Mon compte Devenir membre Newsletters

LA MUSIQUE adoucit LE BUSINESS

Publié le par

Connaître les rouages de son entreprise sur le bout des doigts, oui. Mais une poignée de dirigeants savent aussi s'évader, le temps d'une chanson ou d'un poème... Artistes dans l'âme, ils ont trouvé le meilleur remède contre le stress.

Michel Turco, dirigeant de Groupe Mag, part en tournée en tant que batteur.

@ REYNAUD/STENGER/APS MEDIAS

Michel Turco, dirigeant de Groupe Mag, part en tournée en tant que batteur.

«J'ai du succès dans mes affaires [... ] J'passe la moitié de ma vie en l'air entre New York et Singapour [... ] Dans la vie, on fait ce qu'on peut, pas ce qu'on veut [ ...] J'aurais voulu être un artiste», chantait Daniel Balavoine. Un rêve devenu réalité pour une poignée de chefs d'entreprise. Ils sont businessmen et assouvissent leur fibre artistique. A la tête d'une entreprise, ils jouent de la guitare, écrivent des romans, peignent, ou encore composent des poèmes... Rien de bohème, juste une place dédiée à leur passion dans leur emploi du temps. Michel Turco, par exemple, est le fondateur de Groupe Mag, avec son frère, Gino Turco, et leur beau-frère Angelo Pagano. La société comprend Studio Mag, un studio d'enregistrement, et Magsem, spécialisé dans la prestation de spectacles sons et lumières. En tant que dirigeant, Michel Turco doit manager une équipe de 10 salariés et de 160 intermittents du spectacle. Musicien depuis son plus jeune âge, il continue à s'adonner à sa passion en maniant les baguettes, et ce, à un niveau professionnel. En effet, il participe an tant que batteur à la tournée Age tendre et Tête de bois (une compagnie qui reprend les standards des années 1960-1970). Depuis trois ans, il prend la route pour 60 dates par an, de février à juin et d'octobre à janvier, les moments de l'année où la tournée bat son plein. Une fois parti, Michel Turco met de côté son rôle de chef d'entreprise. Heureusement, cette affaire familiale qu'est Groupe Mag lui permet de déléguer plus facilement une partie de ses tâches. «Ce schéma fonctionne, car je suis particulièrement proche de mes associés», explique Michel Turco. Pour que ses décisions fassent poids dans la stratégie de l'entreprise, il veille à garder des contacts réguliers avec Groupe Mag, même à l'autre bout de l'Hexagone. «Heureusement, les nouvelles technologies, smartphones et e-mails en tête, m'aident beaucoup pour suivre les différents dossiers!» D'un coup de baguette, Michel Turco met à profit sa participation à la tournée Age tendre et Tête de bois pour récupérer des contacts pour son entreprise! Comme, par exemple, celui d'un artiste qui recherche un studio d'enregistrement pour son prochain album. Ainsi, mener les deux activités parallèlement est profitable pour tout le monde.

L'art, arme antistress

Benoît Germanos, dirigeant d'une petite entreprise de création sonore et audiovisuelle, Osmoz, est plus mesuré. Ce jeune entrepreneur de 26 ans s'évade grâce à la musique, notamment lorsqu'il enchaîne les démarches administratives (rédaction de contrats, suivi des factures, etc.). Il joue de la guitare depuis plus de dix ans et se passionne pour la musique assistée par ordinateur (MAO). Il consacre au minimum deux heures par semaine à son art, jouant pour lui-même et réalisant quelques compositions personnelles. «La musique me permet de me libérer du stress de ma charge de dirigeant», apprécie-t-il. Il peut cependant combler son besoin créatif en répondant à des appels d'offres et en composant des morceaux pour ses clients. Toutefois, un bémol: allier les deux activités n'est pas sans risque. «La passion peut ne plus être un plaisir, mais une contrainte professionnelle. Que ce soit pour l'entreprise, ou la création artistique, il faut aussi savoir s'accorder du repos», souligne Benoît Germanos. Un autre créneau à fixer dans son emploi du temps...

TEMOIGNAGE

Ecrire de la poésie m'apporte un juste équilibre


Vendre des solutions informatiques n'est pas incompatible avec la poésie... Et Saysamone Amphonesinh, dirigeant de l'entreprise SAB International le prouve. Lui qui emploie 65 salariés, est aussi poète à ses heures.
Passionné par les mots, il compose sur les thèmes de la vie, l'amour, la mort, la beauté de la nature, et bien d'autres choses encore... En parfait autodidacte, il s'est lancé dans la poésie, il y a cinq ans maintenant, après avoir demandé quelques conseils de base à un ami. «Je suis d'origine laotienne. J'écris des poèmes, en français, pour la communauté asiatique, pour les sensibiliser à la langue de Molière», explique-t-il. Chaque poème est ensuite publié sur son site internet personnel, www.amphonesinh.info. Au final, Saysamone Amphonesinh touche un large public francophone et a rassemblé quelques-uns de ses poèmes dans un recueil en deux volumes, Couleur Mékong (Editions Sirivatana Interprint, Bangkok, novembre 2009, 28Euros). Ce qui l'a poussé à l'écriture? Le besoin de prendre du recul par rapport à sa société. «Etre chef d'entreprise relève du domaine des obligations. Etre poète, par contre, fait appel au rêve et à l'imaginaire», compare-t-il. Au quotidien, pour le dirigeant, jongler entre les deux activés est gage d'équilibre. «Il faut s'organiser pour avoir du temps pour soi. » Sa botte secrète: savoir déléguer.

SAYSAMONE AMPHONESINH, dirigeant de SAB International

SAYSAMONE AMPHONESINH, dirigeant de SAB International

SAB INTERNATIONAL - Repères

- ACTIVITE: Revendeur de solutions informatiques
- VILLE: Montpellier (Hérault)
- FORME JURIDIQUE: SARL
- DIRIGEANT: Saysamone Amphonesinh, 65 ans
- ANNEE DE REPRISE : 1994
- EFFECTIF : 65 salariés
- CA 2010: 18 MEuros

Mot clés :

Céline Tridon