Mon compte Devenir membre Newsletters

Six étapes pour réussir son site marchand

Publié le par

Depuis trois ans, l'e-commerce ne cesse de croître. Si la création d'une e-boutique ne demande plus un investissement initial important, certaines règles sont à respecter pour ne pas rater le coche. Marche à suivre.

1- Déterminez vos objectifs

Définir vos objectifs vous permettra de déterminer le budget que vous allouerez à la conception du site. Si créer une e-boutique ne demande pas toujours un investissement de départ important, l'enveloppe peut s'alourdir en fonction de la personnalisation du site et des fonctionnalités que vous choisirez d'y inclure. Vous devez donc vous poser les bonnes questions. Quels sont vos objectifs à court, moyen et long termes? Souhaitez-vous vendre uniquement en France, ou bien avez-vous des ambitions à l'étranger? Vous devez aussi définir le public visé. Car du profil de vos clients, dépendront le design, l'ergonomie et le contenu de votre site. Enfin, «fixez-vous des objectifs raisonnables, avec des paliers facilement atteignables», conseille Eric Sansonny, directeur marketing d'Amen, un éditeur de solutions d'e-commerce. Mieux vaut, en effet, démarrer modestement, plutôt que de fixer d'emblée la barre à un niveau élevé, au risque de devoir réviser ses objectifs à la baisse.

Eric Sansonny, directeur marketing d'Amen

Il est important de se fixer des objectifs raisonnables.

2- Analysez les sites concurrents

L'étude de l'offre concurrentielle est une étape essentielle. Design, ergonomie, choix de produits... Analysez leurs forces et faiblesses. Une simple recherche par mots-clés vous permettra de repérer les sites marchands les plus actifs en termes de communication en ligne, c'est-à-dire ceux qui investissent massivement dans les liens sponsorisés et l'e-publicité. «Il est important d'identifier vos principaux challengers. Cela vous aidera à définir votre positionnement», souligne Alexis Rollin, directeur de RnD, une agence de conseil en e-marketing. Consultez également les places de marché grand public, comme eBay ou PriceMinister. Elles vous donneront des indications sur les prix pratiqués en ligne dans votre secteur d'activité.

@ Nhelin/fotolia/LD

3- Choisissez votre nom de domaine

Pour une entreprise ayant déjà une activité, le choix du nom de domaine est simple. Il suffit, le plus souvent, de reprendre celui de l'enseigne ou du produit qui sera vendu sur Internet. Toutefois, si vous ne souhaitez pas capitaliser sur votre marque, vous pouvez choisir un nom de domaine différent de celui de votre activité originelle. Certaines règles doivent alors être respectées. Tout d'abord, privilégiez un nom simple et, si possible, court. Proscrivez les «y», les «ph» et les doubles consonnes. Bref, tout ce qui peut être à l'origine d'une faute de frappe. Une fois le nom choisi, vous devrez le déposer auprès d'un bureau d'enregistrement (ou registrar). Vient ensuite le choix de l'indexation: .fr, .com, .eu... Si votre business est franco- français, le «.fr» suffira. N'hésitez pas à acheter aussi le «.com», s'il est disponible. Cette indexation est peu onéreuse (environ 10 euros par an) et apportera un crédit supplémentaire à votre site. En revanche, si vous souhaitez «exporter vos produits, il vous faudra investir dans des indexations spécifiques. Par exemple, le «.it» pour l'Italie, le «.es» pour l'Espagne ou le «.cn» pour la Chine. Ne négligez pas non plus les «.eu», «.org» ou «.net», à la fois génériques et internationaux.

4- Site clés en main ou sur mesure?

Si vous avez des ambitions modestes, les sites clés en main, comme ceux que proposent Oxatis, 1&1, PowerBoutique, WiziShop, Amen ou encore Store Factory, sont faits pour vous. Ils tirent leur force de leur rapidité de mise en ligne (comptez environ deux semaines) et de leur coût modique (entre 10 et 75 euros par mois, selon le prestataire et les options choisies). En revanche, ces sites packagés manquent de souplesse. De fait, c'est l'utilisateur qui doit, bien souvent, se plier aux règles du logiciel. C'est pour cette raison que certaines entreprises préfèrent s'octroyer les services d'un prestataire spécialisé, qui va leur bâtir un site sur mesure, tant en termes de design qu'au niveau technique. Le prix est alors beaucoup plus élevé; comptez au minimum 20 000 euros d'investissement initial.

5- Soignez l'ergonomie

Ne privilégiez jamais la forme au détriment du fond. Si des technologies, comme les animations Flash, permettent de créer des sites qui flattent l'oeil, elles peuvent aussi nuire à sa fréquentation. N'oubliez pas que tous les internautes ne possèdent pas un ordinateur de dernière génération capable d'ouvrir des pages web lourdes. C'est pour cette raison qu'une e-boutique doit être efficace avant d'être belle. «Misez sur un site marchand sobre et clair et sur une navigation intuitive», conseille Stéphane Escoffier, p-dg de PowerBoutique, un éditeur spécialisé. A bannir: «Les sites «sapins de Noël», avec une multitude de liens et de rubriques qui clignotent partout», ajoute-t-il. L'idéal? Permettre à chaque internaute d'acheter en trois clics. Enfin, comme dans la distribution physique, il est important de soigner la présentation des produits à l'aide de descriptions précises, de photos représentatives et valorisantes et d'argumentaires convaincants.

6- Rassurez le client en étant transparent

L'e-commerce est avant tout de la vente à distance. L'acte d'achat est donc, par essence, anxiogène, puisque l'internaute paie pour un produit ou un service dont il ne pourra jouir que quelques jours plus tard. C'est pour cette raison qu'il faut le rassurer. L'une des règles d'or consiste à se montrer transparent sur sa société. N'hésitez pas à donner plus d'informations que nécessaire: raison sociale, effectif, historique, labels, témoignages clients... La récente loi Chatel va dans ce sens, puisque vous êtes désormais obligé d'indiquer à l'internaute le délai maximum dans lequel il recevra son colis, sous peine d'annulation de la vente. Parallèlement, n'hésitez pas à décrire le processus d'achat étape par étape, de la commande à l'éventuel retour marchandise.

A savoir

Plus d'un français sur trois achète sur la toile
L'Hexagone comprend 32,2 millions d'internautes, dont 27 millions sont connectés en haut débit. C'est ce qu'indique le dernier Observatoire des usages Internet, publié par Médiamétrie fin 2008. Toujours selon cette étude, le nombre de cyberacheteurs s'élève désormais à 21 millions, soit plus d'un Français sur trois. Des clients heureux: 97% des acheteurs en ligne se déclarent satisfaits de leurs emplettes. Enfin, l'e-commerce a généré près de 21 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2008 et devrait connaître une croissance de 19% l'an prochain, malgré la crise économique.

A lire

ces deux ouvrages s'adressent aussi bien aux particuliers qu'aux chefs d'entreprise désireux de créer leur site marchand. ils décrivent, de manière synthétique et concrète, les différentes étapes nécessaires pour mener à bien votre projet.