Mon compte Devenir membre Newsletters

La générosité version tout-terrain

Publié le par

Dirigeant d'une TPE spécialisée dans la production d'artistes francophones, Marc Brunet est aussi un sportif accompli. En octobre dernier, il accomplit son plus beau challenge: boucler un trail de 163 km à la Réunion. Un exploit sportif qu'il associe à un geste humanitaire.

Faut-il être fou pour courir l'équivalent de huit marathons avec 9 643 m de dénivelé positif et un point culminant à 2 400 m? Faut-il être fou pour, de surcroît, tenter de réaliser ce bel exploit sportif en moins de 66 heures? C'est, en tout cas, ce qu'a réalisé Marc Brunet, dirigeant de la TPE Gam international SA, plus connue sous son nom commercial Sephora, la musique de la Vie, spécialisée dans la production de musiciens chrétiens francophones. En octobre dernier, il a, en effet, participé, avec 2 400 autres sportifs chevronnés, à la Diagonale des fous. Ce raid, exigeant s'il en est, est organisé sur l'île de la Réunion. Un challenge qui peut être assimilé à l'escalade par deux fois du Mont-Blanc sans interruption! Et ce, en respectant des contraintes de temps: chaque étape n'est validée que si elle est parcourue en un chrono prédéfini. Marc Brunet ne cache pas s'être mis quelques coups de pression pour honorer ces impératifs. « C'est l'une des courses de trail les plus dures qui existent, affirme l'entrepreneur. L'aspect démesuré de la Diagonale des fous me faisait rêver. Il faut une force à la fois physique et mentale pour la finir. Sur le moment, c'était d'ailleurs mon seul objectif: finir! En tout cas, c'est un très beau défi à se lancer. »

En menant ce challenge à bien en 60 heures, Marc Brunet s'est classé à la 1 087e place. Sur les 2 400 participants qui se massaient au départ, seuls 1 228 coureurs ont franchi, cette année, la ligne d'arrivée. Soit 43 % d'abandons. Féru de jogging, Marc Brunet court depuis ses 22 ans.

Aujourd'hui âgé de 56 ans, il remporte son pari sportif. Mais le sport n'était pas le seul enjeu.

BIO EXPRESS

8 novembre 1954
Naissance de Marc Brunet à Oran, en Algérie
1978
Création de Gam International SA (Groupement arts et média international)
1979
Sortie du premier catalogue, comprenant plus d'une centaine de 33 tours
1983
Premier festival Sephora, édition consacrée à l'association Amac (Animation musicale et artistique chrétienne)
2004
Premier marathon de Marc Brunet
Octobre 2011
Marc Brunet participe à la Diagonale des fous

SES EXPERIENCES

Sa première bonne action
Altruiste convaincu, Marc Brunet a toujours associé son entreprise, créée en 1978, à des projets d'entraide. De 1978 à 1983, par exemple, il organise le festival Sephora. Chaque année, son entreprise produit une série de concerts dans une ville française et les dédie à une association. Cette dernière reçoit les dons récoltés durant ce rendez-vous musical.


Sa première compétition
« Avant d'être trop vieux, je voulais savoir ce que je valais », confie Marc Brunet. C'est en 2004, à l'âge de 49 ans, qu'il participe à son premier marathon, à Nashville, aux Etats-Unis. Soit 42 km bouclés en 3 h 40. « Un temps appréciable, se réjouit-il. Et aussi un sacré pied-de-nez au médecin qui me suivait et qui pensait que je n'en étais pas capable! » Depuis, il s'inscrit à deux ou trois trails par an, de 30 à 70 km chacun.


Son dernier challenge
La Diagonale des fous, bien sûr! Un tel défi ne se réalise pas sans une excellente préparation physique. C'est pourtant seul, sans coach, que Marc Brunet se documente pour établir son propre plan d'entraînement, à savoir: trois joggings «courts» de deux heures en montagne la semaine et un autre de dix heures le week-end. Pour apprendre à mieux gérer son sommeil pendant cette course qui dure plusieurs jours, ce sportif accompli s'entraîne également à courir de nuit.


Sa dernière découverte sportive
« Cela s'est fait par hasard, mais ça a été un coup de coeur», affirme Marc Brunet. Il y a deux ans, il découvre le vélo-couché (un vélo de route sur lequel le coureur est en position semi-couchée). « Cela me permet d'avoir une autre activité, moins traumatisante que la course à pied pour les articulations.» Aujourd'hui, il parcourt près de 6000 km par an sur son nouvel engin.

Courir pour une fillette malgache

Son second pari est philanthrope. L'homme profite, en effet, de l'événement pour attirer les lumières sur une action caritative qui lui est chère: le projet «Aventure en solidaire». Marc Brunet souhaite prendre en main la destinée de Tiavina, une petite fille malgache dont la famille manque de ressources pour mener à bien son éducation. Elle est suivie par l'association SEL Parrainage. «Il ne fallait pas que toute cette énergie dépensée dans cette course ne serve qu'à moi, soutient Marc Brunet. J'ai donc profité de cette visibilité pour parrainer ce projet qui me tient à coeur. » En participant à la Diagonale des fous, Marc Brunet promeut sa cause et récolte des fonds. Avant même son départ pour la Réunion, il informe sa famille, ses clients et ses fournisseurs de sa démarche. En mobilisant son réseau, il réunit, dans un premier temps, 3 700 euros. Aujourd'hui encore, il espère obtenir

de nouveaux dons* grâce aux articles de presse consacrés à la course.

Marc Brunet a terminé la Diagonale des fous à la 1 087e place.

Marc Brunet a terminé la Diagonale des fous à la 1 087e place.

Au final, Marc Brunet garde souvenir du trail comme d'une «expérience enrichissante, tant sur le plan sportif que moral». Il poursuit: «Cette course est aussi une très belle leçon de vie. » Apprendre à rester concentré, évoluer en accord avec d'autres participants, mettre de côté les problèmes peu importants... Autant de principes qui rythment aussi son quotidien d'entrepreneur. D'ailleurs, l'épreuve que s'est imposée Marc Brunet n'a pas laissé ses collaborateurs indifférents. Ses sept salariés ont tous suivi la course, en direct sur Internet depuis le siège de l'entreprise, à Montélier (Drôme). Sportif accompli, Marc Brunet n'en est pas moins un chef d'entreprise soucieux de la bonne marche de sa structure. Après avoir planifié tous les projets avant son départ, il profite de sa présence à la Réunion pour aller à la rencontre de ses clients (20 % de son chiffre d'affaires est réalisé dans les Dom-Tom). Ces derniers viennent l'encourager au départ de la course. Ils sont aussi présents à l'arrivée, quand Marc Brunet reçoit des mains des organisateurs de la course un tee-shirt souvenir: «J'ai survécu».

 

Mot clés : projet |

CELINE TRIDON