Mon compte Devenir membre Newsletters

Elle lance un logiciel de réservation en ligne

Publié le par

En important des Etats-Unis un concept qui a fait ses preuves - la réservation en ligne de tables dans les restaurants -, Stéphanie Pélaprat entend aider les restaurateurs à fidéliser leur clientèle.

 

NOUVELLE RUBRIQUE Chaque mois, nous vous proposons ici le portrait d'un créateur d'entreprise, que nous retrouverons un an plus tard, afin de faire le point sur l'évolution de son affaire.

Vingt-trois ans et déjà chef d'entreprise. Le parcours ascensionnel de Stéphanie Pélaprat est à l'image de son caractère volontaire. Lauréate du concours d'aide à la création d'entreprise Cré'Acc, la jeune femme dirige, depuis le 14 décembre, Restopolitan, une SAS située à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) et dont elle est, pour l'instant, l'unique composante.

Fraîchement diplômée de l'Ecole supérieure du commerce extérieur, elle n'a guère perdu de temps pour se lancer sur les chemins tortueux de l'entrepreneuriat. Confortée dans son dessein par un stage aux Etats- Unis, eldorado des créateurs, où «le dépôt de bilan n'est pas vécu comme un échec personnel», il ne lui restait plus qu'à trouver une bonne idée de business. Pour stimuler son imagination, Stéphanie Pélaprat s'envole pour la Chine, cherche la perle rare dans l'immense foire de Canton et revient avec un prototype. Après une série de tests, celui-ci ne s'avère pas commercialisable en France et c'est finalement des Etats-Unis que viendra la solution: une centrale de réservation de restaurants sur Internet.

Réservation gratuite. A l'instar d'OpenTable, précurseur du concept aux Etats-Unis, Stéphanie Pélaprat espère séduire les chefs français. Le principe est simple. Connecté sur le site www.restopolitan.com, l'internaute est informé en temps réel de la disponibilité des restaurants et peut enregistrer gratuitement sa réservation. La dirigeante se rémunère sur la vente du logiciel, développé en interne par deux amis informaticiens. Selon ses prévisions, une centaine de restaurants parisiens, moyen et haut de gamme, devraient s'équiper courant 2007. Montant de l'investissement? Environ 990 euros pour installer l'écran tactile et personnaliser le logiciel, plus 90 euros de redevance mensuelle. «Dans un marché de plus en plus concurrentiel cet outil est une nouvelle arme aux mains du restaurateur, analyse la jeune créatrice. Il lui permet de fidéliser ses clients et de mener à bien des actions marketing.»

@ DR

Pour monter son affaire, Stéphanie Pélaprat a rassemblé un capital de 37 500 euros. 20 % de la somme lui a été fournie par ses amis et sa famille, 8 % a été concédé à titre gracieux par le ministère de la Jeunesse et des Sports, le reste provenant de ses propres économies. La jeune femme s'est fixé deux objectifs pour cette année 2007: transformer ses prospects en clients et doubler son unique concurrent, arrivé il y a trois mois sur le marché.

RESTOPOLITAN >> Repères

- ACTIVITE: Edition de logiciels de réservation pour les restaurants
- VILLE: Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine)
- FORME JURIDIQUE: SAS
- DIRIGEANTE: Stéphanie Pélaprat, 23 ans
- DATE DE CREATION: Décembre 2006
- CAPITAL SOCIAL: 37 500 euros