Mon compte Devenir membre Newsletters

Les «petits patrons» gagnent moins que les cadres du privé

Publié le par

@ KRISTIAN PEETZ/FOTOLIA

Les fiches de paie des patrons de PME sont loin de rivaliser avec celles mirobolantes, de leurs homologues des grandes entreprises. On s'en doutait. Mais une étude Insee sur les salaires des chefs d'entreprise, publiée le 20 juillet dernier, révèle aussi que les petits patrons sont parfois moins bien lotis que les cadres du privé: en moyenne, les dirigeants des entreprises de moins de 50 salariés ne perçoivent, en salaire, que 43 300 euros nets par an, alors que les cadres du privé émargent à 44 600 euros. Toutes tailles d'entreprises confondues, le salaire annuel net moyen du dirigeant s'élève à 49700 euros. Mais cette moyenne cache en fait de fortes disparités, «les 10% les mieux payés» ayant «des salaires près de cinq fois supérieurs à ceux des 10% les moins bien rétribués». Plusieurs facteurs déterminent ces écarts de rémunération. D'abord, la taille de l'entreprise: entre 50 et 100 salariés, le salaire du p-dg se monte à 111 000 euros, quand il atteint 470000 euros au-delà de 2000 salariés. Sans parler des patrons du CAC 40 qui jouent hors catégorie, avec une moyenne de 2,2 millions d'euros par tête.

Ensuite, le secteur d'activité: les revenus vont du simple au double entre ceux de la construction (le moins rémunérateur, selon l'étude) et ceux de la finance ou de l'immobilier. Bonne nouvelle enfin, l'écart de salaire entre un p%-dg homme et un p-dg femme n'est plus que de 28%, contre 46% en 1995. Ces chiffres doivent toutefois être pris avec précaution, car ils ne traitent pas de la très grande majorité des 2,2 millions de patrons français qui ne sont pas salariés. Et ils ne tiennent pas compte des autres éléments de rémunération que sont les bonus, stock-options et autres jetons de présence.