Mon compte Devenir membre Newsletters

Son éolienne lui assure autonomie et notoriété

Publié le par

0 Euro. C'est le montant de la facture d'électricité de la Société Nouvelle Testard, spécialisée dans la maintenance industrielle. Depuis qu'elle possède une éolienne, la PMI est autonome en électricité.

Un mât blanc de 12 mètres de haut, trois pales : l'éolienne de la Société Nouvelle Testard, spécialisée dans la maintenance industrielle, attire le regard. Son propriétaire, Bruno Boulay, en est très fier : « Nous voulions faire des économies d'énergie, mais aussi marquer les esprits et montrer que nous sommes à la pointe de la technologie. » Pari gagné ! Placée à l'intersection de trois routes, à l'entrée du site industriel, l'éolienne est immanquable.

C'est en 2008 que Bruno Boulay envisage son installation. Un stagiaire, élève en dernière année à l'IFC Pro, une école d'ingénieur de Blois, l'aide à monter le projet en quelques mois. Le jeune homme s'assure d'abord que la zone est suffisamment ventée, puis il accompagne le dirigeant dans le choix d'un fournisseur. En mars 2009, l'éolienne est commandée à la société française Weole Energy, pour 42 000 Euros HT. Trois mois plus tard, des collaborateurs volontaires se retrouvent, pour monter eux-mêmes l'engin. Au-delà de l'économie, le dirigeant y voit l'occasion de fédérer ses équipes et de les mobiliser autour d'un projet passionnant. Depuis, la PMI produit l'intégralité de l'électricité qu'elle consomme. De 200 Euros HT en été et 450 Euros HT en hiver, sa facture d'électricité mensuelle est passée à ... 0 Euro.

Dans huit ans environ, Bruno Boulay aura atteint le point mort. L'opération sera alors « tout bénef » pour son entreprise.

De l'énergie à revendre

En 2007 déjà, le dirigeant utilise ce qui se fait de mieux en matière d'économie d'énergie : système de détection à infrarouge pour maîtriser l'allumage des lumières, tubes à led, pompes à chaleur... Bruno Boulay décide même de percer l'un des murs en briques de son usine pour y installer de grandes baies vitrées, qui permettent à la lumière naturelle de pénétrer.

Il veille également à s'équiper en appareils peu gourmands en énergie. Si l'éolienne est le point d'orgue de sa préoccupation environnementale, Bruno Boulay n'envisage pas de s'arrêter en si bon chemin. Propriétaire du site qu'occupe en partie son entreprise, il supervise actuellement la construction d'un nouveau bâtiment de 900 m2. Destiné à la location, le site devrait être inauguré en avril 2010. Sa particularité : une toiture entièrement recouverte de panneaux solaires photovoltaïques. Grâce à l'énergie produite, la Société Nouvelle Testard sera alors excédentaire de près de 9 500 kWh par an. Son dirigeant revendra cette énergie à EDF, à raison de 60 centimes le kWh (soit un gain de plus de 5 600 euros par an) . « Aujourd'hui, si on construit un bâtiment, pourquoi ne pas allier l'utile, l'agréable, l'économique et l'écologique ? », conclut le dirigeant, qui ne regrette qu'une chose : qu'il n'y ait pas assez de vent près de son domicile pour y installer une éolienne...

Bruno Boulay (à gauche), dirigeant de la Société Nouvelle Testard, avec son fournisseur, Michel Galligo, p-dg de Weole Energy.

Bruno Boulay (à gauche), dirigeant de la Société Nouvelle Testard, avec son fournisseur, Michel Galligo, p-dg de Weole Energy.

Bruno Boulay, dirigeant de la société nouvelle Testard

Mot clés : euro

Céline Tridon