Mon compte Devenir membre Newsletters

TROUVEZ L'INFORMATION UTILE SUR LE WEB

Publié le par

Dans une économie de marché fluctuante et concurrentielle, l'information peut être le nerf de la guerre. Si le Web regorge de données diverses et variées, mettre en place une veille efficace n'est pas chose aisée. Voici quelques conseils pour que votre récolte soit fructueuse.

@ ARTVILLE/CD

1 DEFINISSEZ LES OBJECTIFS DE VOTRE VEILLE

 

Avant de mettre en place une veille sur Internet, une phase de réflexion est indispensable. La question que vous devez vous poser est la suivante: de quel type d'informations ai-je besoin exactement? Cette phase vous permettra de définir avec précision le type de surveillance que vous souhaitez. Si les veilles commerciale et concurrentielle sont les plus courantes dans les PME, il en existe d'autres, comme la veille technologique ou bien la veille sociétale. «De nombreuses entreprises sautent cette étape de réflexion. Pourtant, elle est essentielle. Internet regorge d'informations. Et si vous ne ciblez pas parfaitement vos recherches, vous risquez d'être noyé sous les résultats», prévient Béatrice Foenix Riou, consultante chez F.L.A. Consultants, un cabinet spécialisé dans les sources d'informations électroniques.

BEATRICE FOENIX RIOU, F.L.A. Consultants

Si vous ne ciblez pas parfaitement vos recherches, vous risquez d'être noyé sous les résultats.

2 CHERCHEZ LES BONNES SOURCES

 

Une fois l'angle de votre veille défini, vous pouvez passer à l'étape suivante: le sourcing. C'est l'étape-clé de votre recherche sur Internet. Ici, vous devez trouver les sites web et les blogs qui vous procureront les informations dont vous avez besoin. Concrètement, dans le cadre d'une veille concurrentielle, votre premier réflexe doit être de mettre sous surveillance les sites de vos concurrents. Les éventuels blogs de leurs dirigeants ou de leurs salariés constituent aussi de bonnes sources d'informations. Parallèlement, les actualités financières sont des mines à exploiter. A ce sujet, sachez que les greffes disposent d'informations en ligne gratuites (www.infogreffe.fr). Et que les chambres de commerce et d'industrie (CCI) proposent des bases de données riches sur les dépôts de brevets. Dans un même BBB ordre d'idées, il peut être intéressant de suivre l'image véhiculée par vos concurrents. Ici, ce sont essentiellement les sites de presse que vous devrez surveiller. «Le sourcing peut s'effectuer sur des sites que vous connaissez déjà. Sinon, pour en trouver d'autres, vous pouvez utiliser les moteurs de recherche comme Yahoo! ou Google», suggère Béatrice Foenix Riou de F.L.A Consultants. Il existe quelques astuces pour que votre recherche sur les moteurs soit efficace. Par exemple, si vous cherchez des informations sur le commerce équitable, évitez de taper seulement commerce équitable dans la barre de recherche, mais plutôt «commerce équitable», avec des guillemets. Ce faisant, vous limiterez l'ampleur des résultats.

3 AUTOMATISEZ VOTRE VEILLE SUR LE LONG TERME

 

Pour que votre veille soit véritablement efficace, il faut qu'elle s'inscrive dans le temps. Certes, vous pouvez avoir besoin d'informations particulières à un moment précis. Mais si vous souhaitez que veille rime avec outil décisionnel, vous aurez besoin d'un suivi sur les moyen et long termes. Pour automatiser vos recherches, différents logiciels existent. Il s'agit de robots intelligents qui parcourent le Web à votre place. Et vous font parvenir, par e-mail la plupart du temps, les informations que vous souhaitez. Parmi les logiciels existants, on peut citer Kb Crawl, Websitewatcher, ou bien encore Digimind.

