Mon compte Devenir membre Newsletters

Nao, la nouvelle star tricolore de Shanghai

Publié le par

Le robot créé par la société parisienne Aldebaran Robotics a épaté les 10 millions de visiteurs de l'Exposition universelle de Shanghai. Son nom? Nao. Ses fonctionnalités? Épatantes...

ROBOTIQUE Bruno Maisonnier, dirigeant d'Aldebaran Robotics

ROBOTIQUE Bruno Maisonnier, dirigeant d'Aldebaran Robotics

Vingt danseurs interprètent une chorégraphie réglée au millimètre sur le Boléro de Ravel. Tout est parfaitement exécuté. Et pour cause, ces danseurs ne sont autre que des... robots. Des Nao, plus exactement, des robots humanoïdes de soixante centimètres, fabriqués et commercialisés par Aldebaran Robotics. En juin dernier, ils assurent le show à l'Exposition universelle de Shanghai et font la fierté de leur papa, Bruno Maisonnier, le dirigeant de la PME, mais aussi de l'ensemble du pavillon français. Bruno Maisonnier est ravi: il est vrai que pour une structure d'à peine plus de 100 salariés, être aux côtés de grandes entreprises pour représenter les couleurs tricolores est une véritable aubaine!

« Avec plus de 10 millions de visiteurs sur l'Exposition, nous avons bénéficié d'une visibilité phénoménale! » Mais comment cette PME est-elle arrivée à se placer ainsi sur le devant de la scène? En relevant ses manches et en faisant acte de candidature auprès de la Cofres (Compagnie française pour l'Exposition universelle de Shanghai), qui accepte son dossier au vu de son savoir-faire unique.

C'est en 2005 que le projet Nao voit le jour avec la création d'Aldebaran. Bruno Maisonnier est passionné de robotique et veut depuis longtemps confectionner un petit robot évolutif et autonome. Il réussit son pari: l'équipe R & D d'Aldebaran Robotics conçoit, en trois ans de travail intensif, une petite merveille non seulement capable de parler, d'attraper les objets et de lire à voix haute mais également de reconnaître des visages et d'éviter les obstacles.

Nao, la nounou du futur? Six ans plus tard, l'entreprise a vendu plus de 1 100 Nao à plus de 300 clients et s'est fait un nom dans son domaine. De nombreux laboratoires de recherche et de grands groupes à travers le monde se sont portés acquéreurs du petit humanoïde. Ce dernier leur sert de support pour avancer sur leurs propres projets informatiques ou électroniques. Son prix? De 3 000 à 12 000 euros, en fonction des options demandées et du nombre de robots commandés. Aujourd'hui, Aldebaran Robotics produit environ 150 Nao par mois. Et en vend tout autant. La PME commence même à séduire le marché des particuliers. L'ambition de Nao à moyen terme? Assurer l'aide aux personnes à mobilité réduite. Et plus largement, Nao saura également s'adapter aux besoins de toute la famille: tenir compagnie aux enfants, surveiller la maison, etc. Pour l'heure, la PME multiplie les contrats auprès des chercheurs, le dernier en date étant passé auprès de l'université de Tokyo pour une trentaine de Nao. Mais il ne faut pas voir dans cette commande nipponne, patrie de la robotique, une conséquence du show chinois. « Il est difficile de juger des retombées de l'Exposition universelle sur nos ventes », estime Bruno Maisonnier. La Chine compte, depuis plusieurs années, parmi ses principaux clients.

 

ALDEBARAN ROBOTICS - Repères

ACTIVITE: Robotique
VILLE: Paris (XIVe arr.)
FORME JURIDIQUE: SA
ANNEE DE CREATION: 2005
EFFECTIF: 105 salariés
DIRIGEANT: Bruno Maisonnier, 52 ans
CA 2010: 4,2 MEuros

Mot clés : Export |

Céline Tridon