Mon compte Devenir membre Newsletters

Il repositionne son entreprise sur le haut de gamme

Publié le par

Stagiaire devenu directeur général en seulement un an, Jean Desmoulière, 27 ans, a donné un coup de jeune à une filature en déclin. Il mise désormais sur les prescripteurs pour vendre ses produits de luxe.

L'entreprise aujourd'hui

Coussins, plaids, couvertures, draps... La Filature Arpin, fondée en 1817 à Seez en Savoie, produit - sur commande - des articles haut de gamme et sur mesure pour des marques aussi prestigieuses que Jean- Charles de Castelbajac ou Hermès. De la tonte des moutons à la mise en bobine, en passant par la teinte et le séchage, toutes les étapes de la fabrication sont assurées sur place. Treize tonnes de laine sont ainsi transformées annuellement en 9 000 mètres d'étoffe. Bien que la PME se trouve actuellement en phase d'investissement (restauration et acquisition de machines, mise aux normes, etc.), ses comptes sont à l'équilibre. Et le directeur général gère 10 à 15 salariés, soit l'effectif le plus important depuis la création de la filature.

Pour renouveler sa clientèle, Filature Arpin produit des articles sur mesure pour la maison.

Pour renouveler sa clientèle, Filature Arpin produit des articles sur mesure pour la maison.

Sa crise

Fragilisée, dès les années quatre-vingt, par la concurrence de la laine synthétique, moins chère, et de la couette, plus à la mode que la couverture, la PME peine à trouver de nouveaux débouchés. Le couperet tombe en 1998: redressement judiciaire, heureusement suivi d'un plan de continuation en 2000. «Les dirigeants n'ont pas su renouveler la clientèle», explique Jean Desmoulière. Lors de son arrivée en tant que stagiaire en 2004, celui-ci a même pour mission de transformer la filature, qui ne comptait plus que quatre salariés, en musée! «C'est dire si les affaires allaient mal. Ils produisaient pour stocker», ajoute l'intéressé.

Son rebond

Amoureux de cette entreprise, Jean Desmoulière refuse de la voir mourir. Il se met alors en quête d'un nouvel actionnaire principal. C'est ainsi qu'en 2005, Philippe Caille prend 70% du capital, et lui le reste. Il devient directeur général et, en tant que tel, redéfinit la stratégie. Il positionne la Filature Arpin sur le haut de gamme en produisant des collections sur mesure. Afin de limiter le nombre d'intermédiaires et ainsi d'accroître ses marges, il change de mode de distribution. Fini le réseau d'une cinquantaine de revendeurs. Désormais, la PME mise sur les prescripteurs: créateurs, architectes d'intérieur ou couturiers qui proposent à leurs clients des produits Arpin. Par ailleurs, la société réalise l'essentiel de son chiffre d'affaires sur quatre mois, en hiver. Pour développer le cycle de vente, le chef d'entreprise décide donc de se lancer dans la bagagerie, pour laquelle la demande n'est pas saisonnière. Enfin, les effectifs, rajeunis, suivent des formations de design. L'objectif? Toujours apporter de meilleures réponses aux besoins des clients.

FILATURE ARPIN - Repères

- ACTIVITE: Filature
- VILLE: Seez (Savoie)
- FORME JURIDIQUE: SAS
- DIRIGEANT: Jean Desmoulière, 27 ans
- ANNEE DE CREATION: 1817
- EFFECTIF: 12 salariés
- CA 2008: 800 kEuros

Mot clés : produit |

Gaelle JOUANNE