Mon compte Devenir membre Newsletters

Vos salariés parlent de vous sur le Net

Publié le par

Vous êtes-vous déjà attardé sur www.lesjeudis.com? Sur ce site communautaire d'emploi dédié au high-tech, les internautes échangent leurs impressions sur leurs employeurs passés et présents. Vous cherchez un responsable projet web ou un ingénieur télécom? Sachez que vos candidats passeront peut-être par le site afin de recueillir quelques critiques - positives ou négatives - sur vos qualités d'employeur. Politique de rémunération, ambiance, perspectives d'évolution... Votre stratégie «RH» peut être encensée ou vilipendée en deux temps trois mouvements. Le cas des Jeudis.com n'est pas isolé. A l'instar de Notetonentreprise.fr, sur lequel de présumés salariés jugent leur employeur, les lieux d'échanges virtuels entre collaborateurs de petites et grandes boîtes se multiplient à vitesse grand V.

STEFANIE MOGE-MASSON Directrice de la rédaction

STEFANIE MOGE-MASSON Directrice de la rédaction

Dirigeants de petites entreprises, vous frémissez devant cette comparaison brutale? Vous pensez que cette lutte de David contre Goliath est injuste? Vous redoutez que votre package salarial, notamment, ne puisse pas rivaliser avec celui de grandes organisations? Peut-être avez-vous tort de craindre cette concurrence. Car les PME ont d'immenses atouts à faire valoir. Convivialité, contacts directs avec la hiérarchie, brièveté des processus de décision, perspectives d'évolution... Les petites entreprises développent avec leurs coéquipiers un capital affectif tel que ce genre d'exercice pourrait bien tourner en leur faveur. Dans un article intitulé «Optimiser son entretien d'embauché», paru le 8 avril, La Tribune citait le cas de Guillaume, un jeune informaticien courtisé par deux SSII, une grande et une petite. Pour se forger une opinion, Guillaume dialogue avec ses pairs sur Lesjeudis.com. Et décline, finalement, l'offre du géant pour privilégier celle du «petit compétiteur». Peut-être ce dernier n'a-t-il fait l'objet d'aucun commentaire... L'histoire ne le dit pas. Toujours est-il qu'au terme de ses discussions en ligne, Guillaume a choisi d'intégrer une petite structure. En connaissance de cause. Dans un contexte de raréfaction annoncée des talents, l'anecdote mérite d'être méditée.