Mon compte Devenir membre Newsletters

Quelles FORMATIONS pour le DIRIGEANT D'UNE PME?

Publié le par

Pressé par le temps et les responsabilités, vous n'avez pas un moment pour vous former. Afin de répondre à vos besoins, les instituts de formation ont bâti une offre très large de stages courts et spécialisés.

Il y a souvent plusieurs casquettes sur la tête d'un patron de PME. Marketing, gestion ou management viennent s'ajouter à son domaine de compétence initial. Une polyvalence qui atteint ses limites quand l'entreprise grandit et, avec elle, ses besoins de fonctionnement. Si toutes les PME cotisent auprès d'un fonds destiné à la formation, beaucoup de dirigeants négligent d'en profiter. D'une part pour leurs salariés, pensant qu'elle est réservée aux grandes entreprises. D'autre part pour eux-mêmes: happés par le quotidien, certains considèrent la question comme saugrenue. En témoignent les chiffres du baromètre 2007 de l'Agefos, réalisé avec l'institut Ipsos entre septembre et octobre 2006 auprès de 500 PME. Selon cette étude, 60% de l'effort pédagogique concerne le personnel ouvrier. La direction au sens large arrive loin derrière, avec 35% des dépenses. Encore désignait-on par «direction» d'autres fonctions que celle de «patron»...

«Pourtant, l'expérience montre qu'un complément déformation, pour un dirigeant spécialisé dans un domaine de compétence mais autodidacte en gestion, en communication ou en ressources humaines ou parfois dans les trois domaines à la fois, est loin d'être un luxe, juge Estelle Hervet, directrice de la communication de la filiale éducative d'HEC. Et avec l'arrivée du droit individuel à la formation (Dif), le développement des compétences personnelles revient en force dans l'entreprise.»

A quel prix peut-on s'offrir ces formations? Comment les intervenants s'adaptent-ils à la demande des patrons de petites entreprises? Chef d'Entreprise Magazine a fait le tour des formations courtes destinées aux dirigeants.

1 MANAGEMENT-RH: L'EMBARRAS DU CHOIX

 

Dans ces deux domaines, l'offre est pléthorique. Les deux géants du marché de la formation, Cegos et Demos, proposent à eux seuls plus de 300 types de formations destinées aux employés et aux cadres mais aussi aux dirigeants. Ces instituts privés tentent de répondre à la demande en proposant des stages courts et ciblés, de deux à cinq jours. L'offre Demos Business, est ainsi réservée aux dirigeants de PME. «Entièrement à la carte, elle permet de concocter un programme sur mesure, sur un ou deux jours, explique Evelyne Hernandez, chargée de l'organisation des sessions de l'institut. Un dirigeant peut, ainsi, apprendre à manager son comité de direction en une journée pour 890 euros. Nous proposons des savoirs résumés à l'essentiel avec pour objectif premier l'efficacité.»

Ces instituts jouent aussi la carte de la diversité. Dans le seul domaine du management, Cegos, lui, dispose de plus de 70 modules. Il faut compter trois jours et 1 800 euros pour intégrer «les 7 habitudes des managers très efficaces» ou deux jours et 1000 euros pour «conduire un entretien professionnel».

Le Centre de recherche et d'étude sur les comportements individuels (Creci) s'est, lui, spécialisé dans le «management motivationnel» et le «team building». Dans le cadre de séminaires interentreprises, il reçoit des dirigeants de PME dans ses antennes de Paris, Rennes ou Aix-en-Provence. Il faut compter environ 3 000 euros pour un séminaire d'une semaine. Mêmes tarifs chez Docendi, qui tente de se différencier en vendant des «parcours»s conçus selon votre profil (manager de proximité, jeune manager...) avec plusieurs possibilités de modules à chaque étape et la garantie d'un suivi à l'issue de la formation.

Plus compétitif en termes de prix que ces instituts privés, le Centre des jeunes dirigeants (CJD) tente lui aussi d'innover en proposant une formation complète. Intitulée «Dispositif Copernic», elle est composée de cinq modules axés sur des problématiques centrales pour le dirigeant telles que savoir utiliser la diversité pour entreprendre, développer ses capacités de médiateur ou passer de la vision au résultat. Il faut cependant adhérer depuis deux ans à l'association pour pouvoir s'y inscrire.

Des centres de formations proposent des sessions courtes destinées aux seuls dirigeants de PME, comme ici, chez Demos. Celles-ci sont l'occasion d'échanger avec d'autres chefs d'entreprise.

