Mon compte Devenir membre Newsletters

PME et accès au crédit: experts-comptables et banques s'engagent

Publié le par

Les banques, rappelées à l'ordre, maintiennent leurs promesses en faveur des PME. De son côté, l'Ordre des experts-comptables noue des partenariats avec des banques pour faciliter l'accès à l'emprunt aux entreprises de moins de 20 salariés.

@ FOTOLIA/LD

délais de traitement des demandes de crédit des entreprises inférieurs à 15 jours? Un engagement réaffirmé par la Fédération bancaire française auprès de Frédéric Lefebvre, secrétaire d'Etat en charge des PME, le 20 septembre dernier. Parallèlement les établissements bancaires s'engagent à renouer le dialogue à tous les niveaux du processus de demande, notamment en favorisant l'information des entreprises. Il s'agit d'ailleurs de l'une des recommandations du rapport sur le financement des TPE remis par Gérard Rameix, médiateur du crédit. Ce document pointe également du doigt les problèmes de trésorerie auxquels sont confrontées les petites structures, indiquant notamment que le découvert, très coûteux, ne peut rester une solution de financement des entreprises. Les banques se sont engagées à faire des propositions dans ce sens. Un premier pas a été franchi grâce à l'Ordre des experts-comptables (OEC), qui a noué des liens avec deux banques. Le but de ce dispositif mis en place avec la BPCE et LCL? Permettre aux entreprises de moins de 20 salariés d'emprunter jusqu'à 25 000 euros pour investir, pour des besoins de trésorerie et même pour la consolidation de découverts. Comment? En simplifiant es démarches notamment. Par ailleurs, les refus de financement devront être motivés. L'expert-comptable se place alors comme un intermédiaire, qui se charge de remplir le dossier pour le chef d'entreprise. Coût de l'opération: un simple paiement à l'acte, de l'ordre de 1 000 à 1 500 euros. De quoi redonner un peu d'oxygène aux TPE en cette rentrée? C'est en tout cas ce qu'espère Agnès Bricard, présidente du Conseil supérieur de l'ordre des experts-comptables, qui rappelle, elle aussi, l'importance de la trésorerie. «Ce dispositif est essentiel pour les petites entreprises car elles ne représentent que de petits dossiers aux yeux des banquiers, qui ne les jugent pas assez rentables pour s'y intéresser. »