Mon compte Devenir membre Newsletters

QUELLE SOLUTION DE PAIEMENT POUR VOTRE SITE WEB?

Publié le par

Sur le marché parfois opaque des outils de paiement en ligne, il existe deux grandes catégories de prestataires: les banques et les entreprises spécialisées. Quelques pistes pour faire le bon choix.

@ DIGITAL VISISON

L'e-commerce est un marché florissant. Selon le dernier rapport de la Fédération de la vente à distance (Fevad), sur le premier trimestre 2007, le chiffre d'affaires de l'ensemble des sites de vente en ligne a progressé de 40%, à périmètre constant, pour atteindre 4 milliards d'euros. Un véritable eldorado, source de croissance pour bon nombre de PME françaises. Mais pour vendre vos produits ou services sur le Web, un site design et ergonomique ne suffit pas. Il faut que celui-ci soit assorti d'une solution de paiement efficace, adaptée à votre entreprise et qui rassure les internautes lors de l'acte d'achat. Sur ce marché des solutions de paiement en ligne - incontournable mais parfois opaque -, il existe deux grandes catégories de prestataires. Tout d'abord, les banques, qui proposent soit des solutions de paiement en ligne qu'elles ont elles-mêmes développées (comme le Crédit Mutuel, la Caisse d'Epargne ou le Crédit du Nord), soit un «produit» généraliste distribué en marque blanche. Dans les faits, la majeure partie des banques proposent un outil nommé SIPS, édité par la société Atos Origin, une multinationale spécialisée dans l'implantation de systèmes informatiques. Puis, elles y accolent leur propre logo (c'est le cas, par exemple, de la Société Générale, du Crédit Lyonnais et de la Banque Postale). Parallèlement, il existe également des spécialistes qui fournissent des outils de paiement en ligne, en général plus complets et personnalisables. Parmi ce type de prestataires, on peut citer Ogone, Paybox Services, Payline, Global Collect ou bien encore Jet Multimédia...

JEAN-PASCAL DUVET, directeur des opérations Monétique chez Atos Origin

Les banques offrent un package complet qui simplifie la vie des petites entreprises.

Face à cette multitude d'offres, pas facile de s'y retrouver. Pour faire le bon choix, posez-vous les bonnes questions. Internet sera-t-il un véritable levier de croissance pour votre entreprise? En clair, quelles sont vos ambitions sur la Toile? Si l'e-commerce demeure un canal marginal, une solution clés en main devrait vous suffire. «Les banques offrent un package complet qui simplifie la vie des petites entreprises», analyse Jean-Pascal Duvet, directeur des opérations monétiques chez Atos Origin. C'est pourquoi ce type de solution de paiement semble plus adapté pour une société qui fait ses premiers pas sur le Web. D'autant que de nombreuses PME préfèrent avoir un interlocuteur unique. Et pour leurs projets financiers, elles se tournent naturellement vers leur banquier. Subsiste quelques bémols. Tout d'abord, au niveau du support technique. Si vous avez un souci avec votre solution de paiement, les banques vous orienteront directement vers Atos Origin France. Même si la multinationale assure être à l'écoute des petites entreprises, elle travaille majoritairement avec des grands comptes. Dans certains cas, son discours pourrait s'avérer inintelligible. Autre point noir: les banques ne proposent pas toutes le même package. Si certaines, comme la Société Générale, sont proactives sur le paiement en ligne, d'autres sont en retrait et risquent de vous proposer un outil trop basique ou peu adapté à vos attentes.

Des spécialistes pour le sur-mesure. Dès lors, choisir un logiciel de paiement sur mesure peut s'avérer intéressant. Mais, il faut l'avouer, cette solution s'adresse plutôt à des entreprises ayant déjà une expérience de la vente en ligne. Donc à des PME qui réalisent un volume de transactions élevé ou qui sont confrontées à des problématiques spécifiques comme, par exemple, se développer à l'étranger. Paybox Services, éditeur de solutions de paiement en ligne, revendique une offre de services plus large que celle des banques. «Avec notre outil, les internautes peuvent utiliser un plus grand nombre de moyens de paiement», affirme Frédéric Loos, directeur commercial de Paybox Services. De fait, certaines banques n'acceptent que les cartes Visa et Eurocard/Mastercard, par exemple. Chez Paybox Services, l'internaute a la possibilité de payer avec Finaref, Paypal, Cofinoga ou 1euro.com. Chez Ogone, une autre société du secteur, on met en avant une expertise particulière dans la lutte contre la fraude. «Notre solution de paiement peut analyser la nationalité de l'internaute, ainsi que le pays d'origine de la carte utilisée pour payer», indique Xavier Thiran, le directeur du Business Development chez Ogone.

Autre point fort des entreprises spécialisées: leur capacité de conseil. A la tête du service web des 24 heures du Mans, la société organisatrice de la fameuse course automobile, Nicolas Cousseau a abandonné, il y a trois ans, la solution de paiement de sa banque au profit d'une solution personnalisable dont il apprécie, désormais, la dimension de proximité. «Nous sommes entièrement accompagnés dans nos différentes étapes de développement sur le Web», témoigne-t-il avec satisfaction.

Enfin, les entreprises spécialisées connaissent bien mieux le marché. Leur expertise est un atout si vous souhaitez vous développer à l'international. A titre d'exemple, les cartes bancaires sont utilisées comme moyen de paiement dans plus de 80% des achats effectués en France. A contrario, en Allemagne, c'est le prélèvement automatique qui est majoritairement choisi. Votre site doit donc mettre en avant le moyen de paiement le plus approprié pour les internautes. Et ce, en fonction des habitudes locales des consommateurs.

A SAVOIR
Combien ça coûte?

La facturation émise par les fournisseurs de solutions de paiement en ligne se décompose en trois parties. Tout d'abord, vous devez vous acquitter d'un abonnement mensuel. La plupart du temps, son montant est raisonnable, de l'ordre de 25 à 40 euros par mois. A cela, s'ajoute un prélèvement sur chaque transaction. Ici, les prix varient selon les banques et les prestataires spécialisés. Il faut compter de 0,06 à 0,16 euro par transaction. A vous, donc, de négocier directement ce prélèvement avec votre prestataire. Enfin, les banques perçoivent un pourcentage de la valeur du bien vendu. Ce pourcentage est généralement compris entre 0,5% et 0,7%. Et il n'est pas négociable.

XAVIER THIRAN, directeur du Business Development chez Ogone

Notre solution de paiement peut analyser la nationalité de l'internaute, ainsi que le pays d'origine de la carte utilisée pour payer.