Mon compte Devenir membre Newsletters

Il crée des jeux vidéo pour l'univers médical

Publié le par

Goran Vrbancic a lancé, en octobre, son premier jeu vidéo «médical». Une première étape pour ce dirigeant dont le projet est de créer un «serious game» pour les professionnels de la santé.

Grâce au jeu «Save Our Soûls», les joueurs acquièrent, en s'amusant, des connaissances en secourisme.

Grâce au jeu «Save Our Soûls», les joueurs acquièrent, en s'amusant, des connaissances en secourisme.

A la suite d'un accident, la fiancée d'Ethan se retrouve dans le coma. Un choc pour le jeune homme, qui va décider de devenir secouriste... Le pitch d'une prochaine série télévisée? Non. Il s'agit du scénario de «Save Our Souls» (SOS) - «Sauvez nos âmes» - le premier jeu vidéo édité par Medigames Studios, une entreprise de trois salariés créée en janvier 2009. «Ce jeu a été conçu pour l'iPhone et l'iPod. Notre but: que les joueurs acquièrent, en s'amusant, des connaissances en secourisme», explique Goran Vrbancic, gérant de la PME charentaise. L'entreprise n'a pas choisi l'univers de la santé par hasard. «Le grand public est demandeur d'histoires tournant autour du milieu médical, estime le dirigeant. Le succès des séries télévisées telles que Dr House, Urgences ou Grey's Anatomy en atteste.» Le chef d'entreprise s'est aussi inspiré de ces fictions télévisuelles pour la commercialisation, en octobre dernier, de son jeu. Il a en effet décidé de sortir, tous les deux mois, un «épisode» de SOS. Chaque épisode sera vendu 3,99 euros TTC. «Nous prévoyons dix épisodes. Et, comme dans les séries, il y a un rebondissement à la fin, pour que les joueurs aient envie d'acheter la suite», souligne le gérant. Pour réaliser ce premier jeu vidéo, Goran Vrbancic a investi avec son associé Eudes Ménager de Froberville, responsable développement de l'entreprise, 20000 euros. Il a aussi emprunté 50 000 euros, bénéficié d'un prêt d'honneur de 10000 euros de la part de France Initiative et obtenu une subvention de 39000 euros d'aide à l'embauche de la part d'Oseo.

Un «serious game» comme projet. Au-delà de SOS, l'entreprise a un autre projet plus ambitieux. Il s'agit d'un «serious game» («jeu sérieux» en français), - autrement dit un jeu pédagogique - baptisé, pour le moment, le «patient virtuel». Le scénario tourne autour d'un personnage en 3D qui présente plusieurs symptômes. Le joueur doit diagnostiquer, grâce à différents tests, la pathologie dont souffre le malade. La cible?

Les professionnels de la santé et les étudiants en médecine. Ce programme est suivi par Oseo, notamment pour aider la PME à déposer des brevets et tisser des liens avec des entreprises européennes. Le «patient virtuel» nécessitant un investissement en R&D de plusieurs années, la PME a donc décidé de lancer, quelques semaines après sa création, son jeu vidéo «Save Our Soûls». Le chiffre d'affaires qu'elle prévoit de réaliser avec ce produit, environ 100000 euros en 2009, lui permettra de continuer, parallèlement, à travailler sur ce qu'elle espère être demain son vrai fonds de commerce.

MEDIGAMES STUDIOS - Repères

- ACTIVITE: Création de jeux vidéo dans l'univers de la santé
- VILLE: Angoulême (Charente)
- FORME JURIDIQUE: SARL
- DIRIGEANT: Goran Vrbancic, 35 ans
- DATE DE CREATION: Janvier 2009
- CAPITAL SOCIAL: 20000 euros
- CHIFFRE D'AFFAIRES PREVISIONNEL 2009: 100000 euros

Mot clés : euro

Julien VAN DER FEER