Mon compte Devenir membre Newsletters

LE CLOUD COMPUTING, L'INFORMATIQUE SUR MESURE

Publié le par

Les connexions à Internet étant de plus en plus rapides, un nouveau mode d'exploitation des NTIC est apparu. Appelé «cloud computing», il consiste à ne plus installer d'applications en local, mais de tout centraliser sur des serveurs externes. Tour d'horizon.

Comment rationaliser la gestion de son système informatique? A commencer par le matériel qui, s'il n'est pas forcément très onéreux, fait l'objet une obsolescence rapide et implique un entretien permanent. Ces contraintes obligent des entreprises, dont ce n'est pas le métier, à consacrer leurs ressources pour gérer les évolutions matérielles, la mise à jour des applications, l'entretien des serveurs, etc. Au bout du compte, il s'agit là d'un poste de dépenses important, sans garanties de performances. Si les grands comptes peuvent s'appuyer sur leur direction des systèmes d'information (DSI), les dirigeants d'entreprise de taille plus modeste doivent se fier à des prestataires extérieurs (qui ne les conseillent pas toujours de manière désintéressée), ou s'acquitter eux-mêmes de cette mission en se formant par leurs propres moyens. Le cloud computing (littéralement, «informatique dans les nuages»), « est la promesse de se recentrer sur le coeur de métier de l'entreprise », déclare Laurent Guiraud, directeur du déploiement pour Google Enterprise. Plusieurs solutions sont possibles selon les besoins et du budget de l'entreprise, depuis le recours à un environnement virtuel stocké sur des serveurs distants, en passant par des applications disponibles en mode SaaS (Software as a Service), l'adoption de solutions intégrées telles que Google Apps.

Optimiser les coûts. « Avec le cloud computing, la notion de maîtrise des coûts et de gain de productivité est évidente », explique Claude Biton, fondateur et président de CBC Développement. Dans une logique virtualisée où les applications ne sont plus installées sur chaque poste de l'entreprise, mais stockées sur les serveurs d'un prestataire, vous ne gérez plus l'achat des licences. Seule la qualité de la connexion à Internet importe, car elle est l'unique variable assurant la continuité du service. Une analogie entre le cloud computing et la location longue durée peut être faite. Lorsque vous achetez un véhicule, vous devez gérer son entretien, etc. Si vous passez à la location, vous vous déchargez de toutes les contraintes liées à l'exploitation de l'automobile. Pour Lynda Lartigue, country manager de Day-Software, dont les outils informatiques sont virtualisés, « la principale préoccupation est financière: le cloud a divisé nos coûts informatiques par dix! ». Economie de matériel, d'énergie, rationalisation des compétences internes, les arguments ne manquent pas. Le cloud computing permet aux PME de se doter d'outils qui seraient hors de leur portée, comme un logiciel de gestion de la relation client (CRM) ou un progiciel de gestion intégré (ERP).

Peut-on avoir confiance? La sécurité des données placées chez un tiers est une préoccupation majeure. Pour Ralf Benzmüller, directeur de G Data Security Labs, « avec l'outsourcing, une société élargit la surface à protéger. Les interactions entre utilisateurs, logiciels, plateforme et infrastructure du service sont complexes à mettre en place. » Mais, comme l'indique Claude Biton (CBC Développement), « vos données informatiques sont-elles plus en sécurité quand elles sont physiquement proches de vous? » Pas forcément, d'autant que les TPE et PME manquent parfois de rigueur en matière de sauvegardes de leurs données. Il ne faut cependant pas accorder sa confiance au premier prestataire venu, car « il n'existe aujourd'hui aucune norme ni certification concernant spécifiquement les technologies et infrastructures du cloud », explique Renaud Bidou, directeur technique de Deny All. Avant de vous lancer dans l'aventure, explorez les offres disponibles et évaluez vos besoins en utilisant, par exemple, le Google cloud calculator, disponible à l'adresse www.gonegoogle.com. Vous pourrez mesurer l'intérêt éventuel du cloud computing pour votre entreprise.

A SAVOIR
Les mots-clés du cloud computing

- SaaS: Software as a Service. Le fournisseur d'une application ne l'installe plus sur vos machines, mais l'héberge sur des serveurs mutualisés, auxquels vous accédez à distance.
- IaaS: Infrastructure as a Service. Vous externalisez votre ou vos serveurs, votre réseau et vos données. Vous bénéficiez de ressources matérielles adaptées à vos besoins.
- PaaS: Platform as a Service. Il ne s'agit pas juste d'une application accessible à distance, mais aussi d'un environnement complet de développement. La plateforme, équipée d'un langage de programmation et d'outils de développement, est hébergée chez un prestataire. Elle permet de développer des outils sur mesure pour son entreprise.
- Virtualisation: Elle fait fonctionner plusieurs systèmes d'exploitation sur un ordinateur comme s'il s'agissait de machines distinctes.

TEMOIGNAGE
Grâce au cloud computing, nos données sont mieux sécurisées
NOEL MINARD, directeur général d'A2Com

La problématique de Noël Minard, fondateur et dirigeant de la SSII A2Com, consistait à unifier son infrastructure informatique. Avec quatre bureaux répartis entre la Bretagne (au sens large du terme) et Paris, les équipes commerciales devaient avoir accès en permanence au système d'information (SI). « Avec le cloud, explique Noël Minard, on abandonne la logique d'investissement, c'est-à-dire l'acquisition de matériel et de logiciels, pour une logique de consommation de services. » Le principal intérêt qu'y trouve ce chef d'entreprise réside dans la sécurité qu'apporte cette technique. « Les procédures de sécurisation des données et de sauvegarde prennent beaucoup de temps et je préfère me consacrer au développement commercial de l'entreprise. », continue Noël Minard. La société A2Com, qui connaît actuellement une croissance forte, ne cherchait pas véritablement à rationaliser ses coûts. Pour le dirigeant, placer ses applications sur «le nuage» permettait surtout d'améliorer la réactivité pour faire évoluer son système d'information: « En externalisant l'infrastructure informatique, explique-t-il, nous nous sommes dotés d'applications plus performantes. Par ailleurs, nous avons équipé nos collaborateurs d'ordinateurs portables, ce qui leur permet de travailler n'importe où. Ainsi, nous avons abordé l'épisode de la grippe H1N1 sereinement. » Le plus délicat dans cette migration a consisté à analyser correctement les flux d'échanges entre les applications, car il fallait, avant tout, déterminer si elles pouvaient ou non être portées sur le cloud. « Nous avons migré progressivement, d'abord avec les équipes commerciales, puis celles du service comptabilité, pour finir la gestion de la relation client. » Une procédure par étape qui a porté ses fruits, la PME a tout externalisé sans encombre.


A2COM - Repères
- ACTIVITE:
Informatique et formation aux entreprises
- VILLE: Pacé (Ille-et-Vilaine)
- FORME JURIDIQUE: SARL
- DIRIGEANT: Noël Minard, 43 ans
- ANNEE DE CREATION: 1988
- EFFECTIF: 40 salariés
- CA 2009: 380 kEuros
- RN 2009: 6 kEuros