Mon compte Devenir membre Newsletters

Emploi: les nouveaux contrats imaginés par le gouvernement

Publié le par

Alors que les chiffres du chômage ne cessent de s'envoler, le gouvernement brandit deux dispositifs censés favoriser l'emploi des jeunes et des seniors. D'un côté, les «emplois d'avenir» sont destinés aux 16-25 ans. Et de l'autre, le contrat de génération vise à maintenir en activité les seniors tout en intégrant les juniors. L'entrée en vigueur de ces dispositifs devrait être rapide.

Les «emplois d'avenir», mode d'emploi

A la différence des emplois jeunes créés par Lionel Jospin en 1998, les emplois d'avenir ont pour objectif de donner «un vrai boulot» à une partie des « 400 000 jeunes de moins de 25 ans dans la galère », selon les propos du ministre du Travail, Michel Sapin. Ils s'adressent à des jeunes sans qualification ou peu qualifiés et « prioritairement dans les zones urbaines sensibles (ZUS) ». Les secteurs concernés? « Les activités d'avenir ou dont l'utilité sociale est avérée. » Autrement dit, sont concernés la filière verte, le secteur social, les services à la personne, les filières numériques ou encore le tourisme. Il s'agit essentiellement d'emplois dans le secteur public, mais le privé sera aussi concerné avec, néanmoins, des aides moins élevées. En effet, l'Etat subventionnera ces contrats (à hauteur de 75 % du Smic pour les employeurs du secteur non marchand et de 35 % pour les employeurs du secteur marchand).

Selon les premières estimations, les emplois d'avenir devraient coûter à l'Etat 1,5 milliard d'euros par an. L'emploi d'avenir sera pour l'essentiel à temps plein, en CDI ou en CDD de trois ans (ou un an renouvelable jusqu'à trois ans).

Soumis aux députés fin septembre, le projet de loi prévoit la création de 150 000 contrats sur trois ans, dont 100 000 sur l'année 2013. Les emplois d'avenir devraient être opérationnels dès le 1er novembre prochain.

@ INGO BARTUSSEK

Le contrat de génération, mode d'emploi

Le contrat de génération, mesure principale de lutte contre le chômage des jeunes et des seniors, promise par le candidat François Hollande, « va entrer en vigueur au tout début de l'année 2013, comme prévu après la présentation d'un projet de loi en fin d'année ». C'est ce qu'a précisé Michel Sapin, le 5 septembre, tandis qu'il en détaillait le contenu dans les colonnes du Parisien.

Pour rappel, ce dispositif vise à coupler l'embauche de jeunes (16-25 ans) en CDI et le maintien des seniors (plus de 57 ans) en activité via un système de tutorat Ce nouveau type de contrat concerne toutes les entreprises, mais établit une différence entre celles qui emploient plus de 300 salariés et les autres. Il sera obligatoire pour les premières dans le cadre d'un accord collectif signé au plus tard en septembre 2013, sous peine de sanction (suppression des allégements de charges) et facultatif dans les secondes. Les PME (de moins de 300 collaborateurs, donc) recevront une aide versée durant trois ans en fonction du nombre de contrats conclus. Son montant? De l'ordre de 2 000 euros par an pour un jeune de moins de 26 ans recruté et autant pour un senior de plus de 57 ans maintenu dans l'emploi. Le ministère du Travail table sur la création de 500 000 contrats de génération en cinq ans.