Mon compte Devenir membre Newsletters

Sinistré, Pescatore renaît de ses cendres

Publié le par

Ses locaux ravagés par un incendie, Pescatore a mis du temps à se relever. Heureusement entre les salariés, les clients et les voisins, François Liguori a pu compter sur le soutien et la bonne volonté de tous.

 

Retrouvez les sociétés citées dans notre carnet d'adresses, page 98.

L'entreprise aujourd'hui

Des projets à l'export, l'aménagement d'un hôtel au printemps dernier, deux salons cette année... Pescatore travaille d'arrache-pied. Comme si cette société de décoration voulait rattraper le temps perdu. «Cela fait un an que nous sommes à nouveau sereins», rappelle François Liguori, son dirigeant.

@ D.R.

Sa crise

Pourtant, il y a sept ans, son entreprise a bien failli disparaître en l'espace d'une nuit. «A la suite d'un courtcircuit, notre bâtiment principal a pris feu. D'une surface de 1 000 mètres carrés, il renfermait des machines, des ordinateurs... Et surtout, nos stocks», se remémore le chef d'entreprise. Etendue des pertes: près de 400 000 euros. Mais ce n'est pas tout. «Nous avons souffert d'un manque à gagner car nos locaux étaient provisoirement inutilisables.» Bien sûr, le préjudice est partiellement compensé par une indemnité pour perte d'exploitation. Versée par l'assurance, son montant est calculé en comparant les résultats des dernières périodes à celui de la phase de réduction d'activité. «Mais nous avons attendu de longs mois avant de la toucher», déplore François Liguori. En plus de ces tracas financiers, le dirigeant est soupçonné d'avoir lui-même mis le feu. Et - loi des séries oblige - il est ensuite lâché par son contrôleur de gestion. «J'ai dû entreprendre un recrutement dans l'urgence!» Trop vite embauché, le nouveau ne fait pas l'affaire, comme ce sera le cas, par la suite, de plusieurs nouvelles recrues: «Pendant plusieurs années, j'étais tellement occupé par des problèmes liés à l'incendie que j'ai dû déléguer. .. Et le travail n'a pas toujours été bien fait.»

Son rebond

Pourtant, le patron de Pescatore refuse de céder au découragement. Sa force? Avoir très vite remis son atelier en ordre de marche. Et refusé de licencier ou même de mettre ses équipes au chômage technique. Sa chance: l'entreprise dispose de bâtiments annexes, ainsi que d'un parking mis à disposition par un voisin. Elle loue des containers et 250 mètres carrés de bâtiments préfabriqués, dans lesquels elle s'installe provisoirement et stocke sa marchandise. Car la production doit à tout prix se poursuivre: pendant la durée des travaux de reconstruction, Pescatore sous-traite la fabrication à des prestataires locaux, ainsi qu'à l'étranger. Des retards? «Il y en a eu très peu. De toute façon, nous avions rapidement informé notre clientèle, ce qui nous a valu une grande indulgence de sapart.» Aujourd'hui, Pescatore a tiré les leçons de ce tragique événement: «Nos stocks sont répartis dans quatre bâtiments et notre réseau électrique est contrôlé chaque année !».

@ D.R.

PESCATORE - Repères

- ACTIVITE: Fabrication de mobilier et objets de décoration
- VILLE:Sète (Hérault)
- FORME JURIDIQUE: SARL
- ANNEE DE CREATION: 1995
- DIRIGEANT: François Liguori, 46 ans
- EFFECTIF: 17 salariés
- CA 2005: 2,6 millions d'euros