Mon compte Devenir membre Newsletters

Ses sucettes retrouvent des couleurs

Publié le par

A peine un été. C'est le temps qu'il aura fallu à Karine Ernotte pour remettre sur pied les Gourmandises du Moulin. Cette confiserie a vu sa production s'arrêter du jour au lendemain suite au décès brutal de son fondateur.

Karine Ernotte, dirigeante des Gourmandises du Moulin

L'entreprise aujourd'hui

Au pied de la tour Eiffel, dans la boutique de souvenirs, des touristes chinois achètent des sucettes à l'effigie de la Dame de fer. Ces confiseries sont le fruit d'une petite entreprise ardéchoise, les Gourmandises du Moulin. A sa tête: Karine Ernotte. Elle fabrique des centaines de sucettes aux formes plus originales les unes que les autres: des chevaux, des perroquets, des ballons de football... Ses clients? Des grossistes éparpillés à travers tout l'Hexagone. Et quelques contrats-clés, comme celui passé avec la Société de la tour Eiffel. Toutes les trois semaines, les Gourmandises du Moulin livre une centaine de cartons au monument phare de la capitale. La TPE compte également parmi ses clients des grands comptes comme les Galeries Lafayette et les Aéroports de Paris. Pourtant, il y a seulement quelques mois que Karine Ernotte a repris l'entreprise au pied levé, juste après le décès brutal de son fondateur, Patrick Calleja, en juin dernier.

Sa crise

L'entrepreneuse, alors à la tête de Culturemandizes, apprend par un fournisseur la tragédie qui frappe Gourmandises du Moulin. « La famille, désemparée, n'a rien fait pour maintenir l'outil de production en marche. Ils ont expédié les commandes qui étaient prêtes à partir, puis tout a été arrêté du jour au lendemain », se souvient Karine Ernotte. Fermée et sans repreneur, Gourmandises du Moulin a bien failli disparaître avec son fondateur. Cependant, Karine Ernotte en décide autrement. Elle contacte la famille du dirigeant défunt et consacre les quelque 20 000 euros obtenus auprès de l'IEDV, un fonds d'initiative réservé aux femmes entrepreneuses, couplés à un prêt bancaire, pour racheter la société de confiseries. La plus grosse difficulté de cette reprise a été de s'assurer que les trois plus importants clients grossistes de Gourmandises du Moulin aient la patience d'attendre que Karine Ernotte boucle les différentes formalités administratives. Fidèles, ils répondent présent dès la réouverture de l'entreprise et la dirigeante remet en marche l'outil de production durant l'été 2010, tout en gardant les manettes de sa société, Culturemandizes.

Son rebond

Pour lui apprendre les rouages du métier de confiseur, une ancienne ouvrière de Patrick Calleja vient à la rescousse de Karine Ernotte. Elle lui enseigne les rudiments de la fabrication des sucettes. L'esprit d'entreprendre de la dirigeante fait le reste. Elle embauche deux ouvrières, reprend contact avec les clients, concrétise certains projets de Patrick Calleja (comme le contrat passé avec la Société de la tour Eiffel) et met l'entreprise aux normes européennes en utilisant des ingrédients d'origine naturelle. En collaboration avec un laboratoire, Karine Ernotte imagine de nouveaux arômes, selon l'humeur du moment. Après les sucettes au goût de génépi pour les fêtes de Noël, la menthe, la lavande ou la pomme d'amour seront peut-être les nouveaux parfums de l'été 2011.

GOURMANDISES DU MOULIN - Repères

- ACTIVITE: Fabrication de sucettes
- VILLE: Le Teil (Ardèche)
- FORME JURIDIQUE: SARL
- DIRIGEANTE: Karine Ernotte, 47 ans
- ANNEE DE REPRISE: 2010
- EFFECTIF: 3 salariés
- CA 2011 (PREVISIONNEL): 120 kEuros

Mot clés :

Céline Tridon