Mon compte Devenir membre Newsletters

Savoir parler rémunération avec ses collaborateurs

Publié le par

Le temps des augmentations va bientôt arriver. Une période très attendue par les salariés qui peut être source de motivation comme de frustration. Valorisation d'une augmentation, gel des salaires ou refus d'une revalorisation individuelle: comment parler rémunération avec ses salariés? Eléments de réponse.

La fin de l'année arrive avec son lot de préoccupations. Se pose l'épineuse question des augmentations de salaire. Une fois vos arbitrages effectués (qui sera augmenté et qui ne le sera pas), la partie est loin d'être terminée. Il faut assumer votre choix. La façon de présenter les choses est primordiale. Accorder une augmentation, annoncer un gel des salaires ou refuser une augmentation individuelle doivent s'accompagner d'un discours adapté.

ZOOM

Desc, une méthode pour faire passer un message difficile
La technique Desc permet de s'exprimer avec assertivité. Desc signifie:
- D pour décrire la situation (Je constate que...) ;
- E pour exprimer son sentiment (Je regrette que...) ;
- S pour suggérer des solutions (Je te propose...) ;
- C pour conclure de façon positive (Ainsi / De cette façon...) ;
Par exemple: «Je constate que tel dossier a été rendu avec plus d'un mois de retard, mettant à mal l'organisation du service.
Je suis désolé par cette situation, je sais que tu as les capacités pour mener à bien de tels projets. Je te propose de suivre une formation en gestion du temps. Ainsi, le respect des échéances sera moins problématique».

Valoriser une augmentation salariale

Annoncer une hausse de salaire peut paraître simple, dans la mesure où la nouvelle va, a priori, satisfaire votre collaborateur. Néanmoins, votre message doit être clair. Une augmentation n'est pas un dû mais elle récompense une bonne année, une prise d'initiatives ou de nouvelles responsabilités... Vous pouvez vous appuyer sur le bilan établi à l'occasion de l'entretien annuel d'évaluation (EAE) pour reconnaître le travail effectué, féliciter le collaborateur pour son implication et lui expliquer de manière détaillée l'augmentation accordée. Profitez de ce moment privilégié pour motiver votre collaborateur et combler un éventuel manque de reconnaissance.

Michel Fourmy, manager au pôle RH, Cegos

« Si vous annoncez un gel des salaires, rappelez les avantages offerts par l'entreprise aux salariés: participation, titres-restaurants, actions de formation, etc. »

En cas de gel des salaires

Cas de figure fréquemment rencontré ces dernières années, la stagnation des salaires en entreprise nécessite un effort de communication particulier. Il est souhaitable que vous preniez la parole lors d'une réunion pour faire passer votre message à l'ensemble des collaborateurs. Soyez transparent par rapport aux difficultés rencontrées dans votre secteur. Si vos salariés sont au courant de la complexité de la situation, ils n'en mesurent peut-être pas la gravité et ne s'attendent probablement pas à un gel des salaires. Soyez pédagogue et clair, sans tomber dans l'excès en dépeignant un tableau trop sombre. Vous ne feriez que générer de l'anxiété chez vos col laborateurs. Concluez par une note d'optimisme pour rebooster les salariés et leur donner envie de s'investir pour inverser la tendance. Il peut être judicieux de glisser dans votre discours un rappel sur « tous les avantages offerts par l'entreprise aux salariés: participation, titres-restaurants, espaces aménagés, actions de formation, etc. », souligne Michel Fourmy, manager du pôle ressources humaines et management au sein du groupe de formation Cegos.

Motiver le refus pour ne pas démotiver

C'est sans doute le cas le plus sensible à aborder pour le chef d'entreprise: refuser une augmentation individuelle. Calme et sérénité sont essentiels pour affronter la situation et ne pas envenimer les choses. Votre but étant de ne pas démotiver le salarié en question. Il vous faudra user de diplomatie mais pas seulement. L'erreur, souvent commise, est de ne pas prendre le temps d'expliquer votre décision. Eviter la confrontation ne ferait qu'aggraver la situation. « Le salarié doit avoir une explication, ne serait-ce que d'un quart d'heure, pour savoir pourquoi vous ne répondez pas favorablement à sa demande », assure Michel Fourmy.

Motivez clairement votre refus en des termes choisis. Vous pouvez, par exemple, utiliser la méthode Desc pour faire passer le message (lire l'encadré, p. 52). Cette technique de formulation permet d'être moins direct, d'arrondir les angles et de rester positif.

Restez factuel et appuyez-vous sur le bilan établi lors de l'EAE. Pointez du doigt les objectifs non atteints et les efforts qui restent à accomplir, sans pour autant enfoncer le clou trop profondément. « Les managers ont un rôle primordial, celui de reconnaître les résultats et les efforts du salarié. Ils doivent fixer des objectifs accessibles à leurs collaborateurs et leur donner les moyens de les atteindre, notamment par de la formation continue, déterminante pour leur montée en compétences », rappelle Michel Fourmy. Terminez cette entrevue de manière positive en offrant à votre collaborateur des perspectives meilleures.

Sans faire de promesses que vous ne pourrez tenir, mettez en avant les axes de progression qui lui permettront probablement d'obtenir une revalorisation de son salaire l'année d'après.

AVIS D'EXPERT

Philippe Altounian, directeur associé d'Odycéo Conseil
Comment évaluer un salarié?
L'entretien annuel d'évaluation (EAE) permet de mesurer les compétences d'un collaborateur. Il comporte une partie où le salarié réalise son autobilan de l'année écoulée. Il y explique ses succès, les difficultés rencontrées, les écarts vis-à-vis des objectifs fixés. Ce document est rempli par les deux parties. Son manager évalue donc le collaborateur, en fondant son argumentaire sur des faits objectifs et précis. Au vu de ce bilan, le manager dresse un certain nombre d'objectifs à atteindre pour l'année à venir. Une partie est dédiée aux souhaits du collaborateur.
Enfin, les deux parties livrent leur conclusion en fin de document. « L'objectif est de sortir de cet entretien sur un accord juste, l'assurance de se comprendre et la mise en lumière d'objectifs Smart (spécifique/mesurable/ambitieux/réaliste/défini dans le temps) », précise Philippe Altounian, directeur associé d'Odycéo Conseil, cabinet spécialisé dans les ressources humaines. Cette évaluation vous permettra notamment d'arbitrer sur une éventuelle augmentation. Il convient donc de dissocier l'entretien annuel d'évaluation de celui dédié à la rémunération.

- CE QU'IL FAUT RETENIR

- Accorder une augmentation n'est pas un acte anodin, ni un dû pour le salarié. Prenez le temps de la valoriser auprès de vos collaborateurs.
- En cas de gel des salaires, soyez transparent, sans pour autant noircir le tableau.
- Prenez le temps d'expliquer les raisons de votre décision de refuser une augmentation individuelle à un collaborateur