Mon compte Devenir membre Newsletters

Il suit un MBA pour parfaire son savoir de «patron»

Publié le par

Jeune dirigeant, Jean-Alexandre Kaminisky peinait à définir la stratégie d'Initialys, sa PME lyonnaise de 12 salariés. Un MBA, mené en deux ans, lui a appris à gérer au mieux sa société.

Quand il négocie un contrat avec de nouveaux clients, Jean-Alexandre Kaminisky est inflexible. «J'exige un acompte de 30 à 50% avant La prestation. Cette méthode dissuade les mauvais payeurs», explique le dirigeant d'Initialys, société lyonnaise de 12 salariés. Un réflexe que cet entrepreneur de 33 ans cultive depuis 2004, date à laquelle il a achevé son MBA à l'Institut français de gestion (IFG). «Cette formation m'a donné les outils pour gérer une entreprise de manière rentable», estime-t-il.

Pourtant, à première vue, Jean- Alexandre Kaminisky n'avait pas besoin d'un complément de formation. Avec un Master de gestion à Sciences Po Paris en poche et un début de carrière prometteur comme commercial dans une multinationale, le jeune Lyonnais se pensait armé pour piloter sa propre affaire. Et pourtant. Quand, en janvier 2002, il décide de créer Initialys, agence de communication événementielle spécialisée en images de synthèse, l'entrepreneur a le blues. Positionnement, recrutement, objectifs de développement, management de ses salariés... Jean- Alexandre Kaminiski se trouve déboussolé. «Je me sentais seul dans mes prises de décision, confie-t-il. Il me manquait une boîte à outils pour construire ma stratégie.» Pour apprendre son nouveau métier de chef d'entreprise, il choisit le MBA Concordia de l'IFG qui fait participer des économistes, dirigeants et professeurs canadiens à l'enseignement.

De quoi séduire Jean-Alexandre Kaminisky. «J'avais besoin d'une dimension internationale, car mes premiers clients étaient tournés vers l'export.» En septembre 2002, le patron d'Initialys débute un cursus de haut niveau, qu'il achèvera deux ans plus tard.

@ DR

JEAN-ALEXANDRE KAMINISKY, dirigeant d'Initialys

«J'ai plus appris durant mon MBA, qu'en huit ans de carrière professionnelle.»

Un rythme effréné. Mais l'étudiant doit jongler avec son métier de chef d'entreprise. Il passe trois jours par semaine à Paris pour suivre ses cours. «J'en profitais pour rencontrer des clients parisiens», ajoute-t-il. Le reste du temps, il vit à Lyon, où il doit assumer son rôle de dirigeant et de père de deux enfants. «Je n'ai jamais compté les soirées et les week-ends sacrifiés pour plancher sur mes cours de gestion ou de fiscalité des entreprises», raconte-t-il en souriant. Une double vie qui lui impose une discipline exemplaire. «Pendant deux ans mon existence personnelle a été mise entre parenthèses. Je me couchais tôt et faisais du sport pour décompresser. Le reste du temps, je ne faisais qu'une chose: travailler.» Son entreprise? L'étudiant est forcé d'en laisser la gestion quotidienne à son associé. Sans compter que, pour s'offrir ses études, il a dû consentir un effort financier important et contracter personnellement un prêt bancaire d'un montant de 35 000 euros.

Le chef d'entreprise n'a pas hésité à s'endetter personnellement pour suivre une formation longue et coûteuse. Pari gagné, puisque la société a vu son chiffre d'affaire progresser.

@ DR

Le chef d'entreprise n'a pas hésité à s'endetter personnellement pour suivre une formation longue et coûteuse. Pari gagné, puisque la société a vu son chiffre d'affaire progresser.

Cas pratiques. Au final, le jeu en valait-il la chandelle? «Bien sûr, répond le dirigeant d'Initialys. Je ne regrette rien. J'ai appris plus de choses pendant mon MBA qu'en huit ans de carrière professionnelle.» Car, sur les bancs de l'Institut français de gestion, Jean-Alexandre Kaminisky et ses camarades multiplient les cas pratiques de gestion d'une entreprise. L'activité se redresse, faut-il embaucher ou investir en matériel? Quels sont les signes d'une faiblesse d'activité? «Grâce à des exemples concrets, cette formation m'a donné des méthodes pour arbitrer et prendre des décisions stratégiques.» Aujourd'hui, son diplôme en poche, Jean-Alexandre Kaminisky n'est plus le même patron. «Je me suis rendu compte que le positionnement de ma société était trop large.» De retour chez Initialys, il affine son ciblage et décide de ne viser que les entreprises des secteurs médical, du transport et des matériaux de construction. Pour les séduire, il recrute trois responsables commerciaux et mène ses premières études de marché. Surtout, en repassant par les bancs de l'école, le chef d'entreprise a appris à faire confiance à son équipe. «Avant j'étais présent à toutes les réunions. Maintenant, je me contente de superviser le travail de mes collaborateurs.» Et les résultats donnent raison à Jean-Alexandre Kaminisky: depuis 2004, le chiffre d'affaires de son entreprise a progressé de 25 %.

INITIALYS>>Repères

- ACTIVITE: communication événementielle
- DIRIGEANT: Jean-Alexandre Kaminisky, 33 ans
- VILLE: Lyon (Rhône)
- ANNEE DE CREATION: 2002
- FORME JURIDIQUE: SARL
- EFFECTIF: 12 salariés
- CA 2006: 500 000 Euros

NICOLAS MASSY, dirigeant d'Attitudes, cabinet de conseil en formation et gestion de compétences

@ DR

NICOLAS MASSY, dirigeant d'Attitudes, cabinet de conseil en formation et gestion de compétences

L'OEIL DU CONSULTANT
Une excellente formation que peu de patrons peuvent s'offrir, faute de temps

Pour Nicolas Massy, Jean- Alexandre Kaminisky éprouvait un double besoin. «Il voulait d'une part, approfondir ses connaissances techniques et acquérir des outils nécessaires à son métier de dirigeant et d'autre part confronter son point de vue à celui d'autres patrons.»
Le choix d'une formation diplômante, et en particulier d'un MBA, révèle «un tempérament très courageux». En effet, ces formations, longues et coûteuses, «sont particulièrement engageantes et nécessitent beaucoup de sacrifices, a fortiori pour un dirigeant de PME». Une telle formation n'est donc pas accessible à tous les chefs d'entreprise.
«Rares sont ceux qui peuvent lâcher leur société durant plusieurs mois pour reprendre des études.»
En revanche, des formations ponctuelles, plus ciblées, «auraient pu répondre au besoin de ce dirigeant de se former en management».

Mot clés : Formation |

Stéphanie Fontana-Bérard