Mon compte Devenir membre Newsletters

MATERIEL INDUSTRIEL: les avantages de la location

Publié le par

Bénéficier de matériel dernier cri et bien entretenu en évitant le trou de trésorerie: la location séduit de plus en plus d'entreprises.

@ PHOTLOOK-FOTOLIA.COM/LD

Dans un climat économique plutôt morose, le secteur de la location de matériel industriel est au beau fixe. En 2007, selon la fédération professionnelle des Distributeurs, loueurs et réparateurs (DLR), le chiffre d'affaires du marché de la location de France a atteint 3,6 milliards d'euros, enregistrant ainsi une progression historique de 10,8%. «La location tend à s'imposer comme un mode de gestion à part entière», atteste Francis Gilberg, secrétaire général de la DLR. Une entreprise de terrassement investira, par exemple, dans une pelle et un chargeur mais décidera de louer tout le matériel «annexe». Pour les PME-PMI, les bonnes raisons de recourir à la location sont légion. La première est d'ordre économique, la location évitant de lourds investissements. Et ce paramètre tend à devenir de plus en plus convaincant, pour un secteur dans lequel - une fois n'est pas coutume - les prix n'ont connu aucune inflation ces derniers mois. «Paradoxalement, notre profession a du mal à répercuter la hausse du prix des matières premières», observe Francis Gilberg. Une érosion tarifaire que la fédération explique par «la forte pression concurrentielle et la capacité de négociation des grands comptes». Au-delà de l'aspect strictement financier, la location permet de bénéficier de machines spécialisées. C'est aussi une façon de faire face à des surcroîts temporaires d'activité. La location constitue, enfin, un gage de sécurité dans la mesure où elle garantit l'utilisation d'un matériel réglementaire, à jour de ses contrôles techniques. Bien sûr, l'engouement pour la formule est aussi lié aux efforts des loueurs. Leur premier argument? La densité de leurs réseaux d'agences. D'après un sondage réalisé en 2007 par DLR, la plupart des dirigeants travaille avec plusieurs loueurs, en fonction de la position géographique de leurs chantiers.

1 SELECTION
COMMENT BIEN LOUER SON MATERIEL?

Qualité du matériel mais également disponibilité, proximité, assurances ou services optionnels: pour se décider, il ne faut pas seulement se fier aux prix mais passer en revue l'ensemble des prestations proposées par les loueurs.

Est-il plus judicieux de louer que d'acheter? C'est la question que doit se poser tout dirigeant d'entreprise pour se décider à recourir ou non à la location. «En premier lieu, il convient d'analyser précisément son besoin, tant au niveau du matériel que du nombre d'heures d'utilisation, explique Manuel Couto, co-gérant de SA2M, qui conseille des PME, PMI et TPE artisanales dans leurs achats. Ensuite, on confronte les chiffres, sans omettre de prendre en compte, en plus de l'amortissement du matériel, ses frais de maintenance, d'assurance et de contrôles obligatoires.»

Si la location se révèle plus intéressante, commence alors la recherche du bon prestataire. «Pour bien comparer les offres, il faut exprimer ses besoins grâce à un cahier des charges précis. Il importe que les différentes prestations soient comparées sur une même base», poursuit le consultant. Lequel préconise de choisir un loueur de proximité pour éviter les surcoûts liés au transport. «Mieux vaut faire appel à un réseau très étendu pour être servi rapidement.»

Outre le prix et le respect des normes de sécurité, vous fonderez votre sélection sur la qualité des produits, les marques proposées, la disponibilité du matériel, l'âge du parc et, surtout, son entretien... Car une panne est toujours une véritable plaie pour un chantier. Pour cela, consultez les documents retraçant l'historique des interventions techniques effectuées sur le matériel. Autre point crucial: les assurances optionnelles. Comme pour une voiture, l'assurance peut être «tous risques» ou «au tiers» et comporter une franchise. Autant de paramètres qui ont des répercussions sur le prix de la location. Examinez attentivement les contrats, en vous montrant particulièrement vigilant sur les points sensibles: modalités de dépannage ou de remplacement des appareils, engagement de responsabilité en cas de bris de machine... Sans oublier que la responsabilité civile professionnelle de votre entreprise sera engagée en cas de dommages causés à des tiers, à moins que ce risque ne soit expressément couvert par le contrat de location. Idem pour la responsabilité de l'emprunteur: le locataire étant tenu de restituer le matériel en l'état, seule une assurance «bris de machine» protégera efficacement l'utilisateur en cas de casse. Celle-ci peut être souscrite soit par l'utilisateur (auprès de sa propre assurance), soit par le propriétaire du matériel. Dans ce dernier cas, il faut impérativement vérifier les conditions générales du contrat de location. Il faut notamment savoir que certains contrats ne couvrent pas le vol, quand d'autres conservent un recours contre les utilisateurs. Dans une telle situation, vous pouvez être contraint, en cas de dommages causés au matériel, de financer les réparations.