Des centres de formations proposent des sessions courtes destinées aux seuls dirigeants de PME, comme ici, chez Demos. Celles-ci sont l'occasion d'échanger avec d'autres chefs d'entreprise.

2 ACQUERIR LES BASES EN GESTION, FINANCE ET LOGISTIQUE

 

Dans des disciplines aussi techniques que la gestion, la finance ou la logistique, les formations se veulent accessibles aux néophytes et se déroulent généralement en groupes restreints d'une dizaine de personnes au maximum. Expérience pédagogique à l'appui, les écoles de commerce sont évidemment en pointe sur ces sujets. Parmi elles, l'Ecole supérieure de commerce de Paris (ESCP) se distingue avec une option intitulée sobrement «La finance pour les non-financiers». Conçue pour les dirigeants de PME et PMI, elle permet, en cinq jours, de faire le tour des questions touchant les flux financiers, l'analyse, les décisions d'investissements ou la gestion de trésorerie. Idem pour le module intitulé «Acheter dans le cadre international»: pendant cinq jours, vous apprendrez à faire du «sourcing», à calculer les risques financiers selon le pays et le secteur dans lequel vous travaillez, à appréhender le problème des contrats et de la négociation dans un cadre culturel différent du vôtre...

Autre possibilité: aller voir du côté des chambres de commerce et d'industrie (CCI), souvent moins chères que les écoles. Si l'offre dépend de l'activité de votre bassin économique, toutes cherchent aujourd'hui à répondre à une demande croissante de la part des dirigeants de PME. Ainsi, la CCI de Grenoble proposera, à partir de septembre, une formation sur le b.a.-ba du management d'entreprise. Vous pourrez y apprendre à «utiliser un tableau de bord pour piloter votre entreprise», et découvrir d'autres domaines, juridiques et managériaux notamment. Certaines CCI disposent même de leur propre école, qui fonctionne de façon autonome. Celle de Paris, Advancia, propose de nombreuses sessions en droit, comptabilité ou gestion, à des tarifs moins élevés que la moyenne: les fondamentaux en analyse financière (40 heures sur sixjours) vous coûteront 2400 euros et 1900 euros à partir du deuxième parcours.

TEMOIGNAGE


J'ai pu prendre de la distance par rapport à mes pratiques de manager

JEAN-DAVID DARSA, directeur général adjoint de Locam
Aux commandes de Locam, une entreprise de crédits, Jean-David Darsa doit diriger, directement ou indirectement, plus d'une centaine de personnes. Quand l'opportunité d'une formation sur le management se présente, il accepte avec enthousiasme. «C'était l'occasion de prendre un peu de distance par rapport à ma pratique de manager», explique-t-il. La session, proposée par Demos, se déroule sur deux jours, un laps de temps assez court pour ne pas peser sur son emploi du temps. S'il avoue avoir été un peu désarçonné parles pratiques pédagogiques, comme l'analyse de textes de philosophes ou d'historiens, il reconnaît en avoir tiré un bénéfice inattendu. Résister à l'urgence, apprendre à obtenir la confiance, conduire le changement dans la durée: autant d'enseignements dispensés pendant ces deux jours. «La formation m'a également amené à comprendre les fondements du management, bien plus profonds que les outils pratiques qu'on nous livre pendant nos études.» Il dit en retirer, aujourd'hui, une leçon décisive qu'il formule ainsi: «Il n'est de richesse que d'hommes.» Presque un humanisme.

LOGAM - Repères

- ACTIVITE: Crédits et financements
- VILLE: Saint-Etienne (Loire)
- FORME JURIDIQUE: SAS
- ANNEE DE CREATION: 1977
- DIRIGEANTS: Philippe Chatain, 64 ans, et Jean-David Darsa, 36 ans
- EFFECTIF: 170 salariés
- CA 2006: 250 M Euros

3 DECOUVRIR LE MARKETING ET LA COMMUNICATION

 

