Mon compte Devenir membre Newsletters

Ils s'unissent pour exporter la gastronomie tricolore

Publié le par

souhaitant se lancer à la conquête des marchés européens, six petites sociétés se sont regroupées en association. Objectif: proposer une gamme complète de mets normands.

L'union fait la force. Six PME manchoises ont suivi ce dicton en créant, à la fin de l'année dernière, Normandy Gourmet International. Cette association réunit de petites entreprises agroalimentaires aux gammes complémentaires. D'un côté, les mets salés, représentés par La Chaiseronne (plats préparés à base de boeuf, de porc et de mouton), La Ferme du Mesnil (plats préparés à base de volaille) et Saveur d'Auge (plats préparés à base de canard et d'oie). De l'autre, le sucré, avec SARL André Guépratte (confitures et coulis), La Royale Normande (chocolats) et Le Manoir des Abeilles (produits dérivés du miel). «Aucun de nous n'aurait pu se lancer à l'export seul, reconnaît Jean-Luc Blandin, vice-président du groupement et dirigeant de La Chaiseronne. Or, pour ne plus dépendre de quelques décideurs français, l'ouverture à lïnternational était indispensable.»

Des profils similaires.

Leurs produits étant estampillés «Gourmandie», la marque créée par l'Institut régional de la qualité agroalimentaire de Normandie, les dirigeants ont déjà eu l'occasion de travailler ensemble sur des actions commerciales. Quand l'idée a germé, une vingtaine d'entreprises Gourmandie se déclarent d'emblée intéressées. «La sélection s'est faite naturellement, indique Jean-Luc Blandin. Seules sont restées des sociétés aux prof ils proches.» De fait, chacun des six partenaires compte entre 12 et 25 salariés et génère un chiffre d'affaires de 1,5 à 4,5 millions d'euros. Une proximité culturelle qui facilite l'entente et la cohésion.

Et la cohésion, le groupement n'en manque pas. Il a permis à ses membres de concrétiser divers projets. Ainsi, depuis le 1er janvier 2009, une cadre export, rémunérée à parts égales par les six PME, démarche des réseaux d'épiceries fines en Allemagne et en Belgique, avant de s'attaquer au marché britannique si les affaires marchent bien. Objectif: générer entre 600 000 euros et 1 million d'euros de chiffre d'affaires en 2009, et 1,5 million d'euros en 2010. Jean-Luc Blandin estime le coût de fonctionnement du groupement à 2 000 euros par mois et par entreprise, financés à 50% par Ubifrance et la Région. Un investissement qu'il qualifie de «raisonnable» compte tenu des bénéfices apportés. «Nos efforts de prospection sont bien plus payants grâce à l'effet de gamme qui résulte de notre démarche commune», analyse-t-il. Autres avantages: la mutualisation des compétences (humaines, commerciales, logistiques) et la découverte des techniques du commerce international, que ces entreprises primo-exportatrices ne maîtrisaient pas. D'ailleurs, les premiers résultats sont là: Normandy Gourmet International est déjà en négociation avec des partenaires allemands.

De gauche à droite: Dorothée Véron, cadre export chez Normandy Gourmet International, Yves Peltier, président, Jean-Luc Blandin, vice-président, accompagnés de membres de l'association.

De gauche à droite: Dorothée Véron, cadre export chez Normandy Gourmet International, Yves Peltier, président, Jean-Luc Blandin, vice-président, accompagnés de membres de l'association.

NORMANDY GOURMET INTERNATIONAL - Repères

- ACTIVITE: Fabrication et commercialisation de produits alimentaires
- VILLE: Caen (Calvados)
- FORME JURIDIQUE: association loi de 1901
- PRESIDENT: Yves Peltier, 52 ans
- DATE DE CREATION: 15 octobre 2008
- EFFECTIF: Chacun des six partenaires compte entre 12 et 25 salariés
- CHIFFRE D'AFFAIRES: Les six entreprises génèrent chacune, un chiffre d'affaires compris entre 1,5 et 4,5 millions d'euros