Mon compte Devenir membre Newsletters

Ces PME qui font leur pub dans les grands médias

Publié le par

Campagne d'affichage dans le métro parisien, spots télévisés, à la radio ou projetés dans les salles de cinéma : avec un peu d'astuce, il est facile de s'offrir de la publicité dans les grands médias sans pour autant casser sa tirelire. Et le résultat en vaut souvent la peine. Quatre témoignages de PME...

Bruno Mocher, fondateur de Generik - Il mise sur le JT de 13 heures

Près de 8 millions de téléspectateurs ont assisté au cauchemar de cette jeune femme qui, ayant raté sa coloration maison, court chez son coiffeur pour se faire appliquer la dernière innovation de Generik, fabricant de produits low cost à destination des salons de coiffure. Ce spot publicitaire a été diffusé durant la première quinzaine de janvier 2010, juste avant le 13 heures de TF1. L'objectif? "Valoriser notre savoir-faire auprès du grand public. Et rappeler qu'il peut retrouver les bienfaits de nos produits chez son coiffeur", explique Bruno Mocher, fondateur de la marque. Pour ce spot, Generik débourse 9 000 euros HT de droits de diffusion et environ 240 000 euros HT pour la création du film par l'agence TVLowCost, spécialiste de la publicité à moindre coût. "Pour réduire nos frais, nous avons aussi tablé sur une période de diffusion dite "creuse", ajoute Bruno Mocher. Les fêtes étant passées, les espaces publicitaires TV sont deux fois moins chers en janvier." Le dirigeant ne regrette pas son investissement: depuis la diffusion, le nombre d'appels de clients explose. La PME a doublé son chiffre d'affaires entre 2010 et 2011.

Bruno Mocher, fondateur de Generik

Bruno Mocher, fondateur de Generik

Generik

- Activité
Fabrication de produits de coiffure
- Ville
Paris (VIIIe arr.)
- Forme juridique
SARL
- Dirigeant
Bruno Mocher, 44 ans
- Année de création
2004
- Effectif
- 18 salariés
- CA 2010
4,2 MEuros

Sébastien Forest, dirigeant d'Alloresto.fr - Alloresto.fr parodie la télé... à la radio

"Le Western de la faim", "Les Aventures de Kung-Faim", "Les Faims de l'amour": pour valoriser ses atouts, Alloresto.fr, site de livraison de plats préparés, parodie la télévision dans trois spots publicitaires radio. Ces messages ont pu être entendus entre janvier et mars 2011 en région parisienne (la zone de chalandise de la PME), sur des stations comme NRJ, Nostalgie, Europe 1 ou Virgin Radio, pour un total de 2 000 diffusions. "La radio répond à une certaine contrainte géographique et offre une grande visibilité", apprécie Sébastien Forest, président d'Alloresto.fr. La PME choisit des créneaux horaires à forte audience (le matin) et les heures de repas. Pour réaliser cette campagne, le dirigeant fait appel à une agence médias et débourse plusieurs centaines de milliers d'euros. Son but? Se faire connaître et booster ses ventes. Pourtant, impossible de dire si les spots radio remplissent leur rôle. En effet, Sébastien Forest déplore le manque de visibilité concernant le retour sur investissement: "Notre site est en permanence en forte croissance. Nous ne pouvons pas connaître, à ce jour, l'impact de la diffusion radio sur nos ventes. Le ROI est plus facilement mesurable avec une campagne publicitaire on line." Ce qui séduit Sébastien Forest dans l'idée de faire de la pub radio? "La noblesse du média."

Sébastien Forest, dirigeant d'Alloresto.fr

Sébastien Forest, dirigeant d'Alloresto.fr

Alloresto.fr

- Activité
Portail de restauration à domicile
- Ville
Paris (XVe arr.)
- Forme juridique
SA
- Dirigeant
Sébastien Forest, 38 ans
- Année de création
1998
- Effectif
20 salariés
- CA 2010
12 MEuros

Anthony Poyac, directeur général de Prixtel - Il investit les couloirs du métro parisien

