Mon compte Devenir membre Newsletters

Il vend ses sous-vêtements grâce au téléachat

Publié le par

La marque de sous-vêtements Lytess s'est fait connaître, en France, grâce aux émissions de téléachat. La PME utilise la même recette pour cibler les marchés étrangers: une chaîne de télévision japonaise est déjà intéressée.

Vendredi matin, 9h30. Valérie Pascale, l'animatrice de M6 Boutique, l'émission de téléachat, présente un corsaire minceur de la marque Lytess. Ce produit est celui d'Onixxa, une PME tourangelle leader des cosmétotextiles, un nouveau marché issu de la rencontre entre les vêtements et la cosmétique. L'entreprise commercialise des tenues enrichies de micro-encapsules qui, au contact de la peau, libèrent leurs principes actifs. Ces vêtements «intelligents» présentent des vertus amincissantes, hydratantes ou aident à lutter contre la cellulite. «Nos produits sont techniques. Ils ont besoin d'être mis en situation pour convaincre, confirme Philippe Andrieu, p-dg d'Onixxa. C'est pour cette raison que, dès la création de l'entreprise, en 2003, j'ai pensé au téléachat.» Une autre raison a poussé Onixxa vers le petit écran: la PME n'a pas les moyens de financer un programme de communication d'envergure. Or, vendre ses produits à la télévision ne coûte rien, ou presque: «Les émissions de téléachat sont friandes de produits originaux qui requièrent une démonstration visuelle. Une fois qu'elles sont séduites, l'accord commercial est facile à trouver», dévoile le dirigeant. De fait, les produits Lytess sont achetés, avec une ristourne, par les chaînes de télévision qui s'occupent, ensuite, du stockage et de l'envoi des produits. Aujourd'hui, la PME réalise 35% de son chiffre d'affaires grâce à la vente à distance et au téléachat. Les 65% restants sont issus d'un réseau de distribution spécialisé - essentiellement les pharmacies - et de l'export.

Cap sur le Japon.

Afin de poursuivre le développement de sa société, Philippe Andrieu vise désormais le marché asiatique. Il espère, à terme, y réaliser 20 à 30% de son chiffre d'affaires. Il a ouvert, en septembre 2008, des bureaux à Hong Kong pour toucher les marchés de Singapour et de la Malaisie. Sa prochaine cible? Le Japon. Une fois encore, le dirigeant compte utiliser la recette qui a fait ses preuves: le téléachat. «Ce canal de distribution est très prisé dans ce pays», affirme-t-il. La PME a signé un accord avec Dinos, une chaîne de télévision nippone spécialiste du téléachat. Mais Philippe Andrieu voit encore plus grand. Il souhaite s'imposer sur les programmes de téléachat américains. «Ces émissions sont diffusées dans le monde entier!», assure-t-il. Pour y parvenir, Onixxa a réalisé des films en anglais, actuellement testés au Royaume-Uni. D'après le chef d'entreprise, les retours sont «trèsprometteurs». Pour la PME, la télévision est bel et bien une fenêtre ouverte sur le monde... de la réussite.

ONIXXA Repères

- ACTIVITE: Distribution decosmétotextile
- VILLE: Tours (Indre-et-Loire)
- FORME JURIDIQUE: SA
- DIRIGEANT: Phillippe Andrieu, 47 ans
- ANNEE DE CREATION: 2003
- EFFECTIF: 37 salariés
- CHIFFRE D'AFFAIRES 2008: 7,5 MEuros
- RESULTAT NET 2008: 30 kEuros

Mot clés : produit

Julien VAN DER FEER