Mon compte Devenir membre Newsletters

Il fait sa pub sur une montgolfière

Publié le par

Quand l'opportunité s'est présentée de faire de la publicité sur une montgolfière, Alain Lacour n'a pas hésité, malgré l'investissement financier important. Les clients et les fournisseurs de la menuiserie peuvent ainsi découvrir l'attrait de ce média original à l'occasion d'un baptême de l'air.

Une montgolfière jaune flotte dans le ciel angevin. Elle porte haut les couleurs de l'Atelier Lacour, une menuiserie située à Trélazé, dans le Maine-et-Loire. A son bord, six clients et fournisseurs de la PMI. Un moment qu'Alain Lacour, le dirigeant, espère inoubliable. «Offrir un baptême de l'air en montgolfière, cela crée une proximité, une relation privilégiée avec nos partenaires», confie le chef d'entreprise, qui, chaque mois, en invite quelques-uns à découvrir la campagne vue du ciel.

ATELIER LACOUR - Repères

ACTIVITE: Menuiserie, agencement
VILLE: Trélazé (Maine-et-Loire)
FORME JURIDIQUE: SARL
DIRIGEANT: Alain Lacour, 44 ans
ANNEE DE REPRISE: 1999
EFFECTIF: 29 salariés
CA 2007: 2,5 MEuros

Alain Lacour a investi dans un support publicitaire original et facilement identifiable.

Alain Lacour a investi dans un support publicitaire original et facilement identifiable.

En 2003, pour inaugurer l'ouverture de son deuxième atelier, Alain Lacour cherche une récompense d'exception pour ses 16 salariés. C'est alors qu'il a l'idée d'un cadeau original: un baptême de l'air dans l'aéronef pensé par les frères Montgolfier. L'artisan contacte donc le propriétaire d'un ballon, qui lui propose de sponsoriser sa prochaine acquisition, une montgolfière de six places. L'offre est tentante: pour un investissement de l'ordre de 30 000 euros, Alain Lacour y voit une excellente opportunité de faire de la publicité à son entreprise. «La montgolfière est un support extraordinaire, qui apporte une notoriété considérable. Les gens mémorisent notre marque, même si c'est de façon inconsciente.» A tel point que, dans la région, Alain Lacour est aujourd'hui surnommé le «Monsieur au Ballon». En plus de la publicité, le chef d'entreprise négocie une centaine de vols qu'il peut offrir à des partenaires. Satisfait de son investissement, il songe désormais à acquérir, pour quelques dizaines de milliers d'euros, une dynabulle, sorte de montgolfière équipée d'un moteur d'ULM. Cette fois, son entreprise en serait propriétaire et la louerait en tant que média pour d'autres annonceurs. Quant au chef d'entreprise, devenu un vrai passionné, il a décidé de passer son brevet de pilote.