Mon compte Devenir membre Newsletters

Elle surmonte une crise et sauve sa PMI

Publié le par

En 2003, la fonderie Metaleurop Nord met la clé sous la porte. Une véritable catastrophe pour Siate, qui voit s'envoler les trois quarts de son chiffre d'affaires. Pourtant quatre ans plus tard, la PMI de chaudronnerie semble remise de ce coup dur.

L'entreprise aujourd'hui. Rénovation d'un centre technique municipal, extension d'une chaufferie bois ou encore installation de ponts roulants: chez Siate, les affaires ne manquent pas. Outre les divers appels d'offres qu'elle a remportés, l'entreprise de chaudronnerie, tuyauterie et charpentes métalliques travaille avec des architectes et des industriels de la région Nord-Pas-de-Calais, pour lesquels elle réalise des extensions de bâtiments. En décembre 2006, forte de cette croissance, la PMI a emménagé ses ateliers et ses bureaux dans des locaux de 900 m2 à Courrières, près de Lens. Siate devrait enregistrer, cette année, un chiffre d'affaires de 1,2 million d'euros, en croissance de 20% par rapport à 2006. Mais elle revient de loin.

Sa crise. En janvier 2003, la nouvelle abasourdit les quelque 830 salariés de Metaleurop-Nord, géant du recyclage de batteries, mais aussi ses sous-traitants: l'énorme usine de Noyelles-Godault met la clef sous la porte. Pour Siate, la note est salée. En se déclarant en cessation de paiements, son donneur d'ordres lui inflige un impayé de 240 000 euros. «Nous n'avions jamais imaginé un tel scénario, relate Nadine Letalle, gérante de Siate. Cela aurait pu nous conduire au dépôt de bilan, puisque Metaleurop représentait près de 75% de notre chiffre d'affaires.» Mais la gérante, épaulée par ses deux fils, Michel et Christophe, refuse de baisser les bras. «Nous avons réussi à payer tous nos fournisseurs en leur demandant des délais. Du côté des clients, nous avons réclamé des acomptes ou avancé les échéances de créances.» De nombreux partenaires de l'entreprise se mobilisent pour ce plan de sauvetage. Interpellé, le Conseil général du Pas-de-Calais lui octroie même une aide remboursable de 27 000 euros.

Son rebond. Dans le même temps, la gérante de Siate, qui a constaté les limites de la sous-traitance, entame une stratégie de diversification de ses clients et activités. «Nous nous sommes ouverts aux métiers afférents à la métallurgie du bâtiment, en fabriquant des structures, des gardecorps ou encore des escaliers.» L'entreprise ne stoppe pas son activité de sous-traitance mais démarche directement les clients industriels. «Nous misons beaucoup sur l'innovation. Grâce à un partenariat avec un fabricant, nous proposons, par exemple, la pose de hangars modulaires sur mesure», explique Michel Letalle, en charge de la commercialisation de ces nouveaux produits. Une stratégie plutôt fructueuse, puisque la PMI peut se targuer de disposer d'un carnet de commandes bien rempli. «Nous remontons lentement la pente. Notre objectif, désormais, est de fidéliser nos clients industriels.»

SIATE - Repères

ACTIVITE: Tuyauterie, chaudronnerie et charpentes métalliques
- VILLE: Courrières (Pas-de-Calais)
- FORME JURIDIQUE: SARL
- ANNEE DE CREATION: 1994
- DIRIGEANTE: Nadine Letalle, 59 ans
- EFFECTIF: 8 salariés (et trois intérimaires)
- CA 2006: 1MEuros
- CA PREVISIONNEL 2007: 1,2 MEuros

Mot clés : affaires

Gaëtane Deljurie