Mon compte Devenir membre Newsletters

Revol, la porcelaine à l'épreuve du temps

Publié le par

Plus de deux siècles que la PME Revol fabrique des porcelaines dans la Drôme. Onze générations de dirigeants ont façonné la marque qui n'a pas pris une ride. Pourtant, la PME a parcouru un chemin semé d'embûches, mais aussi de trouvailles.

 

Depuis la création de Revol en 1789, 11 générations de dirigeants se sont succédé à la tête de la société.

Depuis la création de Revol en 1789, 11 générations de dirigeants se sont succédé à la tête de la société.

Des articles colorés et pratiques qui égayent la cuisine. Voilà ce que propose Revol, spécialiste de la porcelaine culinaire. La PME française exporte dans 70 pays, ce qui représente 65 % de son chiffre d'affaires annuel. Avec la récente ouverture d'une antenne en Chine, elle met un premier pied en Asie. Dirigée depuis 2007 par Olivier Passot, la marque compte ainsi conserver son rôle d'ambassadrice de la porcelaine traditionnelle haut de gamme.

Si Revol s'est rapidement forgée une réputation d'excellence, sa vie n'est pas un long fleuve tranquille. En plus de deux siècles, l'entreprise familiale ne connaît pas moins de 11 générations de dirigeants, tous issus de la lignée des fondateurs, les frères Revol, Joseph-Marie et François, et 13 régimes politiques, dont cinq républiques! Elle a dû surmonter les conflits mondiaux, les renversements politiques, les bouleversements industriels, les crises économiques et les transmissions parfois difficiles au sein du clan familial. Une épopée humaine et industrielle entamée presque par hasard. En 1789, c'est en effet lors d'une promenade près de Valence que les deux frères, issus d'une famille de faïenciers, découvrent un gisement d'argile blanche. Dans un secteur alors en plein essor, ils ouvrent leur première usine à Ponsas, dans la Drôme. Cruches à bière, creusets pour la chimie, bouteilles à encre, ustensiles de pharmacie et de cuisine... Les porcelaines Revol sont dès le début réputées plus résistantes que les autres aux chocs thermiques. L'entreprise diversifie rapidement sa production, transférée dès le début du XIXe siècle à la manufacture de Saint-Uze, village voisin, par manque d'espace. Une usine où est confectionnée une pâte unique, mise au point, aujourd'hui encore, dans le plus grand secret.

Revol Porcelaine SA

> Activité
Fabrication de porcelaines culinaires
> Ville
Saint-Uze (Drôme)
> Forme juridique SA
> Dirigeant
Olivier Passot, 40 ans
> Année de création
1789
> Année de reprise
2007
> Effectif
205 salariés
> CA 2011
17,2 MEuros

Innover pour durer

Loin de se reposer sur ses acquis, la famille Revol, devenue Passot par mariage, mise à chaque fois sur l'innovation pour durer et se renouveler. Parfois poussée par les événements... Ainsi, en 1903, une grève paralyse l'activité de l'usine durant quatre mois. Une période de crispation qui affaiblit l'entreprise face à la concurrence. Elle engendre alors une profonde remise en question de la part des dirigeants, notamment au niveau des processus de fabrication. C'est dans ce contexte que naît une nouvelle technique, le coulage traditionnel, qui révolutionne la production de porcelaine à l'époque. « L'entrée dans le XXe siècle a été particulièrement compliquée. Nous avons rencontré des problèmes tels qu'il a fallu innover et faire évoluer le métier. Dépasser ces épreuves a rendu l'entreprise plus forte et assez solide pour relever de nouveaux challenges», analyse Olivier Passot.

Lui-même a dû relever un certain nombre de défis depuis son arrivée à la tête du groupe en 2007. Avec l'apparition massive de produits chinois à bas prix sur le marché et la crise de ces dernières années, le tournant est particulièrement difficile à négocier. Le chiffre d'affaires de Revol stagne d'ailleurs entre 2004 et 2010. Encore une fois, il faut s'adapter. «Notre obsession est désormais focalisée sur la valeur ajoutée de nos produits. Après une profonde remise en question, nous avons renouvelé nos collections afin de justifier nos prix plus élevés sur le marché. De là est née en 2011 la gamme «Révolution», compatible avec toutes les sources de chaleur et confectionnée à partir d'un nouveau matériau breveté», commente le dirigeant.

ZOOM

Un savoir-faire ancestral...
La qualité des porcelaines de Revol provient de sa pâte unique, issue de mélanges de kaolins très purs, de feldspath et de silice. Un dosage dont les secrets sont soigneusement gardés et transmis par des générations d'ouvriers et de dirigeants. Revol est l'un des derniers porcelainiers à maîtriser l'élaboration de sa pâte, qui a fait la renommée du groupe depuis ses débuts. Un savoir-faire qui a d'ailleurs été maintes fois primé. Chaque jour, huit tonnes de matières premières sont transformées par les petites mains de Saint-Uze qui produisent quatre millions de pièces par an.
... Au service des petits comme des grands chefs
Afin de rester à l'affût des nouvelles tendances gustatives et esthétiques, Revol travaille en étroite collaboration avec les grands chefs cuisiniers français tels que Régis Marcon, trois étoiles au Michelin, et Anne-Sophie Pic. La fabrique de porcelaine noue également de nombreux partenariats avec des établissements de formation comme l'institut Paul Bocuse, les établissements Alain Ducasse et d'autres encore à Singapour, à Chicago ou encore en Suisse.

