Mon compte Devenir membre Newsletters

Il pousse le bouchon un peu plus loin

Publié le par

Deux ans après avoir failli boire la tasse, le fabricant de bouchons synthétiques Syntek retrouve la santé. Le remède : un mélange d'optimisation industrielle et de développement commercial.

L'entreprise aujourd'hui

2011, un excellent millésime pour Syntek, fabricant de bouchons synthétiques ! Après s'être maintenue à l'équilibre en 2010, la PME, rachetée par Didier Rodriguez voici deux ans, va en effet renouer avec les bénéfices en 2011. L'entreprise compte quelque 200 clients (contre une centaine en 2009), des grands négociants en vin comme le groupe Castel, des petits domaines ainsi que la grande distribution (Auchan, Carrefour, Intermarché...). La grande majorité de cette clientèle est française, mais le dirigeant compte bien décrocher des parts de marché en Europe puis en Amérique du Sud. 10 % de son chiffre d'affaires (2,3 millions d'euros en 2010) est d'ores et déjà réalisé à l'export. Il vise 30 % à l'horizon 2014.

Sa crise

Une reprise en main efficace car l'entreprise n'était pas au mieux de sa forme en 2009. « Les anciens patrons ont investi de manière démesurée dans l'outil de production entre 2007 et 2008 », explique Didier Rodriguez. Une baisse de qualité leur fait, en outre, perdre plusieurs contrats juteux. « Leur unique commercial n'est pas parvenu à enrayer l'érosion du portefeuille clients et encore moins à le faire grossir », ajoute le repreneur. Dans l'impossibilité de payer leurs créanciers, les responsables saisissent le tribunal de commerce et frôlent la liquidation judiciaire.

Son rebond

C'est alors que Didier Rodriguez, le directeur de production d'une société concurrente, flaire la bonne affaire. Un parc de machines flambant neuf, une vingtaine de salariés formés, des produits dotés d'un fort potentiel et surtout un marché global de 3 milliards d'euros incite le trentenaire à se jeter dans le bain de l'entrepreneuriat. Il s'associe alors à un collègue et à une connaissance professionnelle au profil commercial afin de s'entourer de compétences complémentaires. Le trio achète 60 % des parts pour un euro symbolique et injecte 100 000 euros dans l'affaire. Reste à redresser la PME. Didier Rodriguez, qui en prend la tête, la débaptise. Cortek devient Syntek. « Une manière d'imposer notre identité et de faire valoir les changements impulsés auprès des clients et partenaires », souligne-t-il. Après analyse complète des process, Didier Rodriguez améliore la qualité des produits. Mieux, la nouvelle organisation du travail qui en découle limite les temps morts entre les différentes étapes de fabrication et booste les rendements. Les trois sites de production sont regroupés pour n'en faire qu'un.

De leur côté, ses associés s'occupent de recruter dix agents commerciaux et quinze distributeurs. Enfin, non content de relancer les bouchons moyenne gamme, Didier Rodriguez se lance sur le créneau supérieur avec une nouvelle gamme. Il va multiplier son effectif par trois.

SYNTEK - Repères

- ACTIVITE: Fabrication de bouchons synthétiques
- VILLE: Roquemaure (Gard)
- FORME JURIDIQUE: SA
- DIRIGEANT: Didier Rodriguez, 38 ans
- ANNEE DE REPRISE: 2009
- EFFECTIF: 65 salariés
- CA 2010 : 2,3 M€