Mon compte Devenir membre Newsletters

Il faut cultiver votre jardin

Publié le par

Le manager doit souvent gérer la performance immédiate de son équipe mais aussi accompagner le développement du potentiel de ses hommes. Face à ces enjeux, il y a ceux qui récoltent du résultat à court terme en prenant le risque d'appauvrir durablement leur terrain, et ceux qui, comme le jardinier, savent qu'il est inutile de tirer sur un plant pour le faire pousser plus rapidement.

Et si le manager prenait modèle sur le jardinier qui cultive le vivant? On obtiendrait un manager qui accompagne la croissance de ses hommes pour construire de la performance durable et pas uniquement du résultat immédiat. L'analogie entre la culture du vivant, le jardinage, et le management nous permet de faire émerger quelques règles essentielles pour accompagner et manager plus efficacement les équipes. Il existe ainsi quatre attitudes managériales-clés pour réussir à «récolter» dans la durée.

Francis Karolewicz, dirigeant fondateur de FMK Consulting.

Francis Karolewicz, dirigeant fondateur de FMK Consulting.

1 - Porter davantage attention aux jeunes pousses tant sur le plan de la diversité, que dans l'encadrement de la croissance et la transmission des connaissances. Cela nécessite au préalable une bonne préparation de terrain afin d'accueillir au mieux ceux qui deviendront la relève de demain. Prendre soin de son vivier est essentiel pour envisager l'avenir et susciter une fertilisation croisée au sein de l'entreprise.

2 - Valoriser l'expérience et la fierté d'appartenance des anciens pour transmettre les savoirs spécifiques de chaque métier et assurer la pérennité des connaissances et de la culture d'entreprise. A l'image de notre société, l'entreprise a tendance à laisser de côté, voire à pousser dehors ses seniors.

3 - Supprimer les parasites et les gourmands qui se nourrissent du système et le fragilisent. L'entreprise, cherchant à tout maîtriser et contrôler, génère elle-même de plus en plus de tâches administratives et de réunions visant uniquement à se rassurer et à répartir les responsabilités individuelles. Par écho, cela entraîne des comportements parasites et négatifs qui vont absorber une partie de l'énergie collective.

4 - Respecter les rythmes et les temps d'apprentissage pour maintenir la richesse et la vitalité des salariés. A force de vouloir accélérer la croissance et augmenter la productivité sans tenir compte du niveau d'épuisement de l'ensemble des acteurs, l'entreprise appauvrit sa fertilité et prend le risque de ne plus pouvoir récolter durablement. L'absentéisme et l'accroissement des arrêts maladies liés au stress sont des symptômes à prendre sérieusement en compte comme pourrait le faire un jardinier en constatant l'émergence de certaines maladies sur ses plants. A force de vouloir maîtriser sa rentabilité et les impacts de l'environnement sur son activité, l'entreprise morcelle le temps à coup de reporting, de tableaux Excel sans tenir compte des cycles naturels de croissance et de maturité nécessaires à la récolte. Cela génère des tâches non productives et anxiogènes. Il faut favoriser le développement des facteurs de durabilité et de fertilité qui créeront les conditions nécessaires pour faire face collectivement aux tempêtes à venir.

Le «manager jardinier» s'investit autant dans la relation et le contact que dans les outils et la technique. Accompagner le vivant, ce n'est pas transformer un roseau en peuplier: c'est lui permettre de s'épanouir et d'être le plus vivace possible.

BREF

Francis Karolewicz est le dirigeant fondateur de FMK Consulting (Fmk-consulting.com), société dédiée notamment au coaching en management durable à destination des dirigeants et des managers. Il a par ailleurs fondé isiQuest, entreprise spécialisée dans les diagnostics des besoins de formation, les enquêtes et sondages en ligne. Il est aussi l'auteur de nombreux ouvrages à l'image d'Ecomanagement aux éditions de Boeck Université, en vente depuis janvier 2010.