Mon compte Devenir membre Newsletters

Véronique Massieu, cogérante d'Abridéal Elle sauve sa PME grâce à l'innovation

Publié le par

Pour redresser Abridéal, Véronique Massieu a misé sur la recherche et le développement. Grâce à ses nouveaux abris de piscine, la société va renouer avec les bénéfices cette année.

L'entreprise aujourd'hui

Spécialisée dans la fabrication, la commercialisation et l'installation d'abris de piscine, Abridéal devrait réaliser un chiffre d'affaires de 10,5 millions d'euros sur l'exercice 2009, soit une croissance d'environ 10%. Surtout, elle va renouer avec les bénéfices. Un bol d'air frais pour cette entreprise en apnée depuis 2006, date à laquelle elle enregistre sa première perte. La société landaise, portée par ce second souffle, va ainsi poursuivre ses investissements en recherche et développement pour lancer, au quatrième trimestre 2009, un modèle coulissant «très innovant», selon Véronique Massieu, cogérante de la société. Parallèlement, la PME mise sur un canal de recrutement de clients insuffisamment exploité: les piscinistes. A ce jour, les vendeurs de piscines restent de bons prescripteurs: «Nous collaborions déjà avec eux mais, désormais, nous les démarchons encore plus activement», souligne la dirigeante.

Sa crise

La tasse, la PME familiale l'a bue il y a quatre ans. Un an plus tôt, en 2004,le gouvernement français rend obligatoire la sécurisation des piscines particulières, sous peine d'amende (jusqu'à 45 000 euros). La demande explose en seulement quelques mois. Il n'en faut pas plus pour que de nombreux concurrents débarquent sur le marché. Pour profiter de cette nouvelle situation, Abridéal recrute à tour de bras (45 salariés en 18 mois), investit près de 500 000 euros dans des locaux plus spacieux et achète de nouveaux véhicules: «Notre objectif était de répondre à la demande. Nous devions aller vite», explique Véronique Massieu. Sauf qu'à la fin 2005, la bulle créée par la législation s'effondre et le marché se retourne. Il perd 20% en seulement un an. Pire: de nombreuses entreprises cassent les prix pour ne pas mettre la clé sous la porte. Abridéal voit alors 35% de son CA s'envoler et doit se séparer d'une vingtaine de collaborateurs.

Son rebond

Un revers pour cette PME, jusque-là habituée à une croissance constante de 10% par an. Plutôt que de se laisser abattre, la direction retrousse ses manches. Après un benchmark de la concurrence, Véronique Massieu décide d'investir 1 million d'euros en recherche et développement pour mettre au point de nouveaux abris. «Nous nous étions endormis sur nos lauriers, analyse la dirigeante. Jusqu'en 2005, nous n'avions qu'un seul produit en catalogue. Il est vrai qu'il se vendait bien.» Très vite, l'entreprise développe deux nouveaux abris de piscine coulissants, baptisés Brio et Mezzo. Ce dernier obtient même le prix de l'Institut national de la propriété industrielle (INPI) en 2008. Grâce à eux, l'entreprise renoue avec la croissance. Parallèlement, Abridéal arrête ses campagnes télévisées et se développe sur la Toile. «La plupart de nos clients ont plus de 50 ans. Or, les seniors sont de plus en plus nombreux à utiliser Internet», analyse Véronique Massieu. Désormais, près de 60% du budget de communication de l'entreprise est investi sur le Web. Un pari qui a porté ses fruits.

GAAP - ABRIDEAL - Repères

- ACTIVITE: Fabrication, commercialisation et installation d'abris de piscine
- VILLE: Angresse (Landes)
- FORME JURIDIQUE: SARL
- DIRIGEANTS: Véronique Massieu, 48 ans, et François Massieu, 55 ans
- ANNEE DE CREATION: 1985
- EFFECTIF: 75 salariés
- CA 2008: 9,5 Milliond d'Euros

Mot clés : euro

Julien VAN DER FEER