Mon compte Devenir membre Newsletters

Il veut démocratiser la maison écolo

Publié le par

Avec ses maisons bioclimatiques à prix cassés, Laurent Beaugiraud souhaite se démarquer sur le marché de la construction individuelle. Et anticiper l'évolution d'un monde de plus en plus préoccupé par les questions écologiques.

Avec leurs capteurs solaires, leur isolation renforcée, leurs citernes de récupération des eaux de pluie et leurs mitigeurs à double cran d'arrêt, les maisons écolo de Villa Soleil font figure d'ovnis sur le marné de la construction. Depuis deux ans, Laurent Beaugiraud, dirigeant de cette PME drômoise, a entrepris de démocratiser le concept de «villa bioclimatique». Pour cet ex-banquier d'affaires, qui a repris en 2004 la société vendue quelques années plus tôt par son père, rien de plus évident que de vivre avec son temps: «Le marché change. Les gens sont de plus en plus attentifs à leur consommation d'énergie. Il est temps de concevoir des maisons écologiques pour Monsieur Tout-le-monde

Rogner sur les marges. Chose promise, chose faite: pour un prix qui n'excède que de 5 à 7% celui d'une maison ordinaire, Villa Soleil construit des habitations dont la consommation en chauffage et eau chaude est réduite de 50%. Son secret? Rogner sur une partie de ses marges en vendant à prix coûtant des équipements, comme les panneaux solaires. Une tactique qui porte ses fruits: après avoir livré un premier chantier en 2006, la société s'apprête à finaliser deux maisons écologiques cette année, qui vont représenter environ 7% de son chiffre d'affaires 2007. Au passage, elle s'est offert une belle notoriété. Peu habituée à investir en communication, Villa Soleil a réussi à susciter l'intérêt des journalistes locaux et nationaux, et même celui du ministre de l'Ecologie, en visite dans la région au début de l'été.

Parallèlement, la PME s'engage dans une démarche «éco-responsable». Début 2007, elle a adhéré au Comité 21, groupement d'acteurs économiques et associatifs qui mène des actions en matière de développement durable. Depuis, elle décerne une prime aux salariés qui s'engagent à venir travailler à pied, à vélo ou en véhicule propre, et consacre, chaque année, 0,1% de son chiffre d'affaires à des opérations de sensibilisation des enfants à la protection de l'environnement. Un effort financier que Laurent Beaugiraud ne regrette pas: «Cela crée une dynamique forte. Les salariés ont besoin d'avoir des objectifs, de sentir que leur entreprise fait des choix.» Dans un secteur - le bâtiment - qui peine à recruter, cette philosophie «RH» pourrait faire des émules.

VILLA SOLEIL - Repères

ACTIVITE: Construction de maisons individuelles
VILLE: Valence (Drôme)
FORME JURIDIQUE: SAS
DIRIGEANT: Laurent Beaugiraud, 35 ans
ANNEE DE CREATION: 1967
EFFECTIF: 10 salariés
CA 2006: 4 MEuros
RESULTAT NET 2006: 394 KEuros