Mon compte Devenir membre Newsletters

Il s'engage contre la discrimination à l'embauche

Publié le par

Pour embaucher ses futurs collaborateurs en toute objectivité, Céleste mène non pas un mais deux entretiens par téléphone, puis un troisième de visu. L'objectif: recruter les meilleurs candidats tout en assurant la diversité au sein des équipes.

Commerciaux, chefs de projet informatiques, techniciens... Céleste, fournisseur d'accès Internet spécialisé dans la fibre optique, a recruté 11 personnes en 2008, 9 cette année et envisage encore une dizaine d'embauchés en 2010. L'objectif de son gérant, Nicolas Aube? Recruter le meilleur pour chaque poste, sans laisser la moindre place aux critères subjectifs. C'est pourquoi, depuis 2006, les candidats passent deux entretiens téléphoniques, avant de le rencontrer. «Le téléphone permet d'avoir une attitude plus impartiale, affirme Nicolas Aube. Je recherche des personnes motivées, sérieuses, capables d'initiative et à Yaise dans Y environnement mouvant d'une PME en croissance...» Rien à voir avec l'âge, le sexe ou le milieu social du candidat.

Une efficacité accrue

Le recrutement par téléphone a également permis à l'entreprise de gagner en efficacité. «Les contacts avec les clients se font surtout par ce biais. C'est donc pour nous l'occasion de tester, très tôt dans le processus de recrutement, les qualités relationnelles des candidats», poursuit le dirigeant. La directrice générale s'occupe du premier contact et le second entretien, plus technique, est mené par un ingénieur ou un commercial, selon le profil du candidat. Nicolas Aube rencontre les postulants qui ont été retenus. Ce processus de recrutement dure environ deux mois. «Auparavant, nous menions un seul entretien, en face-à-face. Faute d'avoir effectué une présélection, nous rencontrions davantage de candidats, ce qui nous faisait perdre beaucoup de temps et augmentait les erreurs de recrutement», estime le chef d'entreprise. Grâce à ce système, il y consacre «seulement» deux à trois heures par semaine. En effet, pour 10 embauches, ses équipes mènent, après tri des CV, une centaine d'entretiens téléphoniques. Quant à lui, il reçoit entre 20 et 30 candidats.

Réduire la discrimination

Au final, la société compte à peu près autant d'hommes que de femmes et des collaborateurs issus d'origines très diverses: espagnole, algérienne, marocaine, belge, libanaise, réunionnaise, guadeloupéenne, martiniquaise... «Cette diversité reflète celle de la population de Marne-la-Vallée, où nous sommes installés, et celle de nos clients», constate Nicolas Aube. Seul bémol: Céleste a beaucoup de mal à respecter la diversité des âges. «Nous recevons peu de candidatures de seniors. Un manque d'expérience dont pâtissent certaines équipes.»

CELESTE

- ACTIVITE: Fournisseur d'accès Internet pour les entreprises
- VILLE: Torcy (Seine-et-Marne)
- FORME JURIDIQUE: SARL
- ANNEE DE CREATION: 2001

Repères

- DIRIGEANT: Nicolas Aube, 36 ans
- EFFECTIF: 32 salariés
- CA PREVISIONNEL 2009: 3,9 M Euros
- RN PREV. 2009: 390 kEuros

Mot clés :

Jeanne CAVELIER