Mon compte Devenir membre Newsletters

Les patrons en vedette

Publié le par

STEFANIE MOGE-MASSON Directrice de la rédaction

STEFANIE MOGE-MASSON Directrice de la rédaction

Quelle période bénie des dieux! Au pupitre, les candidats à l'élection présidentielle se succèdent. Leur volonté: s'attirer les faveurs des quelque 2,5 millions de chefs d'entreprise de l'Hexagone. Leurs promesses sont alléchantes, leurs programmes appétissants. A droite, Nicolas Sarkozy multiplie les annonces. Il souhaite simplifier le Code du travail par l'instauration d'un contrat unique, permettre aux salariés de «travailler plus pour gagner plus», encourager la création d'entreprise par un système de cautionnement public plus efficace, alléger la fiscalité des sociétés et offrir une réduction d'impôt sur la fortune aux particuliers qui investissent dans les PME. Plus étonnant, la gauche aussi fait des yeux doux aux patrons. Si elle ne cache pas son intention d'abroger le contrat nouvelle embauche (CNE) et de porter le Smic à 1500 euros bruts en cinq ans, Ségolène Royal entend également sécuriser le parcours des jeunes créateurs et instaurer un impôt sur les sociétés « à deux vitesses», moins pénalisant pour les entreprises qui créent de l'emploi et plus lourd pour celles qui se contentent de reverser des dividendes à leurs actionnaires... Quant au candidat centriste, François Bayrou, il projette de créer un «small business act» à la française, afin de faciliter l'accès des PME aux marchés publics, et propose à chaque employeur de créer deux emplois en CDI, en échange d'une exonération de cotisations sociales pendant cinq ans. Bref, partout sur l'échiquier politique, on cherche à bichonner les dirigeants de PME.

Que restera-t-il, dans six mois, de ces promesses? Nul ne saurait le dire... Mais une chose est sûre: rarement une campagne électorale aura autant placé les dirigeants sur le devant de la scène. Les intéressés ne pourront qu'en ressortir gagnants... D'ici là, pour vous forger une opinion, à vous de lire notre enquête de ce mois. Pour voter en connaissance de cause.