2 PRESTATIONS
LES LOUEURS DANS LA COURSE AUX SERVICES

Conseils, réactivité, services annexes: les loueurs se plient en quatre pour vous séduire en vous proposant une gamme de services de plus en plus large.

S'il constitue un argument de poids, le maillage du territoire ne suffit plus à convaincre les clients. Du coup, la plupart des loueurs travaillent sur la différenciation de leurs offres en misant notamment sur la largeur de la gamme, la politique d'investissements mais surtout sur le prix, la réactivité et le conseil.

Loxam, leader européen de la location de matériel, avec plus de 450 agences à travers la France, met en avant une politique tarifaire adaptée à toutes les tailles d'entreprises. «Les petites structures n'ont pas une puissance d'achat suffisante pour négocier des tarifs en fonction des volumes, explique Patrick Rizzo, le directeur marketing. C'est pourquoi nous prenons en compte le chiffre d'affaires que ces entreprises génèrent globalement chez nous pour proposer des réductions, allant de moins 20 à moins 40%.» Kiloutou, l'autre géant du marché, avec ses 215 agences, met en avant une gamme Evolution, respectueuse de la sécurité et du confort des utilisateurs: interrupteurs de mouvement des machines en cas de position dangereuse, appareils télécommandés pour la démolition à distance, réduction du bruit... Sans oublier les économies d'énergie (pelleteuses à propulsion électrique par exemple). Kiloutou présente, en outre, un nombre impressionnant d'arguments: comptes personnalisés, premier jour de location remboursé si les délais de livraison ne sont pas respectés, ouverture des agences le samedi, reprise des consommables inutilisés (kits de sécurité, équipements de protection individuels, signalétique routière, carburants...). Le loueur va jusqu'à assurer le matériel n'appartenant pas à son enseigne.

Locarest, implantée dans le grand Est de l'Hexagone, avec près de 60 agences, propose, de son côté, à toute PME d'ouvrir un compte professionnel. Les avantages sont nombreux: différé de paiement, réduction sur les consommables et tarifs préférentiels pour les locations les plus courantes. L'enseigne mise également sur le conseil, en testant une plateforme de réservation par téléphone pour l'Alsace. Au bout du fil, un conseiller vous répond, «disposant d'un solide niveau de connaissances en mécanique et donc capable de dépanner certains clients par téléphone», précise d'ailleurs Eric Vanhacker, le directeur de la commercialisation et du développement.

Fenwick, à la fois constructeur et loueur, possède un réseau de 79 agences réparties dans tout l'Hexagone. Il revendique l'offre la plus large du marché, avec une soixantaine de modèles de chariots d'élévation, et fait valoir l'argument de la réactivité: 98% des chariots seraient livrés sous 24 heures. Les soixante conseillers de l'enseigne sont spécifiquement formés pour répondre aux besoins de chaque client, notamment par téléphone, quelle que soit la durée de la location. La surenchère des services va loin... Certains loueurs de matériel électrique, comme Locawatt, vont jusqu'à proposer l'approvisionnement en fioul des groupes électrogènes. Sur ce marché en pleine ascension, la guerre des services ne fait que commencer.

QUATRE FAMILLES DE LOUEURS

Quatre grandes familles d'acteurs se partagent le marché. Il y a d'abord les enseignes nationales, comme Kiloutou, Loxam, Salti, la Compagnie Générale de Location (CGL), Bergerat Monnoyeur Location (BML) ou Hertz Equipement. Viennent ensuite les loueurs régionaux, qui rayonnent sur une zone géographique précise (Locarest dans l'Est ou Locarmor dans l'Ouest), puis les enseignes localisées, comptant un ou deux points de location. Enfin, certains spécialistes se positionnent sur des secteurs d'activité très pointus, comme la location de matériel de levage et manutention, de construction modulaire ou de groupes électrogènes.

BIENTOT, UN LABEL SECURITE, ENVIRONNEMENT

La fédération professionnelle des distributeurs, loueurs et réparateurs, représentant 70% du marché français de la location, va lancer, dès septembre, un label Sécurité et Environnement, décerné aux loueurs qui respectent des règles strictes en matière de vérification des matériels, d'hygiène des locaux, de sécurisation des ateliers et de gestion des déchets.

Mot clés :

Gaëtane DELJURIE