Sur un marché dominé par des mastodontes, difficile de s'affirmer. Pourtant, l'opérateur de téléphonie low cost Prixtel essaie de se tailler une part du gâteau. "Pour exister, nous misons sur un mode de distribution uniquement sur le Web et nous soignons notre communication", explique Anthony Poyac, directeur général de Prixtel. Cette PME de seulement 14 personnes a eu l'audace de réaliser trois campagnes d'affichage en 4 X 3 dans le métro parisien, chacune correspondant au lancement d'un nouveau produit ou service. Prixtel n'hésite pas à mettre en avant son positionnement low cost, avec des publicités qui se veulent simples mais efficaces. "Pour gagner en cohérence, nous reprenons les mêmes codes couleurs et typographiques pour habiller notre site lors de l'opération", ajoute Anthony Poyac. Pour réduire son budget pub, la PME organise des brainstormings en interne pour dénicher les bonnes idées. D'autre part, pour pouvoir s'offrir des stations très fréquentées comme celle des Champs-Élysées, Prixtel profite des périodes creuses, qui intéressent moins les annonceurs (le mois de février, par exemple). Ainsi, l'entreprise limite ses frais, estimés à quelques milliers d'euros pour chaque campagne, et réserve l'équivalent de 300 à 700 panneaux à travers la capitale.

Anthony Poyac, directeur général de Prixtel

Anthony Poyac, directeur général de Prixtel

Prixtel

- Activité
Opérateur de téléphonie mobile
- Ville
Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône)
- Forme juridique
SA
- Dirigeants
David Charles, 38 ans, et Anthony Poyac, 39 ans
- Année de création
2004
- Effectif
14 salariés
- CA 2010

18 MEuros

Beloufa Betari, dirigeant de Beta Renov - Il séduit ses clients au cinéma

C'est au cinéma indépendant de Poissy (Yvelines) qu'une petite entreprise spécialisée dans la pose de fenêtres, Beta Renov, choisit de faire sa publicité. L'objectif? "Renforcer notre notoriété locale", affirme le dirigeant de la PME, Beloufa Betari. Le film reprend plusieurs plans du centre-ville de Poissy, avant de vanter les mérites de l'entreprise. "Ainsi, une personne qui voit la publicité est interpellée, car elle reconnaît son quartier", assure Mehdi Betari, assistant de direction, coordinateur de chantier et... réalisateur du spot. Montage, son, vidéo: il s'est occupé de tout. Sa seule petite folie? Engager la doublure française de l'acteur Kiefer Sutherland, de la série "24 heures chrono", pour la voix off. Mehdi Betari juge que le coût d'une telle production reste "abordable pour une petite structure". La publicité sera projetée durant un an, juste avant les longs-métrages préalablement choisis par Beta Renov. "Pour gagner en efficacité, nous privilégions les films qui correspondent à notre clientèle, explique Beloufa Betari. Ceux qui vont cartonner, qui ciblent les 35-75 ans, ou même les enfants, puisque ces derniers sont toujours accompagnés par leurs parents..." Le coût de diffusion est fixé à 2 euros HT par séance, soit une dépense d'environ 70 euros HT par semaine pour la PME.

Beloufa Betari, dirigeant de Beta Renov

Beloufa Betari, dirigeant de Beta Renov

Beta Renov

- Activité
Pose et rénovation de fenêtres
- Ville
Triel-sur-Seine (Yvelines)
- Forme juridique
SA
- Dirigeant
Beloufa Betari, 58 ans
Année de création
1996
- Effectif
10 salariés
- CA 2010
1,4 MEuros

Publicité en ligne: efficace et pas chère

Impossible de ne plus passer par elle! Aujourd'hui, la publicité on line est devenue l'élément incontournable d'une communication soignée, à condition de disposer d'une vitrine sur la Toile. Encarts, vidéos, bannières animées ou liens sponsorisés: quel que soit le format choisi, les coûts de production restent peu élevés (trois fois moins chers que ceux d'une campagne télévisée, par exemple). De plus, cette forme de publicité permet de mieux contrôler son retour sur investissement. Vous pouvez connaître à tout moment le comportement des consommateurs que vous ciblez: la campagne a-t-elle amené du trafic sur votre site web? Combien de nouvelles commandes a-t-elle engendré?

Mot clés : tache | Pme |

Céline Tridon