Mon compte Devenir membre Newsletters

Il met les bouchées doubles après avoir mangé son pain noir

Publié le par

Les Biscottes Roger s'étiolaient doucement jusqu'à ce que le petit-fils du fondateur ose nourrir de grands projets pour la PME. Réorganisation structurelle, innovation et communication, voici les ingrédients qui lui ont permis de... multiplier à nouveau les pains.

Eric Sarret, p-dg des Biscottes Roger

L'entreprise aujourd'hui

Tartines, pains de mie, petits grillés et biscottes de la marque Roger quittent leur usine aixoise pour le parc des expositions de Paris. Pour la première fois depuis plus de dix ans, la PME réinvestit le Sial, Salon international des professionnels de l'agroalimentaire, qui se tient à la fin du mois d'octobre. Une manifestation que le p-dg, Eric Sarret, petit-fils du fondateur, entend bien exploiter pour continuer à développer l'affaire familiale, notamment à l'export. En moins de trois ans, les ventes hors frontières sont déjà passées de 0 à 4 %. Et pour mettre toutes les chances de son côté, le dirigeant s'attelle également à la remise à plat de son service qualité. Objectif: obtenir la certification International Food Standard (IFS), considérée comme un pré-requis par bon nombre de réseaux de grandes et moyennes surfaces (GMS) à l'étranger. Si le quadragénaire peut aujourd'hui «mettre le paquet» sur l'export, c'est qu'il est d'abord parvenu à redresser une entreprise en mal de résultats il y a encore deux ou trois ans.

Sa crise

Après deux exercices déficitaires (en 2006 et 2007), Eric Sarret, alors responsable de production et des achats de matières premières, est appelé à la rescousse par son père et son oncle, lesquels lui laissent les manettes en avril 2008. L'homme a du pain sur la planche. La PME a subi de plein fouet la hausse du prix de la farine. « Nous vivions, en outre, sur une gamme un peu vieillotte et la gestion n'était pas optimale », explique l'intéressé, moins enclin à discuter des «erreurs» de ses prédécesseurs que des mesures correctives qu'il a prises.

Son rebond

Le p-dg entreprend tout d'abord de rationaliser et de réorganiser la production afin de réaliser des économies de structure. Cinq salariés partis à la retraite ne sont par ailleurs pas remplacés. Pour éliminer les temps morts dans l'usine, tributaire du réchauffage des fours, il décide de ne produire plus qu'un seul type de produit par jour au lieu de trois, réduisant ainsi les rotations d'équipes. « Désormais, un planning à quinze jours, établi à partir de l'historique des commandes clients, rythme une production autrefois plus anarchique », ajoute-t-il. Eric Sarret sillonne par ailleurs le pays aux côtés de ses quatre commerciaux. Au-delà de la démarche managérial, il s'agit de reprendre contact avec tous ses partenaires. Pour pallier une gamme asséchée par le temps, la PME sort également en 2008 trois références bio. « Et pour redorer l'image de la marque, le packaging des 30 produits a été relooké », indique le p-dg. Le code couleur est resté le même, mais a été ajoutée la mention «Depuis 1945», gage du savoir-faire et de la longévité - un temps menacée - de la maison.

LES BISCOTTES ROGER - Repères

- ACTIVITE: Fabrication de biscottes et de pains
- VILLE: Les Milles (Bouches-du-Rhône)
- FORME JURIDIQUE: SA
- DIRIGEANT: Eric Sarret, 45 ans
- ANNEE DE CREATION: 1945
- CA 2009: 6,8 MEuros

Mot clés :

Gaelle Jouanne