Même dans des branches aussi larges que le marketing ou la communication, la formation peut aujourd'hui se concocter à la carte. Le Ceppic, l'organisme de formation de la CCI de Rouen, propose des formules «flashs» à la demande. D'une durée de deux à trois heures, elles permettent aux dirigeants de profiter d'un enseignement ciblé en un minimum de temps, depuis «comment réaliser des transparents» à «comment mesurer la satisfaction de vos clients», en passant par «comment travailler avec des journalistes». A la CCI de Nantes, vous pourrez vous former en une ou deux journées à la vente et à la négociation, sur la base d'analyses d'extraits cinématographiques! Ou encore vous entraîner à la communication médias dans des conditions proches du réel (plateau télé, studio radio...). A noter: presque toutes les CCI proposent des formations en marketing et en communication. Reste que pour ces domaines de compétence, les écoles de commerce continuent de dominer le marché. L'Essec offre ainsi une dizaine de cours en marketing sur son site de La Défense, notamment le très pointu: «Web marketing». Tout cela pour 3 000 euros! Même positionnement haut de gamme à L'EM Lyon, qui propose «l'Essentiel du marketing» (1 900 euros sur trois jours) ou la dernière nouveauté de L'ESCP: «Fidéliser le client: organisation et action» (2 000 euros sur trois jours).

Moins onéreux, les cours du Centre national de l'entrepreunariat, issu du Conservatoire national des arts et métiers CCnam), sont aujourd'hui accessibles dans dix grandes régions françaises. Le rythme: 20 heures alternant deux jours non consécutifs de formation et un jour de travail personnel d'application. Ces programmes comprennent des modules à choisir selon ses besoins. Leur tarif est imbattable. A partir de 350 euros pour 20 heures de cours, le Cnam se soucie de démocratiser réellement la formation continue. «On pourrait faire des MBA, ce n'est pas un problème de compétence, explique Jean-Claude Bouly, responsable de la formation de l'école. Mais est-ce vraiment ce dont a besoin un dirigeant de PME aujourd'hui? Nous préférons proposer des formations accessibles à tous, en termes financiers et d'emploi du temps.»

@ FOTOLIA

FINANCEMENT

Comment bénéficier d'aides à la formation

Chaque année, les entreprises consacrent un pourcentage de leur masse salariale au financement d'actions de formation continue (1,6% pour les entreprises et les établissements de 10 salariés ou plus et 0,4% pour les entreprises de moins de 10 salariés). Ces contributions sont versées à des OPCA (organismes paritaires collecteurs agréés) qui les redistribuent aux entreprises sous forme de fonds déformation.
Des aides au niveau des régions, de l'Etat (Fonds national de l'emploi) ou de l'Europe (Fonds social européen) peuvent aussi être sollicitées. Des associations et centres de formations dépendant de chaque secteur d'activité peuvent, en outre, proposer des sessions de formation interentreprises. Avantage: l'enseignement y est plus personnalisé et bénéficie de tarifs préférentiels. Renseignez-vous auprès de votre syndicat professionnel.

4 APPRIVOISER LE WEB OU UN NOUVEAU LOGICIEL

 

En informatique, les CCI sont, une fois encore, l'interlocuteur privilégié des PME. Elles dispensent toutes une formation de base aux logiciels de comptabilité, de mise en page... Certaines vont jusqu'à la création de sites Internet. Vous pouvez également y apprendre à optimiser la fréquentation de votre site ou son référencement. A titre d'exemple, la formation dispensée par l'Ecole du Lac, qui dépend de la CCI de Bordeaux, affiche plus d'une centaine de modules, à des tarifs raisonnables. Il vous en coûtera 250 euros pour apprendre, en une journée, à référencer votre site web, ou 500 euros pour découvrir le wifi en trois jours. Les formateurs, agréés par les éditeurs de logiciels, peuvent même se déplacer dans vos locaux et sont habilités à délivrer le passeport de compétences informatiques européen. Ils assurent, en outre, une post-formation gratuite par e-mail pendant trois mois.

5 AMELIORER SON NIVEAU EN LANGUES

 

Pour un dirigeant de PME, travailler avec des partenaires à l'international exige la maîtrise de certaines langues, non seulement à l'écrit mais aussi à l'oral, notamment quand il faut recourir à la visioconférence. Si l'anglais fait partie des prérequis, la maîtrise d'une seconde langue étrangère peut constituer un atout non négligeable pour un chef d'entreprise, voire une nécessité s'il exporte massivement. Signe des temps, certaines langues font leur apparition. Chinois, russe et japonais sont parmi les plus prisées. Et pour plus de rapidité, l'ESC Lyon propose même des «parcours éclairs» pour apprendre le mandarin en 40 heures!

Même si le stage à l'étranger reste la solution optimale, l'avènement du CD-Rom et de l'e-learning a profondément modifié l'enseignement des langues grâce à plus d'interactivité et de souplesse. Une formation à mitemps, à raison de trois heures chaque matin pendant une ou deux semaines, permet d'obtenir des progrès significatifs sans trop empiéter sur l'emploi du temps des participants. Les instituts spécialisés, comme le Wall Street Institute ou Berlitz, sont parmi les plus connus.

