol, son président, France Investissement vise à «combler les lacunes de l'offre de marché» en se concentrant sur des investissements de moins de 15 MEuros.

Selon René Ricol, son président, France Investissement vise à «combler les lacunes de l'offre de marché» en se concentrant sur des investissements de moins de 15 MEuros.

Avec ces nouveaux fonds, France Investissement vise à «combler les lacunes de l'offre du marché», selon René Ricol, son président, en se concentrant sur des investissements de moins de 15 millions d'euros. L'idée est de soutenir des PME, à toutes les phases de développement. L'objectif? Accompagner les futures «pépites» et financer leurs capacités de production, de nouveaux produits ou l'accroissement de fonds de roulement René Ricol souhaite mettre l'accent sur le capital-développement, qui ne représente que 12% des sommes injectées par les fonds d'investissement, contre 34% il y a dix ans, selon France Investissement.