Mon compte Devenir membre Newsletters

Il développe sa marque et son propre réseau de boutiques

Publié le par

En misant sur le haut de gamme et la diversification, Jean-Philippe Caille, président de Filature Arpin, a su transformer un établissement en déclin en entreprise de croissance.

 

Jean-Philippe Caille, président de Filature Arpin

Jean-Philippe Caille, président de Filature Arpin

Vêtements, articles de bagagerie et de décoration intérieure composent l'offre de la marque Arpin.

Vêtements, articles de bagagerie et de décoration intérieure composent l'offre de la marque Arpin.

Filature Arpin hier

Booster une entreprise en déclin en l'orientant sur le haut de gamme: tel est le défi relevé par Jean-Philippe Caille, président depuis 2006 de Filature Arpin, PME savoyarde bicentenaire, spécialiste des produits textiles et de déco. Comment? En misant sur la création de collections sur mesure pour des marques prestigieuses, telle Hermès. Un challenge pour une société qui revient de loin. En effet, en redressement judiciaire en 1998, la filature a eu chaud. En 2004, une transformation en musée était même envisagée... Si le succès est de nouveau au rendez-vous, c'est aussi grâce au renouvellement de son mode de distribution: en plus de son réseau d'une cinquantaine de revendeurs, la PME mise dorénavant sur des prescripteurs (créateurs, couturiers...) qui proposent à leurs clients des produits Arpin. Enfin, pour lisser son cycle de vente (CA réalisé surtout en hiver), une gamme de bagages et d'accessoires est lancée.

Filature Arpin

- Activité: Fabrication de textile et décoration


- Ville: Séez (Savoie)


- Forme juridique: SAS


- Dirigeant: Jean-Philippe Caille, 46 ans


- Année de reprise: 2006


- Effectif: 15 salariés


- CA 2012: 1,4 MEuros

Filature Arpin aujourd'hui

Pour la TPE, le haut de gamme s'impose toujours comme un filon porteur. « Nous continuons à distribuer nos produits dans des magasins de luxe. Sans oublier la déco intérieure sur mesure pour des hôtels, des chalets, etc. Un créneau rentable qui génère une bonne part de notre chiffre d'affaires », détaille le président. Signe que les orientations prises par Jean-Philippe Caille sont les bonnes, la correction de l'effet saisonnier offre à la PME de forts relais de croissance. « Certes, les vêtements d'hiver constituent encore notre ADN. Toutefois, notre objectif est de viser un public plus large, installé dans les centres urbains. » C'est chose faite avec l'ouverture en juillet 2010 à Chamonix d'une première boutique Arpin, spécialisée dans la bagagerie et les accessoires, et d'une seconde à Lyon en mars dernier. « Pour l'instant, on se développe en propre en autofinancement, mais l'ouverture d'autres enseignes en concession n'est pas à écarter », confie le président en rappelant son objectif: « Asseoir Arpin en tant que marque et non comme simple fournisseur. » En plein essor, l'entreprise mise toujours sur son savoir-faire artisanal. « Pour gagner en rentabilité, nous avons modernisé notre appareil de production via l'achat de deux métiers à tisser, tout en capitalisant toujours sur des méthodes artisanales garantes de notre qualité: séchage naturel de la laine, création régulière de nouvelles qualités de tissu plus douces et épaisses via des machines classées patrimoine national.» Une stratégie payante: la TPE, forte d'une croissance à deux chiffres en 2011, espère bientôt s'implanter à l'étranger, notamment dans les Alpes alémaniques.