Mon compte Devenir membre Newsletters

Jouez à la guerre, la vessie pleine !

Publié le par

CARINE GUICHETEAU Rédactrice en chef

@ THOMAS RIBOLOWSKI

CARINE GUICHETEAU Rédactrice en chef

Comment être plus performant ? Rien de plus facile : jouez à des jeux vidéo violents avec la vessie pleine ! Tel est le constat obtenu en croisant astucieusement deux études émanant d'éminents chercheurs... Dans la première, des scientifiques en sciences cognitives de l'université de Rochester (USA) affirment que les aficionados de jeux vidéo violents sont plus attentifs, plus réactifs et ont la capacité d'exécuter plusieurs tâches en même temps. Des facultés qui peuvent servir dans la vie quotidienne et qui sont indispensables aux dirigeants d'entreprise. Mais tous les jeux vidéo ne se valent pas. Ainsi, les accros aux Sims n'améliorent pas de façon notable leurs compétences... En revanche, ne désespérez pas si vous n'avez jamais titillé de manettes de votre vie : en vous entraînant dès maintenant, vous deviendrez rapidement l'égal d'un «gamer» !

In aqua veritas ! Dans une seconde étude, des chercheurs en psychologie de l'université de Twente (Pays-Bas) estiment qu'une personne contenant une envie pressante serait plus à même de prendre des décisions bénéfiques. Pourquoi ? En substance, c'est la même zone du cerveau qui contrôle la vessie et qui active les notions de désir et de récompense. Ainsi en se retenant d'aller aux toilettes, la personne domine ses pulsions. Bref, une décision importante à prendre ? Vous savez quoi faire : boire de l'eau, attendre quarante minutes que le liquide arrive à la vessie... et eurêka. La bonne décision vous apparaît, limpide comme de l'eau de roche...

Deux exemples de recherches qui illustrent ô combien les scientifiques ne manquent pas de créativité. Et je ne résiste pas à vous présenter les enseignements d'une autre étude : celle de deux professeurs de l'université de Stanford (USA) qui ont décortiqué le discours de milliers de patrons. Le but ? Savoir quand ils mentent. Ainsi, si vous privilégiez le «nous», au «je», si vous utilisez des expressions dithyrambiques comme «formidable» ou «fantastique» lors de la présentation orale de vos comptes, c'est que vous travestissez la réalité. À bon entendeur...