Mon compte Devenir membre Newsletters

L'idée du siècle

Publié le par

STEFANIE MOGE-MASSON Directrice de la rédaction

STEFANIE MOGE-MASSON Directrice de la rédaction

De quoi rêvent les Français? De créer leur boîte... Aussi étonnante soit- elle, cette affirmation est assez proche de la réalité. Selon un sondage réalisé en juin par Opinion Way pour le compte de l'Union des auto-entrepreneurs et l'Agence pour la création d'entreprises, 36% de nos compatriotes sont prêts à devenir auto-entrepreneurs. Créé en août 2008 par le gouvernement, dans le cadre de la Loi de modernisation de l'économie, et entré en vigueur le 1er janvier dernier, ce nouveau régime a suscité un véritable élan d'entrepreneuriat dans notre pays. Simplissime, le statut de l'auto-entrepreneur permet à tout un chacun de se mettre à son compte en bénéficiant d'une multitude de coups de pouce: une simplification des démarches administratives, une franchise de TVA, une exonération détaxe professionnelle pendant trois ans et, surtout, des charges sociales et des impôts liés aux encaissements. En d'autres termes, si un auto-entrepreneur n'encaisse rien, il ne paie rien. La prise de risques est donc évidemment très limitée. Et ça marche. En mai dernier, le nombre de créations a bondi de 87% par rapport au mois de mai 2008. Entre janvier et mai de cette année, 239000 nouvelles entités ont vu le jour; c'est 54% de plus que sur la même période l'an dernier. Certes, parmi cette myriade de jeunes pousses, beaucoup vacilleront- Mais d'autres, au contraire, passeront le cap des 80000 euros de chiffre d'affaires Ce plafond de CA annuel est de 80 000 Euros pour les sociétés dont l'activité est de vendre des marchandises et 32 000 Euros pour celles qui commercialisent du service. - plafond au-delà duquel l'auto-entrepreneur perd ses privilèges pour devenir un entrepreneur comme les autres - et entreront dans la cour des grands. Alors, le statut de l'auto-entrepreneur serait-il l'idée du siècle? Peut-être bien. Avec le recul, on se demande même pourquoi aucun gouvernement n'y avait songé plus tôt. La preuve, une fois encore, qu'en France, on n'a pas de pétrole, mais des idées...