Mon compte Devenir membre Newsletters

MOBILITE: VOS DONNEES SONT EN DANGER

Publié le par

Ordinateurs portables, netbooks, tablettes numériques, smartphones... Les outils pour travailler à distance sont de plus en plus répandus dans les entreprises. De quoi augmenter la productivité de vos salariés. Mais avez-vous pensé à la protection de vos données?

@ MICHEL SZLAZAK

Les derniers outils à la mode dans les entreprises? Les tablettes numériques, type iPad (Apple) et PlayBook (BlackBerry). Aujourd'hui, tous les chefs d'entreprise et les cadres sont équipés d'au moins un outil de mobilité: smartphone, ordinateur portable, netbook... Il faut dire qu'avec la démocratisation de l'Internet haut débit, mais aussi du wi-fi installé dans la plupart des hôtels, aéroports et gares, le travail nomade est devenu une norme dans de nombreuses sociétés. Une pratique qui permet d'accroître la productivité de l'entreprise, mais qui comporte également un risque majeur: la perte ou le vol de données-clés.

Or, peu de chefs d'entreprise ont conscience de ce danger, notamment dans les petites structures. « Pourtant, le risque de perte ou de vol d'informations est plus fort dans les PME que dans les grands groupes », martèle Benoît de Saint Sernin, professeur à l'Ecole européenne d'intelligence économique (Eeie). Contrairement aux idées reçues, toutes les sociétés possèdent des données à forte valeur ajoutée: les fichiers clients. « C'est ce qu'on appelle la valeur informationnelle d'une entreprise », précise l'expert. La plupart des sous-traitants en ont conscience, surtout ceux qui travaillent avec de grands groupes industriels.

Sensibiliser les salariés. Pour limiter les risques, la première étape consiste à faire de la prévention auprès de vos équipes. En effet, les failles de sécurité les plus fréquentes sont le fruit d'un comportement inapproprié de la part des salariés. Par exemple, il est déconseillé d'utiliser son ordinateur personnel pour accéder à l'intranet de son entreprise. « La plupart des PC personnels sont des nids à virus ou peuvent cacher des logiciels malveillants. En se connectant à distance, le salarié fait peser un risque sur le réseau de l'entreprise », prévient Olivier Patole, expert sécurité et mobilité chez Devoteam, société de conseil spécialisée dans les technologies de l'information. Seule solution: fournir à vos salariés nomades un ordinateur qui dispose du même niveau de sécurité que ceux de votre entreprise. Naturellement, ce poste de travail doit être exclusivement utilisé pour des tâches professionnelles. Et ne doit pas être partagé avec les autres membres du foyer. Toujours au niveau comportemental, il est essentiel de sortir le moins de données possible de votre entreprise. Les salariés doivent rapporter chez eux uniquement les documents dont ils ont réellement besoin. Ainsi, un commercial ne doit pas prendre tous ses dossiers lorsqu'il va déjeuner avec un client. Le but: «limiter la casse» en cas de perte ou de vol de son ordinateur portable. « Souvent, les collaborateurs n'ont pas conscience de la valeur des données qu'ils manipulent quotidiennement. Ils pensent que les informations-clés de l'entreprise sont détenues par les autres services», décrypte Benoît de Saint Sernin (Eeie). Même si cela semble évident, tous vos terminaux mobiles doivent être dotés d'un mot de passe personnel, changé régulièrement. Les smartphones doivent être bloqués par un code numérique. Et se verrouiller automatiquement après 30 secondes d'inutilisation - des options qu'il est possible d'activer sur tous les nouveaux téléphones. « Aujourd'hui les téléphones d'entreprise sont de vrais micro-ordinateurs. Ils servent le plus souvent à recevoir et envoyer des e-mails, mais ils peuvent également héberger des documents ou des applications métiers, comme un logiciel de gestion de la relation client », souligne Olivier Patole (Devoteam). Autant de raisons pour rester vigilant.

BENOIT DE SAINT SERNIN, Professeur à l'Ecole européenne d'intelligence économique

Le risque de perte ou de vol d'informations est plus fort dans les PME que dans les grands groupes.

Le casse-tête des smartphones. Si la prévention est la meilleure des protections contre le vol ou la perte de données, l'utilisation d'une défense informatique reste incontournable. Outre les antivirus, antispam et firewall qui protégeront votre réseau interne, il existe également des solutions spécifiques pour vos ordinateurs portables. Les fonctionnalités les plus courantes? Cryptage, suppression des données à distance, verrouillage de l'ordinateur - toujours à distance - voire géolocalisation pour les plus performants. S'il est difficile de donner un prix exact, Olivier Patole estime qu'il faut compter « environ 15 euros HT par poste, et par an, pour doter ses PC portables d'une protection informatique spécifique ». En réalité, le vrai problème est ailleurs. Et touche essentiellement les smartphones. A part RIM, le fabriquant canadien de BlackBerry, la plupart des mobiles actuels sont conçus pour le grand public. Leur niveau de sécurité est donc minimal. Ainsi, même si Apple a fait de gros efforts ses derniers mois, l'iPhone reste perméable aux virus. Notamment ceux qui sont «jailbreakés», c'est-à-dire modifiés pour installer des applications non approuvées par la firme américaine. Sans compter une autre ombre au tableau: « Il n'existe pas de solutions permettant de sécuriser une flotte hétéroclite de téléphones. Certains logiciels sont spécifiques aux iPhone, d'autres pour ceux fonctionnant sous Android... », prévient Olivier Patole (Devoteam). Les solutions à envisager? Fournir les smartphones à ses salariés, ce qui peut vite revenir cher à l'entreprise, ou limiter leur usage à la lecture seule des e-mails.

ZOOM Les huit endroits où les ordinateurs portables d'entreprise sont les plus volés

Quels sont les lieux où les ordinateurs portables d'entreprise sont les plus souvent volés? C'est à cette question que répond le classement réalisé par Absolute Software, éditeur de solutions de protection des outils de mobilité. A noter que l'étude a été réalisée à partir des données de leurs clients.
1) En entreprise ;
2) En voiture ;
3) Au domicile ;
4) Au restaurant ;
5) Dans la rue ;
6) Autre (aéroports, gares...) ;
7) Dans les hôtels ;
8) Dans les taxis.
L'entreprise arrive donc en tête de peloton. La raison? « Ces vols sont le fait des salariés eux-mêmes. Ils déclarent la perte de leur matériel informatique pour, en réalité, le garder chez eux », souligne Christophe Jourdet, regional manager France et Iberia pour Absolute Software. Sinon, la plupart des vols sont commis dans les lieux publics. Par exemple, ce sont plus de 700 ordinateurs portables qui sont volés toutes les semaines à l'aéroport Charles-de-Gaulle, selon une étude de Ponemon Institute. Un salarié averti en vaut maintenant deux...

CHRISTOPHE JOURDET, Regional manager France et Iberia pour Absolute Software

« Il arrive que les salariés volent eux-mêmes leur matériel informatique professionnel et en déclarent la perte pour, en réalité, le garder chez eux. »

Mot clés :

Julien van der Feer