Mon compte Devenir membre Newsletters

Philippe Houdouin, dirigeant de Keyyo Les trois quarts de ses salariés sont cooptés

Publié le par

Keyyo a mis en place un système de recrutement par cooptation en 2005. Pour attirer les talents, Philippe Houdouin propose des primes aux «coopteurs» et des évolutions de carrière rapides aux «cooptés».

C'est une méthode de recrutement bien rodée. Depuis cinq ans, près des trois quarts des salariés embauchés par Keyyo le sont par cooptation. «Cette technique est la plus efficace pour attirer des talents dans une petite structure, n'hésite pas à affirmer Philippe Houdouin, le dirigeant de la PME. Nos concurrents directs sont essentiellement de grandes entreprises. Il est donc difficile d'être visible et attractif avec des méthodes de recrutement plus classiques.» Pour motiver et convertir ses salariés en ambassadeurs de sa PME, le dirigeant a mis en place des primes de «quelques centaines d'euros» qui récompensent les «coopteurs» à la fin de la période d'essai des «cooptés». Naturellement, «la candidature suit un parcours classique, avec l'analyse du CV et la mise en place d'entretiens», précise Philippe Houdouin.

Mais le succès de ce mode de recrutement est ailleurs. «Pour que le système fonctionne, il faut que les salariés aiment leur entreprise», souligne le dirigeant. L'état d'esprit qui règne dans sa société, où «l'inventivité technique et commerciale sont essentielles», ainsi que les possibilités d'évolution rapide, tant salariale qu'au niveau des responsabilités, sont, selon Philippe Houdouin, des atouts non négligeables pour une nouvelle recrue. Des qualités qui séduisent aussi les salariés en interne et les poussent à débaucher leurs connaissances et amis.

Des coûts de recrutement réduits.

Reste que la cooptation comporte un risque: celui d'uniformiser les profils au sein de l'entreprise, avec des collaborateurs au parcours professionnel proche (même tranche d'âge, même formation, etc.). Un argument balayé du revers de la main par le dirigeant: «Chez nous, un commercial peut très bien coopter un technicien ou un ingénieur. Sans compter que nous embauchons des personnes issues de secteurs d'activité très variés, qui ne viennent pas uniquement des télécommunications », soutient-il.

La cooptation permet également à Keyyo de réduire ses coûts de recrutement, notamment en comparaison du coût de la prestation d'un cabinet spécialisé. Le dirigeant n'a donc qu'une seule crainte: «Epuiser le réseau professionnel de mes salariés! », avoue-t-il avec humour. Un risque sans doute limité, puisque, logiquement, chaque nouvelle recrue apporte avec lui son propre carnet d'adresses.

KEYYO - Repères

KEYYO - Repères

  • Ancien contenu =- ACTIVITE: opérateur de téléphonie sur IP
    - VILLE: Clichy (Hauts-de-Seine)
    - FORME JURIDIQUE: SA
    - DIRIGEANT: Philippe Houdouin, 46 ans
    - ANNEE DE CREATION: 1995
    - EFFECTIF: 60 salariés
    - CA 2009: 18 MEuros
    - RN 2009: 1 MEuros