Mon compte Devenir membre Newsletters

Une femme sans artifice

Publié le par

Reprendre l'entreprise paternelle, faire face à son rachat et redémarrer à zéro: Christiane Roth mène sa carrière tambour battant. Aujourd'hui, chef d'entreprise accompli, elle multiplie de main de maître, les casquettes comme les responsabilités.

Christiane Roth est la première femme à accéder à la présidence de la chambre de commerce et d'industrie (CCI) de Colmar, depuis la création de cette institution en 1870. C'était le 20 décembre 2010. Puis, rebelote, début 2011, elle devient vice-présidente de la chambre régionale de commerce et d'industrie (CRCI) d'Alsace. « Je suis entrée à la CCI en 1989, par la petite porte, en tant que membre élu, se souvient Christiane Roth. J'ai pris goût aux problématiques économiques et, petit à petit, j'ai gagné la reconnaissance de mes pairs. » Christiane Roth, 54 ans, p-dg depuis ses 31 ans, est également vice-présidente du Medef 68 et présidente du Centre Alsace Initiative (une structure d'aide à la création et à la reprise d'entreprise). Une multitude de casquettes gagnées à la force du poignet par cette mère de quatre enfants? La dirigeante n'y voit qu'un simple concours de circonstances. « C'est presque un engrenage: on accepte un poste, puis on vous en propose un autre, et ainsi de suite. » Si cette fille d'entrepreneur ne court pas après les honneurs, ce sont les honneurs qui viennent à elle! Récompensée par le Prix du Cefec (Conseil européen femmes entreprises et commerces), puis décorée de l'Ordre du mérite, Christiane Roth n'a pourtant pas toujours été à la fête.

Tel le Phénix... Titulaire d'un DUT techniques de commercialisation, c'est en tant que commerciale qu'elle entre à l'âge de 20 ans dans l'entreprise créée par son père, Cotillons de France: « Dans une structure familiale, on est vite considéré comme faisant partie de la hiérarchie, même à un poste de commercial », affirme-t-elle. Et joue la carte de la discrétion pour se faire accepter. « Il faut éviter de susciter les frustrations », estime-t-elle. Dix ans plus tard, son père lui transmet le flambeau: Christiane Roth prend les rênes de la société. Elle dirige plus de 120 personnes. Puis, en 1998, revirement de situation: le groupe français César, leader mondial du déguisement, rachète l'affaire familiale et veut délocaliser la production, laissant les 122 salariés sur le carreau. Ebranlée, Christiane Roth décide de réagir et recrée de toutes pièces une nouvelle entité: Cotillons d'Alsace. La dirigeante ne peut reprendre que 15 personnes (sur la trentaine qu'en compte aujourd'hui l'entreprise) et garde un souvenir amer de cette expérience: « J'ai mal vécu cette délocalisation. Je crois au business model basé sur une fabrication 100 % française. » Aujourd'hui, la société affiche un chiffre d'affaires de plus de 3,7 millions d'euros: une belle revanche!

Bio Express

1954
- Naissance à Colmar (Haut-Rhin).


1974
- Intègre l'entreprise familiale Cotillons de France.


1985 à 1998
- P-dg de Cotillons de France.


Depuis 2003
- P-dg de Cotillons d'Alsace.


2002
- Reçoit le prix du Cefec (conseil européen femmes entreprises et commerces).

Depuis 2009
- Vice-présidente du Medef 68.

2009
- Reçoit l'Ordre du Mérite.


Depuis 2010
- Présidente de la CCI de Colmar Centre Alsace.


Depuis 2011
- Vice-présidente de la CRCI d'Alsace.