Mon compte Devenir membre Newsletters

Les sites d'emploi à la loupe

Publié le par

Internet a révolutionné le recrutement. Dans la jungle des sites d'emploi, il est important, pour les PME, de bien se positionner sur le Net. Voici quelques conseils pour bien cibler les sites d'emploi et gagner en efficacité.

Recruter via le Web présente de nombreux avantages: rapidité, simplicité et diversité de l'offre. Encore faut-il adopter la bonne méthode et trouver le bon site. Les sites d'emploi, alias les jobboards, ont supplanté les journaux et rivalisent d'offres pour séduire les recruteurs. Même s'il est « difficile de s'y retrouver tant l'offre est uniformisée, selon Grégoire Lanssade, p-dg du groupe RHésolution, groupe spécialisé dans le recrutement, la franchise, la formation et la communication, les jobboards sont des pistes à ne pas négliger pour attirer des candidatures ».

Premier élément de différenciation des sites: leur positionnement. Pôle emploi, l'Apec, Monster, Cadresonline ou encore Cadremploi sont des sites dits généralistes, c'est-à-dire qu'ils s'adressent et disposent de candidats de tous horizons. D'autres sites se spécialisent: sur certains métiers, tels Carrierecommerciale (commerciaux exclusifs et multicartes), Admincompta (fonctions administratives et comptables), Lesjeudis (Informatique et télécoms) ; sur certains secteurs d'activité comme Recrutour (tourisme) ; sur un niveau d'expérience tel JeuneDip ou bien encore une région. Tous ces sites sont à ne pas confondre avec les métamoteurs, type Keljob, qui s'apparentent à des moteurs de recherche d'offres d'emploi, qu'elles soient publiées sur les jobboards, les sites des cabinets de recrutement, etc. Ces sites français ne proposent pas tous la publication d'une annonce à l'international. Si ce critère est important pour vous, renseignez-vous.

Zoom

Un paiement au résultat


Petit nouveau sur le marché, Jobintree, créé il y a trois ans, s'est distingué en proposant un paiement au nombre de CV reçus. Aujourd'hui, il propose de mettre en ligne gratuitement jusqu'à cinq annonces d'emploi, pour une durée de 30 jours renouvelables chacune. A la suite de la réception des candidatures, les entreprises ont accès aux informations principales de celles-ci sous forme de formulaire avec les motivations, les expériences professionnelles et les diplômes. Le recruteur choisit et ne paye que les candidatures qui l'intéressent au prix unitaire de 50 euros HT.

@ Fotolia

Fonctionnalités et tarifs

Il est important de s'intéresser aux fonctionnalités présentées par les différents jobboards. Si tous proposent la parution d'une petite annonce et l'accès à leur CVthèque (offres séparées), ils fournissent d'autres possibilités. La plupart (Cadremploi, Monster, RegionJobs... ) envoient votre offre d'emploi aux candidats relevant de votre cible, et la majorité permet une visibilité étendue à votre petite annonce en la publiant sur des sites partenaires. Career Builder diffuse votre annonce sur MSN, France Télévision ou encore Usine nouvelle.com. L'Apec dispose de 100 sites partenaires, dont les grandes écoles françaises. Regionsjob collabore avec 70 partenaires dont Liberation.fr, Le Parisien ou L'Equipe, et envoie également votre annonce via une mailing-list à des écoles et des universités (faculté de droit de Lille, école de management de Bordeaux, etc.). Afin d'avoir une visibilité sur les statistiques liées à votre petite annonce, certains sites vous y donnent accès, tel Career Builder. Mais attention! Les options sont légion selon les sites d'emploi et peuvent rapidement faire grimper la facture si vous souhaitez faire émerger votre annonce de la masse! Insertion de votre logo (Monster...), remise en tête de liste ou encore ajout d'une région (Cadremploi, Cadresonline, Monster...) ou d'un lien URL actif dans votre offre (Cadresonline) sont autant d'options payantes et parfois relativement chères. A titre d'exemple, l'envoi de votre offre, dans la boîte e-mail de 1 000 candidats, coûte 1 000 euros HT chez Career Builder. Sachez que « les prix peuvent se négocier, entre 25 et 30 % du tarif annoncé », selon Grégoire Lanssade, (groupe RHévolution) . Pour ce faire, passez en direct auprès d'un commercial du site, car, si vous achetez en ligne, aucune négociation n'est évidemment possible. Enfin, régulièrement, les jobboards lancent des offres spéciales pour l'achat d'un pack d'annonces et d'un abonnement à leur banque de CV. Enfin, ne négligez pas les pistes gratuites: Pôle emploi pour les non-cadres et l'Apec pour les cadres (à noter toutefois que si le poste à pourvoir ne donne pas lieu à une cotisation Apec, le tarif est à partir de 620 euros HT pour une offre).

Grégoire Lanssade, p-dg, groupe RHésolution

« Avant de prendre un abonnement à la CVthèque, il faut se poser une question: l'entreprise a-t-elle les ressources humaines pour pouvoir l'exploiter? »

CVthèque ou pas?

La petite annonce n'est pas votre seule option pour trouver la perle rare. Vous pouvez aussi décider d'aller la trouver au sein d'une CVthèque. « Toutefois avant de prendre un abonnement à une base de données de candidats, il faut se poser une question: l'entreprise a-t-elle les ressources humaines pour pouvoir l'exploiter? », interroge Grégoire Lanssade. Autrement dit, vous ou votre drh avez-vous le temps de rechercher et de scruter tous les CV des candidats potentiels? D'autant que, là encore, les tarifs ne sont pas donnés. Une connexion illimitée de 24 heures à CVaden (base de CV de Cadremploi, Keljob, Cadresonline et Cmonjob) coûte 930 euros HT, et 1 920 euros HT la semaine. L'accès à 50 CV ne coûte plus que 410 euros HT. Monster, quant à lui, propose un accès ciblé sur les grandes villes françaises qui est moins onéreux qu'une recherche nationale. Sur toute la France, pour un recrutement et 100 consultations durant une semaine, comptez 850 euros HT. Quant au local, tout dépend de la zone recherchée et du nombre de candidats dont dispose Monster dans sa base de données: Ajaccio (170 euros HT), Marseille (640 euros HT), ou encore Paris (680 euros HT).

Ce qu'il faut retenir

> Les sites d'emploi, autrement appelés jobboards, peuvent être généralistes ou spécialisés (par métier, par secteur d'activité...).


> Pour passer une petite annonce, prenez garde aux options qui salent la facture.


> L'accès aux banques de CV, alias les CVthèques, est limité dans le temps et/ou en nombre de consultations.