Mon compte Devenir membre Newsletters

Il expérimente le restaurant 100% high-tech

Publié le par

Le restaurant Cap Seguin a été choisi comme pilote du Passeport pour l'économie numérique et récolte, à l'échelle de sa PME, les bienfaits des outils déployés à ce titre.

«Allergie à l'huile, mais laquelle?», demande le chef. «Arachide», lui répond le serveur de la table 10. Une conversation qui ne laisse filtrer aucun son et ne nécessite aucun déplacement. L'explication tient en deux mots: PDAetwi-fi.

Restaurant installé sur les berges de la Seine, à Boulogne-Billancourt, Cap Seguin a été choisi comme pilote dans le cadre du Passeport pour l'économie numérique (voir notre encadré). Une révolution à peine visible aux yeux des néophytes, qui ne voient que des serveurs équipés d'un PDA (Personal Digital Assistant) pour la prise de commandes. En fait, la solution développée va bien au-delà car le système est connecté par wi-fi à la cuisine, permettant une véritable interactivité avec la salle. Conséquence: une productivité que Marc Rémusat, dirigeant du restaurant, chiffre à une heure de travail gagnée à chaque service, grâce à la suppression de nombreux allers et retours. Et qui se répercute aussi sur le chiffre d'affaires en hausse de 5% après trois mois d'utilisation: «Les clients consomment plus parce qu'on répond plus rapidement à leurs besoins», constate le restaurateur.

Une mue technologique

Mais Marc Rémusat ne partait pas de zéro en termes d'équipement technologique. Comme nombre de dirigeants de PME, il avait construit son développement informatique au fil de ses besoins sans pouvoir employer de responsable en interne. Résultat: «Les logiciels de comptabilité, de paie, de gestion commerciale se sont empilés sans coordination, de même que les contrats de maintenance. Et en cas de panne, ce n'était jamais la faute de personne», se souvient-il. donc consisté à apporter de la cohérence informatique dans un univers complexe: «Un restaurant, c'est une mini-industrie, avec des achats, de la transformation de matières premières et des services», explique Jean-Louis Tillet, responsable de projet chez Cisco, spécialiste des technologies réseaux et prestataire de Cap Seguin dans cette mutation technologique. En l'occurrence, Cisco a facturé ses services 30 000 euros, un coût intégralement pris en charge par le ministère de l'Economie. Conquis par la mue de son entreprise, Marc Rémusat élargit désormais le champ d'application de ces nouveaux outils: service voiturier, gestion du personnel et des commandes fournisseurs...

Pour booster sa productivité, Marc Rémusat a fait adopter PDA et wi-fi à son personnel de salle, ainsi relié aux cuisines.

Pour booster sa productivité, Marc Rémusat a fait adopter PDA et wi-fi à son personnel de salle, ainsi relié aux cuisines.

CAP SEGUIN - Repères

- ACTIVITE: Restauration
- VILLE: Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine)
- FORME JURIDIQUE: SA
- ANNEE DE REPRISE: 2003
- DIRIGEANT: Marc Rémusat, 48 ans
- EFFECTIF: 45 salariés
- CA 2006: 3 MEuros
- RESULTAT NET 2006: NC

EN BREF

> LE PASSEPORT POUR L'ECONOMIE NUMERIQUE
Montrer que les NTIC (nouvelles technologies de l'information et de la communication) peuvent renforcer le business d'une PME. C'est le pari du Passeport pour l'économie numérique mis en place en 2006 par Renaud Dutreil, alors ministre des PME, du Commerce, de l'Artisanat et des Professions libérales. Un programme qui comprend des formations gratuites à des outils informatiques, des offres packagées ainsi que des financements pour l'acquisition d'équipements.
Rens.: www.econumeI rique.pme.gouv.fr