Mon compte Devenir membre Newsletters

Jouez-vous contre votre camp?

Publié le par

De votre management - et de celui de vos chefs de service - dépend votre culture d'entreprise. Comment savoir si votre entreprise encourage le volontarisme, la prise de risques, l'innovation, l'intuition ou, au contraire, si elle fomente la peur, le découragement, la morosité? Eléments de réponse.

Deux attitudes sont nécessaires à la réussite professionnelle: la combativité et l'audace. Sont-elles favorisées dans votre entreprise? L'OCI© (inventaire de la culture organisationnelle), développé par l'université de Chicago, est l'outil de diagnostic organisationnel le plus utilisé dans le monde. Il permet d'évaluer les attitudes et de situer la culture d'entreprise (voir graphique).

@ Source : Human Synergistics

La culture passive. Ce type de culture d'entreprise donne la priorité à la personne et à ses besoins de sécurité. Il encourage l'approbation, la dépendance et l'évitement. La tendance est à la conformité et au conservatisme. Les salariés estiment qu'ils doivent suivre le mouvement afin de s'adapter et qu'ils doivent éviter d'exprimer des opinions contraires à celles de leur hiérarchie. Puisque les erreurs sont habituellement punies, les collaborateurs évitent les responsabilités et prennent rarement des risques. Ce type de culture se développe «naturellement» dans les organisations fortement bureaucratisées.

Opposition, pouvoir, compétition, perfectionnisme: telles sont les caractéristiques d'une culture agressive. La concurrence et la confrontation caractérisent ce modèle. Le surpassement de ses pairs y semble encouragé et empêche généralement le travail d'équipe. Les employés se critiquent et les objectifs sont souvent peu réalistes. Une culture typique des «boîtes d'ingénieurs».

La culture constructive encourage la recherche du résultat efficace, le développement individuel, l'ouverture aux autres et le travail d'équipe. Les salariés sont incités à être créatifs et responsables, ce qui favorise un sens de l'appropriation de la part des collaborateurs et conduit à de grands niveaux d'engagement, de fidélité et de résultats. Ce type de culture est souvent décrit comme la culture idéale de tout système humain.

Ces entreprises-là auront plus de facilité réussir. Les autres cultures (passives ou agressives) découragent l'initiative, la prise de risque, la confiance en soi... Certaines entreprises jouent donc, le plus souvent sans le savoir et avec zèle, contre leur camp. Elles peuvent aujourd'hui changer cela.

EN BREF

Le savoir-faire de Dino Ragazzo? La Gestalt pour milieu professionnel. Dino Ragazzo accompagne, en tant que consultant indépendant, le développement d'organisations diverses en environnements concurrentiels depuis 1998. Il est l'auteur du livre Manager d'élite en vente sur Managerdelite.com.