Le culinaire, un créneau porteur

Olivier Passot s'inscrit ainsi dans la continuité des chantiers engagés depuis 1980 par son père, Bertrand Passot. Celui-ci avait lancé Revol à l'export et misé sur l'innovation technologique des procédés de fabrication. En 1993, le rachat de son concurrent historique, l'enseigne Delaunay, marque une nouvelle étape dans l'ascension de la PME qui s'installe ainsi durablement dans le secteur de l'hôtellerie-restauration. Un moment-clé pour Revol qui, dès 1995, opère une réorientation stratégique en recentrant la production exclusivement sur le culinaire. Lancement de nouvelles gammes plus design, partenariats avec des chefs étoilés et des instituts de formation à travers le monde (lire l'encadré ci-dessous)... Si bien que le secteur de l'hôtellerie-restauration représente aujourd'hui près des deux tiers de ses ventes, devant le marché des particuliers. Forte d'une croissance retrouvée de 40 % depuis 2010, l'entreprise prévoit désormais d'investir 1,2 million d'euros dans une nouvelle ligne de production en France.

Si Olivier Passot souhaite encore et toujours renforcer la présence de la marque à l'international, le développement de Revol reste intrinsèquement lié au petit bourg de Saint-Uze. Des générations d'ouvriers se sont succédé à l'usine. Aujourd'hui, la manufacture de 16 500 m² emploie 205 salariés. « L'homme reste au coeur des processus de fabrication », affirme Olivier Passot. Revol est d'ailleurs l'un des rares porcelainiers à centraliser sur le même site l'ensemble de sa chaîne de production, de la confection des pâtes à l'emballage des produits. Et ce, même si l'usine importe désormais la matière première, faute de gisement suffisant à l'échelle locale. « J'espère que nous jouons un rôle moteur dans la région. Nous avons un magasin d'usine, nous organisons des visites régulières. Nous ambitionnons de devenir, à terme, un pôle d'attractivité touristique. Nous nous sommes d'ailleurs associés à d'autres entreprises de la région afin de promouvoir les savoir-faire locaux », souligne Olivier Passot. Dans cet esprit, le p-dg souhaiterait également ouvrir un musée croisant témoignages et archives sur la saga familiale et l'histoire de l'entreprise. Un parcours exemplaire qui lui permet de rejoindre le cercle très fermé de l'association des Hénokiens, rassemblant les entreprises familiales bicentenaires.

« Cet héritage est à la fois un poids lourd à porter et un moteur. Cela rend mon métier encore plus intéressant et mes responsabilités d'autant plus grandes », explique le dirigeant. Et la relève? « C'est un rêve de transmettre un jour l'entreprise à l'un de mes quatre enfants. L'aîné n'a que dix ans, nous avons encore le temps de voir venir. Qui sait, peut-être que l'un d'eux portera l'entreprise jusqu'à son tricentenaire! » Solide comme un roc au coeur des collines, la fabrique de Saint-Uze n'est décidément pas près de rentrer dans le moule.

DATES-CLES

1789: Joseph-Marie et François Revol créent Revol
1800: Déménagement de l'usine de Ponsas à Saint-Uze, dans la Drôme
1806: La porcelaine est primée à l'Exposition de Paris
1868: Revol reçoit la Médaille d'argent à l'Exposition internationale du Havre
1980: Arrivée de Bertrand Passot à la tête du groupe, qui lance la marque à l' export
1993: Rachat de l'enseigne Delaunay, concurrent historique. Revol accède au secteur de l'hôtellerie-restauration et se spécialise dans le culinaire
2007: Olivier Passot reprend les rênes de l'entreprise
2011: Revol est labellisée Entreprise du patrimoine vivant (EPV)

ZOOM

De l'ancrage drômois...
Aux côtés d'autres entreprises de la région, Revol crée, en novembre 2009, l'association Marques et savoir-faire en Drôme des collines. L'objectif: valoriser le patrimoine et les métiers de la Drôme et de l'Ardèche. Cette association, qui rassemble une dizaine d'entreprises (Lafuma, Jars, Chapoutier, Valrhona, Cave de Clairmont...), monte des opérations mettant à l'honneur les marques locales. Depuis sa création, elle organise un marché de Noël attirant près de 40 000 visiteurs chaque année.
... A l'assise internationale
Ses gobelets froissés ont fait le tour du monde depuis 2002. A l'occasion des Jeux olympiques de Londres en 2012, Revol revisite sa gamme en customisant les célèbres godets aux couleurs des drapeaux français, brésilien, britannique ou encore italien. Pour asseoir encore davantage sa réputation à l'étranger et dénicher de nouveaux marchés, Revol a ouvert une filiale aux Etats-Unis employant cinq salariés. Depuis 2011 cap sur l'Asie. Un volontaire international en entreprise (VIE) y a la lourde de tâche de représenter la marque à Shanghai.