Mon compte Devenir membre Newsletters

Il démocratise la maison «verte»

Publié le par

Ouvrir le marché de la maison écolo au plus grand nombre, telle est l'ambition de cet ancien banquier d'affaires parisien, qui n'hésite pas à rogner sur ses marges. Un choix qu'il estime à la fois idéologique et stratégique.

Entre 2004 et 2008, son effectif est passé de 7 à 9 salariés, son chiffre d'affaires de 3 à 4 millions d'euros et son résultat net de 250 000 à 413 000 euros. Une fois sa dette remboursée, cet été, Laurent Beaugiraud, président de Villa Soleil, constructeur de maisons individuelles, prévoit même d'embaucher quelques personnes, voire d'opérer une acquisition en 2009. Une réussite que le trentenaire doit à sa stratégie, adoptée dès 2004: il décide de racheter la PME à l'entrepreneur à qui son père l'a vendue 12 ans plus tôt, et se spécialise dans les maisons dont les matériaux et équipements permettent de réduire drastiquement les consommations d énergie. Ensuite, au client de déterminer « l'endroit où il souhaite placer le curseur», s'il se contente d'une isolation renforcée ou s'il opte également pour les capteurs solaires ou des citernes de récupération des eaux de pluies, par exemple.

Les maisons «écolos» proposées par Laurent Beaugiraud ne coûtent que 5 à 7% plus cher que des habitations ordinaires.

Les maisons «écolos» proposées par Laurent Beaugiraud ne coûtent que 5 à 7% plus cher que des habitations ordinaires.

Avec son ambition de démocratiser ce marché, pas d'autre solution que d'afficher des prix attractifs. Le secret du constructeur? Rogner sur ses marges et se rattraper sur les volumes. «Ainsi, nous parvenons à proposer des maisons qui ne coûtent que 5 à 7% de plus que des habitations ordinaires.»

De leur côté, les neuf salariés de Villa Soleil sont «ravis» et «fiers» de l'évolution de leur entreprise. «Ils se sont montrés sceptiques au début, admet le dirigeant. Il est vrai qu'avec des devis légèrement plus élevés que la concurrence, en ces temps de baisse du pouvoir d'achat, on se prive d'une cible.» Mais Laurent Beaugiraud a tenu bon, se présentant comme un entrepreneur visionnaire. «Nos demeures répondent aux normes écologiques qui seront en vigueur dans 10 ou 15 ans, affirme-t-il. C'est un grand service à rendre à nos clients et à leurs enfants.» Une dynamique interne s'est finalement développée, car l'homme avait à coeur d'impliquer ses collaborateurs dans son projet écologique. Ceux qui viennent travailler à pied ou à vélo perçoivent une prime, tout comme ceux qui conduisent une voiture peu polluante. Chaque année, 0,1% du chiffre d'affaires est même consacré à des opérations de sensibilisation des jeunes à la protection de l'environnement.

VILLA SOLEIL >> Repères

- ACTIVITE: Construction de maisons individuelles
- VILLE: Valence (Drôme)
- FORME JURIDIQUE: SAS
- DIRIGEANT: Laurent Beaugiraud, 35 ans
- ANNEE DE CREATION: 1967
- EFFECTIF: 9 salariés
- CHIFFRE D'AFFAIRES 2006: 4 MEuros
- RESULTAT NET 2006: 394 000 Euros
- CHIFFRE D'AFFAIRES 2007: 4 MEuros
- RESULTAT NET 2007: 413 000 Euros