Mon compte Devenir membre Newsletters

Il donne une image «verte» à son entreprise

Publié le par

Pour promouvoir ses convictions en matière de respect de l'environnement, Gaby-Yves Bald fabrique des produits «propres» et dote sa société de voitures hybrides.

Gaby-Yves Bald aime joindre le geste à la parole. Ainsi, lorsque le dirigeant de Fondis, spécialiste des cheminées et des radiateurs électriques, investit un million d'euros dans son programme «zéro CO» afin de réduire les émissions d'oxyde de carbone de ses produits, il met également ses véhicules de société au régime sec. Exit les Mégane diesel de ses cinq commerciaux effectuant chacun plus de 60 000 kilomètres par an. Place à des véhicules propres, émettant peu de CO2. «J'ai finalement choisi la Prius, le modèle hybride (moteur électrique et moteur thermique) de Toyota, car elle est très confortable et surtout beaucoup plus autonome que les véhicules électriques, encore très peu diffusés», relate Gaby- Yves Bald. En 2005, après le test d'une Prius par un commercial, de prime abord peu convaincu par ce changement, la société installée à Vieux-Thann (Haut-Rhin) signe un contrat de location longue durée pour cinq Prius. Coût de l'opération: 28 000 euros par véhicule. «C'est environ 3 000 euros de plus que pour une Mégane, mais ce surcoût initial est totalement rentabilisé grâce à l'exonération de la taxe sur les véhicules de société pour tout achat de voiture hybride», assure le dirigeant, qui emploie 45 personnes.

FONDIS - Repères

- ACTIVITE: Fabrication de cheminées, d'inserts, de radiateurs électriques et de climatiseurs pour caves à vin
- VILLE: Vieux-Thann (Haut-Rhin)
- FORME JURIDIQUE: SA
- DIRIGEANT: Gaby-Yves Bald, 49 ans
- ANNEE DE CREATION: 1978
- EFFECTIF: 45 collaborateurs
- CA 2007: 10,6 millions d'euros
- RESULTAT NET 2007: 409 000 euros

Conduite citoyenne. Au quotidien, le budget carburant est à peu près équivalent. «Une Prius consomme à peine un demi-litre de super aux 100 km de plus que nos précédents véhicules de société», calcule-t-il. Lors de la réunion mensuelle, Gaby- Yves Bald jauge les performances de ses commerciaux, mais aussi leur consommation en carburant. «C'est un peu devenu une plaisanterie interne!» En revanche, l'entrepreneur ne badine pas avec le code de la route. «Nos véhicules sont désormais équipés de régulateurs de vitesse. Et je demande à chacun des commerciaux d'en faire le meilleur usage possible.» La bonne image de son entreprise passe également par une conduite citoyenne. En cas de contravention, il est intraitable. «C'est le salarié qui paie le procès- verbal et je déclare son nom à l'administration. Si besoin, il perd des points sur son permis de conduire», insiste-t-il. Pour sa part, Gaby-Yves Bald a également abandonné sa Vel Satis pour un modèle hybride de standing de la gamme Lexus, un RX 400, «plus respectueux de l'environnement», argumente-t- il. Même s'il ne sait pas quantifier le retour sur investissement de cette flotte automobile, le patron de Fondis est persuadé que l'impact est positif. «Un client m'a clairement dit qu'il faisait affaire avec nous car il était très sensible à notre démarche», se plaît-il à raconter.

A SAVOIR

- LA TVS, MODE D'EMPLOI
Désormais, le montant de la taxe sur les véhicules professionnels dépend du niveau d'émission de CO2 des automobiles et non plus du nombre de chevaux fiscaux. Les voitures électriques, hybrides et celles fonctionnant au GNV ou uniquement au GPL en sont exonérées.
Les véhicules fonctionnant alternativement à l'essence et au GPL sont exonérés de la moitié de la taxe.