Ces outils disposent de fonctions intéressantes pour les petites et moyennes entreprises. La première est une surveillance des pages internet que vous avez sélectionnées. Si une modification y est apportée, vous êtes immédiatement mis au courant. L'autre fonction consiste à mettre en place des alertes. Chaque fois qu'un nouveau site web est créé et qu'il comporte les mots-clés que vous avez sélectionnés, un courrier électronique vous est envoyé. Toutefois, si ces logiciels intelligents sont efficaces, ils ont aussi un coût qui peut vite s'envoler. L'entrée de gamme coûte de plusieurs milliers d'euros par an. A ce prix-là, la veille doit être un véritable atout concurrentiel.

4 PRENEZ LE TEMPS D'EXPLOITER LES INFORMATIONS

 

Dernière étape de votre veille: l'analyse. Ici, vous devez croiser les informations récoltées afin de les vérifier et les interpréter. Cette phase prend du temps et nécessite des ressources humaines. La veille est avant tout un outil stratégique qui permet aux dirigeants de mieux appréhender leur environnement. «Maîtriser l'information, c'est anticiper l'avenir», conclut Ludovic Bour, responsable du département Intelligence économique et Innovation à l'Assemblée permanente des chambres de commerce et d'industrie.

A SAVOIR

Pensez à la veille commerciale
Au-delà la veille concurrentielle, la veille commerciale est un outil important pour les PME. Le principe: vous tenir au courant des derniers appels d'offres de votre secteur. Afin de rester bien informé, pensez à consulter régulièrement certains sites web. Parmi eux, Vecteurplus.com (pour répondre aux appels d'offres publics), Doubletrade.com (pour prospecter les marchés privés), Quotatis.com (site qui envoie des devis émanant d'entreprises et de particuliers) ou Marcheonline.com (pour lancer et consulter des appels d'offres par région et par profession). Vous devrez vous acquitter d'un abonnement. Comptez entre 4000 et 5 000 euros par an.

TEMOIGNAGE

Grâce à la veille commerciale, nous ne manquons aucun appel d'offres
ERIC SCHIRMANN, p-dg de K'sys Diffusion
«Nous réalisons 20 % de notre chiffre d'affaires grâce à un site de veille commerciale», se félicite Eric Schirmann, le p-dg de K'sys Diffusion, une entreprise spécialisée dans la vente de solutions informatiques. Depuis trois ans, la PME a choisi de s'offrir les services d'un prestataire spécialisé dans la transmission d'appels d'offres publics et privés. Et ce, sans regret. «Je reçois directement par e-mail les appels d'offres qui correspondent au profil de mon entreprise, poursuit le p-dg. Je suis donc informé en temps réel et je n'en ai jamais manqué un seul.» Un autre service très apprécié par le chef d'entreprise est le suivi, étape par étape, de l'état d'avancement de ses projets. «C'est indispensable quand nous répondons à plusieurs appels d'offres en même temps», souligne Eric Schirmann. Au final, la PME investit 5 000 euros par an pour avoir accès à ces prestations. Et en 2006, elle a réalisé 250 000 euros de chiffre d'affaires grâce à ce système. Un retour sur investissement imbattable!

- ACTIVITE: réédition de logiciels étrangers
- VILLES: Paris, Lyon, Toulouse
- DIRIGEANT: Eric Schirmann, 41 ans
- FORME JURIDIQUE: SAS
- ANNEE DE CREATION: 2001
- EFFECTIF: 14 salariés
- CA 2006: 1,2 million d'euros
- RESULTAT NET 2006: 70000 euros

A savoir

- NE NEGLIGEZ PAS LES «GRANDS SERVEURS»
La recherche sur le Web «visible» (blogs, sites marchands, d'actualité...) est presque gratuite mais incomplète. Pour une veille plus large, pensez aux «grands serveurs», comme Factiva, Questel ou Edd, qui mettent à votre disposition des bases de données vérifiées et spécialisées, souvent moyennant un abonnement mensuel de quelques centaines d'euros. Et vous serez facturé en fonction de votre consommation d'informations. Par exemple, Factiva prélève 3 Euros par document téléchargé. Mais interroger ces bases n'est pas aisé et il est conseillé de recourir à un prestataire pour effectuer vos recherches.