Mon compte Devenir membre Newsletters

Des propositions concrètes pour promouvoir l'envie d'entreprendre

Publié le par

Le baromètre annuel de la confiance entrepreneuriale au sein des pays du G20 a été dévoilé mi-octobre par le cabinet Ernst & Young. Présentation.

Réalisé auprès de 1 000 entrepreneurs des pays du G20, le baromètre annuel de la confiance entrepreneuriale, du cabinet d'audit Ernst & Young, publié à la mi-octobre, donne une image concrète de la manière dont les entrepreneurs perçoivent la capacité de leur environnement national à encourager la création et le développement d'une entreprise. Ainsi, il a permis d'identifier 40 bonnes pratiques mises en oeuvre par ces pays au cours des cinq dernières années. Parmi ces meilleures pratiques mondiales, six sont d'origine française: le FCPI (fonds commun de placement dans l'innovation), la banque publique Oséo, le statut d'auto-entrepreneur, le CIR (crédit impôt recherche), le programme Nacre (dispositif d'accompagnement pour la création et la reprise d'entreprise) et le guichet unique.

Promouvoir les emplois créés par les PME

Les entrepreneurs interrogés insistent sur l'importance de la culture entrepreneuriale. Alors que dans de nombreux pays, l'échec exprime positivement la prise de risque, il reste en France un frein trop important. Afin de changer cet état d'esprit, 61 % des entrepreneurs recommandent de faire la promotion des emplois créés par ces structures. Autres solutions, selon les sondés, pour mener les étudiants sur la voie de l'entrepreneuriat: le mentorat et la valorisation des success stories.

Les entrepreneurs n'attendent pas de la part des gouvernements des financements supplémentaires, mais plutôt un environnement favorable pour les investissements, notamment en provenance des business angels. Les sondés sont 62 % à penser que les plus jeunes ont des difficultés à se financer et 80 % suggèrent que les gouvernements s'engagent sur ce sujet. Les entrepreneurs reconnaissent l'importance des Etats dans la construction d'un environnement favorable au développement de leur entreprise, et 47 % considèrent que des progrès ont été réalisés au cours des cinq dernières années. Ils sont 93 % à être convaincus que les mesures pour encourager l'innovation auront un impact important sur leur future croissance.

Seulement 49 % des répondants jugent que les jeunes entrepreneurs bénéficient d'un accompagnement adapté, alors que l'âge privilégié par les entrepreneurs pour se lancer se situe entre 18 et 30 ans.

@ © XAVIER GALLEGO MOREL / FOTOLIA / LD

SAVOIR

Les cinq actions à mettre en place pour promouvoir l'entrepreneuriat
1. Encourager la dynamique entrepreneuriale en mesurant la création d'emplois générés par les PME.
2. Promouvoir les entrepreneurs en les rendant davantage visibles via une émission télévisée pour montrer que l'entrepreneuriat est aussi un parcours professionnel.
3. Soutenir les jeunes entrepreneurs grâce à un système de mentorat.
4. Enseigner le métier d'entrepreneur depuis l'école primaire jusqu'aux études supérieures.
5. Soutenir l'innovation comme levier à la création d'entreprise et donc d'emplois, et mettre en oeuvre un programme d'accompagnement des PME à la mise sur le marché des innovations.
Source: baromètre annuel de la confiance entrepreneuriale au sein des pays du G20, Ernst & Young, 2011.