Mais d'autres centres viennent les concurrencer, comme les CCI. Celle de Lille organise par exemple, chaque vendredi, de 7h30 à 8h45, des «business breakfasts», avec revue de presse en anglais et échanges autour de vos activités respectives.

Il reste, sinon, la bonne vieille formule de l'enseignement par téléphone. La filiale formation de l'Essec organise des cours de 45 minutes pour apprendre à tenir une discussion téléphonique dans une langue étrangère. L'Essec peut aussi se déplacer en organisant des sessions au sein même de votre entreprise, pour le même tarif que si vous preniez votre cours sur le campus de Cergy (Val-d'Oise).

TEMOIGNAGE


J'ai appris à observer mon auditoire

BERTRAND FOURQUET,
p-dg de Echosens
Le mois dernier, Bertrand Fourquet s'est retrouvé sous les feux de la rampe. Pour avoir été élu «Homme de l'année Ile-de-France» par le magazine Le Nouvel Economiste, le dirigeant d'Echosens, un fabricant d'appareils d'imagerie médicale, a dû prendre la parole devant un auditoire d'une centaine de personnes, Un exercice qui n'avait rien d'évident pour le chef d'entreprise. «Lors d'une remise de prix, en 2004, je me suis aperçu que je peinais à m'exprimer devant un large public. Or, l'image de mon entreprise en dépendait», confie-t-il. Soucieux de prendre de l'assurance, Bertrand Fourquet décide de se faire coacher. Fin 2005, 1 contacte une société de conseil en management et participe - avec cinq autres dirigeants - à un séminaire de cinq jours sur la prise de parole en public, L'addition est plutôt salée: 1000 euros par jour. Mais le patron d'Echosens ne regrette pas son investissement. Concentration, gestuelle, intonations...Il découvre les recettes de pros, «Aujourd'hui, je suis beaucoup plus attentif à mon auditoire», témoigne-t-il. Surtout, sa nouvelle assurance lui permet de mieux défendre son point de vue devant ses collaborateurs,

ECHOSENS - Repères

- ACTIVITE: Commercialisation d'appareils d'imagerie médicale non invasifs
- VILLE: Paris
- FORME JURIDIQUE: SA
- DIRIGEANT: Bertrand Fourquet, 40 ans
- DATE DE CREATION: 2001
- EFFECTIF: 29 salariés
- CA 2006: 5,1 Meuros

6 OSER LE DEVELOPPEMENT PERSONNEL

 

Maîtriser son stress ou utiliser son intelligence émotionnelle: autant d'apprentissages qui ne sont plus tabous pour les dirigeants. Parmi les acteurs proposant des sessions consacrées au développement personnel, la filiale Formation continue d'HEC fait figure de modèle, avec le programme «Apprendre à diriger». Les sessions se tiennent l'été, sur le campus de l'école, à Jouy-en-Josas, (Yvelines). Pendant quatre jours, les participants composent leur parcours à la carte, selon une gamme de modules d'une demi-journée. «Il s'agit de profiter d'un moment propice pour prendre du recul etse dégager d'un quotidien envahissant, explique Estelle Hervet, directrice de la communication de la filiale éducative d'HEC. Les dates-fin juillet et fin août-sont idéales pour préparer une rentrée performante.» Eveil musculaire le matin, relaxation l'après-midi: l'accent est mis sur le bien-être de votre petite personne. «On peut comparer les chefs d'entreprise à des chefs d'orchestre, témoigne Estelle Hervet. Il leur faut encadrer des équipes, atteindre des objectifs et évoluer dans un environnement de plus en plus complexe. Des contraintes qui pèsent lourd sur les épaules et le moral.» Ces formations en continu - les participants vivent 24h/24 sur le campus - vous permettent d'enrichir votre carnet d'adresses. D'autres sessions ont lieu pendant l'année, comme celle, plébiscitée, visant à "développer son impact personnel, où le participant bénéficie d'un coaching individuel. Sociologie, histoire, psychologie, cours d'organisation avec un neurochirurgien ou approche des situations de crise sous la houlette d'un anthropologue... Le développement personnel fait appel à des matières variées qu'un dirigeant a rarement le temps d'approfondir dans l'exercice de sa fonction. Une autre façon de se découvrir soi-même.